Paracha « TETSAVE » Shabbat Zakhor… Pureté et Justice ? shabbat du 24 Février 2018 –  Ashdod Entrée 17 h 04 – sortie 18 h 12

L’ OLIVIER ET SES PARTICULARITÉS

Le peuple doit  fournir à Moïse de l’huile d’olives pure et vierge qui servira à l’éclairage de la Menora ou chandelier à 7 branches.  Pour quelle raison  la Torah insiste-t-elle sur le caractère de pureté de l’huile d’olives ? Et, non seulement sur la pureté de l’huile mais  la Torah met aussi  l’accent sur le procédé d’extraction de cette huile : vierge.  De manière à comprendre le verset 20 du chapitre XXVII de l’Exode, il nous faut tout d’abord expliquer certains points :

וְאַתָּהתְּצַוֶּהאֶת-בְּנֵייִשְׂרָאֵל, וְיִקְחוּאֵלֶיךָשֶׁמֶןזַיִתזָךְכָּתִית–לַמָּאוֹר: לְהַעֲלֹתנֵר, תָּמִיד.

Pour toi, tu ordonneras aux enfants d’Israël de te choisir une huile pure d’olives concassées, pour le luminaire, afin d’alimenter les lampes en permanence.

L’olivier, en dehors de fournir un fruit qui compte parmi les 7 espèces de fruits et céréales d’Israël[1] est doté d’un caractère très particulier, pratiquement exclusif. En effet, contrairement aux autres arbres sur lesquels il est possible d’opérer des greffes, ceci est impossible avec l’olivier. De plus, le caractère exclusif de cet arbre se retrouve dans son fruit : l’olive telle qu’elle est cueillie ne donne d’huile qu’après qu’elle ait été concassée par des meules[2]. L’huile au contraire d’autres liquides ne se mélange avec rien : elle flotte au-dessus de l’eautout comme Israël ne peut se mêler à aucun autre peuple …. Il existe encore une autre particularité (un paradoxe) dans l’olive c’est que : manger beaucoup d’olives facilite la perte de mémoire alors que de consommer beaucoup d’huile d’olives renforce celle-ci. Ce sont  toutes ces raisons  pour lesquelles  Israël  est comparé à l’olivier.

Les commentateurs trouvent que dans le mot כתית, se trouve une allusion à l’histoire des deux Temples qui ont existé : le Temple construit par Salomon et détruit par Nabuchodonosor a existé 410 ans durant et, lorsqu’au retour de Babel, le Temple fut reconstruit,  il dura encore 420 ans ce qui nous mène à un total  de 830 ans tout comme la valeur numérique du mot כתיתque l’on peut couper en כת + ית  = 420+410 = 830 !!! Quant au 3ème Temple qui descendra des cieux à l’avènement du Messie, il durera éternellement tout comme  le luminaire qui durera à tout jamais : le נר תמיד.

Dans la parasha de la semaine passée TEROUMA, le nom d’Aharon était absent. En revanche, dans cettesidra, c’est le nom de Moshé qui est absent.  Quel en est le motif ? Il en existe plusieurs : Moshé a demandé à HaShem d’effacer son nom de la Torah lors de la faute du veau d’or et de pardonner au peuple. D pardonna la faute mais IL n’a pas noté le nom de Moïse mais, uniquement dans ce passage, commente le BaâlHaTourim[3]. Cependant que le  Gaon de Vilna souligne que TETSAVE est pratiquement lue aux alentours du 7 adar date du décès de Moïse et que c’est la raison pour laquelle le nom de Moïse n’apparaît pas dans ce texte.

L’on s’étonne de la formulation de la mitsva de l’allumage de la menorah où D dit : ואתה תצוה, de même que, plus loin au chapitre XXVIII (verset 1), D s’adresse encore à Moïse selon la même formule : ואתה הקרב אליך  (et toi, fais approcher de toi) cette forme  apparaît,  d’une part dans le souci d’affirmer la supériorité de Moïse sur son frère aîné Aharon et dans le but d’affirmer le rôle de Moïse qui reçut alors le rôle d’enseignant : pendant 7 jours, Moïse montra à Aharon et à ses fils quelles seraient leurs obligations de prêtres.

Lorsque Moshé a été investi de sa mission de libérer le peuple de la maison d’esclavage d’Egypte, Aharon qui était pourtant l’aîné  n’éprouva aucune jalousie envers son jeune frère ce qui lui valut le mérite de se voir chargé de la prêtrise lui et toutes  les générations après lui. Les trois couronnes : KETER TORAH, MALKHOUT (royauté) ET KEHOUNA (prêtrise) furent ainsi partagées : les deux premières appartinrent à Moïse et la troisième àAharon.

Le OrHaHayimHaKadosh (Hayim ben Attar : 1696-1743) cite le Zohar dans lequel deux rabbins s’interrogent sur la durée des différents exils : celui de Babylone a duré 70 ans, celui de Perse et de Médie n’a duré que 52 ans, celui provoqué par les Grecs a duré 180 ans, pourquoi donc cet exil-là dure-t-il autant ? [4]HaShem a expliqué, que pour les trois premiers exils, les trois Patriarches en ont été  les garants et donc de par leurs mérites les exils ont été raccourcis alors que pour ce quatrième exil, notre garant est Moshé Rabénou lequel a reçu le keter Torah. Tant que le peuple dédaignera l’étude de la Torah, nous ne serons pas libérés. Aussi le Or HaHayim insiste-t-il sur le fait que l’huile d’olives pure est un symbole : celui de la Torah et de  son étude. Cette étude doit se faire dans un esprit pur et empreint de Crainte,  gratuitement (sans espoir de récompense), juste pour l’amour d’ HaShem.  L’étude de la Torah (לימוד תורה) 701=  en y associant le « zekhout des 3 avot »nous permet d’arriver à faire brûler le luminaire éternellement : נר תמיד = 704. De même,  la crainte du ciel (יראת שמים), nous rapproche de la lumière de la Torah   (l’huile qui permet à la lumière de resplendir : yr’at  = 611 = Torah et shamayim = 390 = huile).

La Torah est comparée à la Menorah du Temple  qui comportait 6 branches disposées de chaque côté de la branche centrale et les flammes de ces branches étaient toutes orientées vers la branche centrale  ainsi, l’axe central est comparé à la Torah (loi écrite) et les 6  branches latérales aux 6 ordre de la loi orale (shishasidrémishna) ainsi s’exprima le HatamSofer.

Ainsi va l’histoire du peuple juif : dès qu’il s’éloigne de D et de la  Torah, le peuple est battu, exilé, déporté, opprimé. Il demeure dans l’obscurité mais, sitôt qu’il fait teshouva, prie et étudie, jaillit et resplendit  la lumière de la Torah.

C’est ainsi que les Juifs de Suse en Perse, dès qu’ils ont jeûné et qu’ils ont fait teshouva, la situation s’est inversé et il est écrit dans la Meguila d’Esther : ליהודים הייתה אורה ושמחה  car ORA c’est la lumière de la Torah.

Caroline Elishéva REBOUH

[1] Israël a reçu une bénédiction particulière sur 5 fruits et deux céréales à propos desquels nous devons réciter une bénédiction particulière après leur consommation (birkatmeeynshalosh) et il s’agit du blé, de l’orge, de la vigne (raisins), de la figue ; et des grenades, des olives et des dattes (miel).

[2] Cette première huile est l’huile vierge ou extra vierge à première pression à froid sinon, il existe d’autres procédés de pression avec de l’eau chaude pour extraire d’avantage d’huile…..

[3]Yaakov ben Aher surnommé BaâlHaTourim (1269-1343) à cause de son ouvrage précédant le ShoulhanAroukh.

[4] Aujourd’hui, cet exil dure depuis près de 2000 ans !

Laisser un commentaire