D’après une étude réalisée par le Prof. Daniela Jakubowicz et le Dr. Zohar Landau de la Faculté de Médecine de l’Université de Tel-Aviv, en collaboration avec le Prof. Julio Wainstein du Centre médical Wolfson et les Prof. Oren Froy et Itamar Raz de l’Université Hébraïque de Jérusalem, sauter le petit-déjeuner dérègle l’horloge des gènes qui régulent le métabolisme du glucose et de la prise de poids. Selon l’étude, le même repas pris le matin vous fera grossir bien davantage si vous le mangez le soir.

Elle a été publiée dans la revue Diabetes Care.

Les habitudes alimentaires irrégulières comme le fait de sauter le petit-déjeuner ou de manger la nuit sont souvent associées à l’obésité, le diabète de type 2 (diabète acquis) et les maladies cardio-vasculaires, mais l’impact précis de l’heure des repas sur l’horloge de l’organisme était moins clair. La nouvelle étude de l’Université de Tel-Aviv avait donc pour objectif d’examiner l’effet de la consommation ou de l’omission du petit-déjeuner sur l’expression des gènes qui régulent le métabolisme du glucose et de l’insuline après le repas (taux postprandial) à la fois chez des personnes en bonne santé et chez des patients atteints de diabète de type 2.

« La consommation d’un petit-déjeuner avant 9h30 peut conduire à une amélioration de l’ensemble du métabolisme, facilite la perte de poids et retarde les complications associées au diabète de type 2 »

« Notre étude montre que la consommation d’un petit-déjeuner stimule le cycle de l’horloge biologique des gènes responsables du contrôle glycémique », explique le Prof. Jakubowicz. « L »horloge circadienne ne régule pas seulement le mécanisme du glucose, mais aussi le poids, la pression sanguine, les fonctions vasculaires et l’athérosclérose. La consommation d’un petit-déjeuner avant 9h30 du matin peut conduire à une amélioration de l’ensemble du […]

Laisser un commentaire