Malgré la pluie et le froid, un 3eme motsé shabbat de manifestation contre la fermeture des commerces le shabbatArticle Précédent
39 travaux interdits en résuméArticle Suivant

La base de données française de Yad Vashem sur les noms des victimes de la Shoah a été lancée  à Paris

Espacement de ligne+- ATaille du texte+- Imprimer cet article
La base de données française de Yad Vashem sur les noms des victimes de la Shoah a été lancée  à Paris

La plus grande base de données du monde, contenant plus de 4 700 000 noms de victimes de l’Holocauste, est également disponible en anglais, hébreu, espagnol, russe et allemand

(10 janvier 2018 – Jérusalem) En prévision de la Journée internationale du souvenir de l’Holocauste, Yad Vashem, le Centre mondial de commémoration de l’Holocauste, lance aujourd’hui sa base de données centrale des noms des victimes de la Shoah en français. Le rassemblement des 6 millions de noms de victimes de la Shoah pour la base de données des noms est un aspect unique de la mission de Yad Vashem de veiller à ce que chaque homme, femme et enfant juif assassiné pendant l’Holocauste soit rappelé. Yad Vashem a créé cette base de données de noms afin de rendre les noms de ces personnes accessibles au monde entier et de reconstruire les histoires de leur vie pour souligner que chaque victime était un être humain. Le projet de rétablissement des noms des victimes de la Shoah de Yad Vashem s’associe aux communautés et organisations juives du monde entier pour encourager les familles et les individus à consulter la base de données des noms des victimes de la Shoah connues et les aider à compléter le dossier historique, de témoignages, photographies et autres documents personnels sur les victimes. La source de près de la moitié du nombre total des noms provient de témoignages, tandis que le reste provient de listes et de documents d’archives.

À compter d’aujourd’hui, la base de données des noms, contenant les noms de quelques 4 700 000 victimes de l’Holocauste, sera disponible en six langues : anglais, hébreu, espagnol, russe, allemand et français. La base de données des noms français sera accessible depuis le site web de Yad Vashem en français.

« Les Allemands cherchaient non seulement à anéantir les Juifs, mais aussi à effacer du peuple et de la culture juive la mémoire collective », a déclaré le président de Yad Vashem, Avner Shalev. « Depuis des décennies, Yad Vashem a pour mission vitale de rassembler les noms des six millions de victimes de l’Holocauste, sauvant leur identité de l’abîme de l’anonymat. Yad Vashem exploite les technologies et les connaissances les plus avancées au service de la mémoire, ce qui améliore la collecte des noms des victimes de la Shoah ainsi que l’accessibilité des informations liées à l’Holocauste pour un public mondial: alors que nous avons récupéré un nombre remarquable de 4 700 000 noms, plus d’un million de victimes restent non identifiées, une course contre le temps et nous travaillons sans relâche pour découvrir les noms restants afin de s’assurer que leurs souvenirs, et leurs héritages, vivent.  »

« L’Holocauste n’est pas arrivé à un seul endroit », a expliqué le directeur de la salle des noms de Yad Vashem, le Dr Alexander Avram. « Il est arrivé dans toute l’Europe et l’Afrique du Nord à des Juifs de divers horizons et nationalités, il est donc important que la base de données des noms soit accessible en autant de langues que possible afin de continuer notre travail et recueillir autant de noms de victimes que possible.  »

La base de données française est lancée ce 10 janvier 2018 lors d’un événement organisé à Paris en coopération avec la Fondation pour la mémoire de la Shoah, marquant l’aboutissement d’un projet de dix ans visant à recueillir les noms des victimes de l’Holocauste dans la zone de la Grande Hongrie pendant la Seconde Guerre mondiale. Le projet a permis d’identifier plus de 200 000 noms qui ont été ajoutés à la base de données des victimes de la Shoah; Aujourd’hui, Yad Vashem dispose d’informations sur 80% des victimes hongroises de l’Holocauste.

Yad Vashem, le Centre mondial de commémoration de l’Holocauste, a été créé en 1953. Situé à Jérusalem, il est dédié à la commémoration de l’Holocauste, à la documentation, à la recherche et à l’éducation.

www.yadvashem.org

Marisa Fine
Assistante de presse
Division des communications
Yad Vashem

1 Commentaire

  1. Lazare 13:34, Jan 28, 2018

    Puissiez vous pardonner les Français maudits et collabo qui ont dénoncé… Il reste encore de cette race de félon au pays. Des larves qui seront détruites tôt ou tard. Amen

    Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

S'inscrire à la newsletter AshdodCafé.com

S'inscrire
Mairie Ashdod
Mairie Ashdod Culture
Cal Auto
ColisExpat
Immobilier Low Cost

Fil d’info 24h/24h en direct d’Israël