Moissonner (2/5)Article Précédent
Fiscalité des retraités français en Israël par Daphna PoznanskiArticle Suivant

Un hommage à Esther Ofarim interprété par le duo Philippe Bismuth et Juliette Sokolov. Mardi 20.2.18

Espacement de ligne+- ATaille du texte+- Imprimer cet article
Un hommage à Esther Ofarim interprété par le duo Philippe Bismuth et Juliette Sokolov. Mardi 20.2.18

Un hommage à Esther Ofarim par Philippe Bismuth  et Julia Sokolow qui ont parcouru le monde et exercé des métiers différents, jusqu’à ce qu’ils  immigrent en Israël. Lui comme elle, une belle soprano originaire de Biélorussie,  découvrent le plaisir de chanter à l’âge de 51 ans. Ensemble, ils forment un couple sur scène et dans la vie.

Esther Ofarim, née Esther Zaied le 13 juin 1941 à Safed, est une chanteuse israélienne. À la fin des années 1950, Esther Zaied fait la connaissance d’Abraham Reichstadt. Ils publient ensemble en Israël des chansons folkloriques en prenant le nom commun d' »Ofarim ». Ils se marient en 1961 et prennent comme nom de scène « Esther & Abi Ofarim ». Elle est aussi comédienne et apparaît dans le film Exodus sous le nom d’Esther Reichstadt. Après la participation d’Esther au Concours Eurovision de la chanson 1963, où elle finit seconde pour la Suisse avec le titre T’en va pas, le couple acquiert une célébrité internationale. En Allemagne, Esther sort d’abord en solo Melodie einer Nacht et Morgen ist alles vorüber. Ils sortent ensemble de nombreux disques dans diverses langues et deviennent l’un des duos les plus populaires.

En 1964, le couple participe au Deutsche Schlager-Festspiele à Baden-Baden. Ils obtiennent un grand succès avec Morgen ist alles vorüber. Plusieurs autres succès suivent avec Abi à la production en 1966.

Le couple a du succès jusqu’en 1969. Ils apparaissent ensemble une dernière fois le 1er novembre 1969. En novembre 1970, Esther et Abi Ofarim divorcent.

Leurs carrières prennent des chemins bien différents. Abi monte une société de promotion à Munich. Esther se retire puis revient avec un album en 1972 qui la relance par la suite. En 1995, elle est invitée pour chanter par Udo Lindenberg pour chanter sur son album Kosmos

Philip Bismuth a immigré en Israël il y a 15 ans, après avoir parcouru le monde entre la Tunisie, le Danemark, l’Autriche et Israël, où il a occupé un poste de directeur marketing, d’instructeur de golf et d’agent immobilier.

Son père était président de la communauté juive à Tunis et sénateur au parlement jusqu’à la révolution, et Phillip lui-même a dirigé des affaires de tourisme pour les Israéliens qui ont visité Tunis sans connaître un mot d’hébreu. Quand il a eu 51 ans, il a commencé à chanter ici dans des chorales, dont l’une était composée par le chef d’orchestre et compositeur Yair Klinger.

« Il a dû ressentir quelque chose que je ne ressentais pas », se souvient Philippe, « et il m’a emmené à l’enregistrement expérimental d’une chanson, et ca c’est très bien passé, puis j’ai décidé de chanter professionnellement. »
Julia Sokolow, une belle chanteuse d’opéra, 31 ans, originaire du Biélorussie, a immigré en Israël quelques années  avant lui, en 1995. Julia a étudié la musique dans son pays natal, des l’age de 11 ans.

 

Après avoir immigré en Israël, elle a chanté dans une variété de styles, y compris la pop et le jazz,

mais n’a pas réussi à se connecter avec eux. Quand elle a entendu des enregistrements de la célèbre chanteuse d’opéra Maria Callas – elle a senti qu’elle était faite pour l’opera et le classique.
Elle est diplômée de l’Académie de musique de Jérusalem et est venue chanter à l’opéra israélien. À son jeune âge, elle a déjà remporté le prix en tant que candidate à la chanson de l’Académie, revenant du Metropolitan Opera de New York et jouant avec les orchestres de Be’er Sheva et Ra’anana. Aujourd’hui, elle se produit également dans des récitals classiques et avec les plus grands musiciens.

Ils se produisent ensemble dans différents endroits en Israël. Dans les spectacles, ils combinent leur deux styles. Julia et Philip chantent en sept langues et ensemble ils ont composés 14 représentations différentes. Le spectacle « Hommage à Ofarim » est une soirée de poésie nostalgique avec des chants de l’artiste, un spectacle  spécial  Ofarim familier.

Mardi 20.2.18, à 20h00, la Bibliothèque Municipale, 4 Kibbutz Galuyot Street, Ashdod. Un ticket pour seulement 20 NIS. Tel: 08-8564280

2 Commentaires

  1. Gilberg 10:11, Fév 13, 2018

    Nous sommes intéressés pour 2 personnes
    Nous habitons Modiin pouvons nous nous inscrire ?

    Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

S'inscrire à la newsletter AshdodCafé.com

S'inscrire
Mairie Ashdod
Mairie Ashdod Culture
Cal Auto
ColisExpat
Immobilier Low Cost

Fil d’info 24h/24h en direct d’Israël