Yom HaShoah : un superbe témoignage de Rebecca Wengrow qui concerne toutes les mamans !Article Précédent
Une croisière de rêve, du rire, le tout a un prix très sympathique ! avec ashdodcafe, BinAgency et Voyages FutésArticle Suivant

Émouvant discours du maire d’Ashdod à la veille du jour du Souvenir de l’Holocauste 2018

Espacement de ligne+- ATaille du texte+- Imprimer cet article
Émouvant discours du maire d’Ashdod à la veille du jour du Souvenir de l’Holocauste 2018

La cérémonie du jour du Souvenir des martyrs et des héros de l’Holocauste a eu lieu au Centre des arts de la scène (Mishkan).

Le Dr Lasri a présenté l’histoire de trois des résidents de la ville qui sont devenus un élément central de l’Holocauste: Aryeh Klang, Nissim Hadad et Baruch Wind

En mémoire aux six millions. Photo: Shmuel David

Son discours

Survivants de l’Holocauste, Et leurs chères familles,
Chers adolescents.

Ce soir, à l’occasion du 70e anniversaire de la création de l’État d’Israël, nous commémorons la mémoire de nos frères et sœurs, victimes de l’Holocauste assassinés par les nazis et leurs complices, qui nous rappelle la terrible tragédie qui a frappé notre peuple il y a plus de 70 ans.

– Pendant 70 ans, comme l’age de l’Etat d’Israël, nous portons le feu éternel. Le flambeau de la mémoire. Unissez-vous aux six millions de victimes de l’Holocauste qui ont été brûlées.
Qui ont été tuées et massacrées par les Nazis uniquement parce qu’elles étaient Juives.

– 70 ans de mémoire, les libertés du monde, dans l’histoire de l’humanité. Mais dans notre cœur, le cœur du peuple, le peuple juif, sont gravés de sang et de larmes. Avancez et  témoignez !

– Le souvenir de l’Holocauste est l’une des tâches les plus importantes de l’histoire de notre peuple. Cela fait partie de notre essence. Coexister avec la construction de la nation et la renaissance de la nation. Et les survivants, les survivants de l’Holocauste, ne les contredisent pas non plus. Grâce aux survivants, nous serons à la fois – de se souvenir et de se lever.

Veille de la Journée de l’Holocauste, la cérémonie au Centre des arts de la scène. Photo: Shmuel David

Zelda le poète a écrit:
« Tout le monde a un nom donné par Dieu, et un autre donné par son père et sa mère, » et nous, lors de la cérémonie de Yom Hashoah, chaque homme et femme, âgé ou pas,  femme, garçon, fille, bébé, tous enfant de notre peuple ont vu leur vie secouée par l’oppresseur nazi, en raison de nom.

« Tout homme a un nom« , c’est aussi le nom du projet commémoratif fondé par Yad Vashem, qui cherche à restituer aux victimes de l’Holocauste leur statut d’être humain, juif, et pour illustrer aux générations futures et à tout le monde qu’après les chiffres inconcevables, six millions de Juifs, les gens sont debout.

– Ces gens avaient des noms. Des figures humaines portant l’histoire et leur patrimoine sur leur dos. Les chefs de famille, les pères et les mères, qui ont été harcelés pour  soutenir leurs maisons et leurs familles. Les enfants, les petits-enfants et arrière-petits-enfants qui écoutent les histoires de leurs grands-parents. Tout le monde est là, et regarde, et rêve, et espère. Et tous, six millions de Juifs, ont été perdus.

Chaque année, le musée Yad Vashem consacre un thème central au jour du souvenir pour l’Holocauste et l’Héroïsme. Et cette année, en  2018, le thème choisi est: «Les survivants de l’Holocauste façonnent la mémoire et construisent un État». Un thème marqué par le 70e anniversaire de l’État d’Israël, une renaissance de la mémoire.

Cette année, nous nous souvenons de ceux qui ont péri, mais nous éclairons cette journée en particulier sur la résurrection et le travail des survivants. Cette année, nous élevons la contribution des survivants de l’Holocauste à la renaissance de la nation et à la détermination de l’État d’Israël. Avec tout le bagage émotionnel et conscient que les survivants de l’Holocauste portent sur leurs épaules. Avec tout le chagrin et la douleur de la perte, de la souffrance et du deuil. Avec toute la charge de la mémoire, le choix se fait sur un tableau blanc. Il est impossible de ne pas être impressionné par la concentration de l’âme, par sa réhabilitation et sa créativité.

Vivre – Ofra Haza paroles – Ehud Manor Musique – Avi Toledano 600 survivants et leurs familles se sont réunis pour Kouloulam Beit Avi Chai à Jérusalem, en collaboration avec la mémoire du salon pour la Journée de l’Holocauste appliquera ce jeudi pour célébrer la vie avec la chanson « Alive » retraitement Ofra Haza, c’est le résultat très émouvant ..

Les survivants se souviennent des cris de mort de leurs frères, mais se concentrent sur la construction de la vie. Ils ressentaient une énorme obligation de collecter, préserver la mémoire, et peut-être plus encore pour assurer l’avenir. Vous chers jeunes, vous serez notre pont, pour transférer cet héritage à vos enfants et petits-enfants à l’avenir, nos générations futures. Beaucoup de survivants ont choisi de se rendre en Eretz Israël et d’établir leur maison ici. Ils se sont intégrés à l’ensemble du spectre de la vie du pays et se sont joints à la formidable entreprise d’établissement et de création de l’État.

« Alors, sur le sol de l’Europe, dans le terrible enfer, au milieu de la destruction , dans les ghettos et dans les camps d’extermination, ils ne pouvaient pas imaginer la réalité de nos vies d’aujourd’hui. Ils ne pouvaient pas imaginer la création d’un Etat juif en Terre d’Israël. Sur l’indépendance politique avec le gouvernement et la loi, l’armée et la police, l’université et la recherche. La renaissance de la langue, la renaissance de la culture et la renaissance du monde de la Torah et des yeshivot. Tout ce qui a fait de l’Etat d’Israël aujourd’hui un état puissant, debout , un etat puissant parmi les grands, la communauté des nations.

Et eux, les survivants parmi nous, qui vivent à présent a Ashdod, ne pouvaient pas imaginer, à la hauteur de l’enfer nazi qu’ils ont connu, qu’ils seraient partenaires dans l’établissement et la construction d’une nouvelle ville en Israël. Notre Ashdod a été construite par des immigrants venus de loin et de près. Parmi eux se trouvaient beaucoup de survivants qui ont survécu aux camps et les horreurs de cette guerre sanglante. Tous ont une place d’honneur dans les pages d’histoire d’Ashdod et de l’Etat d’Israël.

Et je voudrais vous montrer, chers jeunes, leur contribution, la capacité de construire et de développer Ashdod, à travers l’histoire de trois personnalités et d’un groupe, qui a vécu et évolué dans notre ville dont vous avez dû entendre parler.

– Aryeh Klang, Zal », avait 13 ans quand il a conduit sa famille et d’autres familles à la liberté au milieu de la guerre, vers la Terre d’Israël. Ici, il a obtenu son diplôme, il a été repêché en tant que combattant de la guerre d’indépendance, et  en 1962 il a lié son destin à la ville d’Ashdod, en participant a  la construction et au développement dans tous les domaines de la vie. La construction et le développement économique. Absorption des immigrants et insertion dans la société. Homme d’affaires, personnage public, pendant de nombreuses années . chaque année, du haut de cette tribune, il s’exprimait sur l’Holocauste, racontant l’histoire de sa vie pendant la guerre,  l’esprit de bravoure juive et la force de l’esprit, d’un garçon juif devant l’injustice et l’inhumanité. A présent un Musée est a son nom pour le récompenser avec amour et prestige.

– En l’honneur de son anniversaire, Nissim Hadad Zal » est arrivé à Ashdod en 1957 en tant que jeune soldat du Corps des ingénieurs pour construire le pont Bailey et relier Ashdod, qui n’avait qu’un an, au reste du pays. Nissim s’est chargé de communiquer au public des informations sur l’Holocauste des Juifs de Libye et d’Afrique du Nord. Et d’agir pour reconnaître leur statut de survivants de l’Holocauste. Dans ses conférences aux étudiants et au grand public, il a parlé des camps de concentration, des conditions difficiles et des victimes des pays arabes pendant la guerre. Il était important pour lui de savoir que les nazis n’ont pas évité les Juifs des pays arabes, au cours de leur occupation et de leur mise à mort. Et il a beaucoup travaillé sur la question de l’indemnisation des survivants de l’Holocauste des pays arabes et ses efforts ont porté leurs fruits, et ils ont été reconnus comme Zakka. Nissim travaillait dans le bâtiment de la ville d’Ashdod, était un partenaire dans son développement et sa prospérité et en connaissait tous les coins. Au fil des ans, il a occupé un large éventail de postes publics et a fait du bénévolat dans de nombreux domaines d’activités, et a continué de le faire jusqu’à sa mort.

– Baruch Wind, né à Varsovie, a été forcé de travailler en 1941 à l’âge de 15 ans. Baruch a réussi à s’échapper du camp de la mort de Belzec, se faisant passer pour un berger polonais. Il s’est enrôlé dans l’armée rouge, dans le but de se venger des Allemands, et a pris part à la bataille de Berlin. Pendant son séjour dans les camps, il a juré que s’il survivait à l’Holocauste, il perpétuerait la mémoire de ceux qui ont péri en utilisant la peinture et la sculpture. Quand il a immigré en Israël, il a combattu dans les batailles à Latroun, et en 1962, il a atteint Ashdod et y a construit sa maison. Baruch Wind construit le monument des navires d’immigration clandestine, Stroma et Mapakura, la statue du mal, la statue de la paix, la statue de Shimshon et d’autres statues érigées dans toute la ville. Et sa sculpture illustrant la souffrance des Juifs pendant l’Holocauste, est exposée au Musée de l’Holocauste à Washington, et une peinture du rabbin Shaul Schultz décrit comment dansant et jouant aux rires des nazis. Nous souhaitons au cher Baruch une bonne santé et longévité.

Il y a un groupe distingué de personnes spéciales parmi nous, les vétérans de la Seconde Guerre mondiale qui ont combattu les nazis dans le cadre d’un service militaire actif aux États-Unis. Ils ont immigré à Ashdod dans les vagues d’immigration de l’ex-Union soviétique et ont contribué à l’établissement et au développement de la ville. Chaque année, le 8 mai – le jour de la victoire sur l’Allemagne nazie, ils portent fièrement leur uniforme et médailles, et les signes des combats, et marchent, les bras croisés, dans une marche que tout le monde reconnait, au son des applaudissements des habitants de la ville a leur bravoure. Car sans cette victoire, l’Allemagne aurait achevé sa prise de pouvoir démoniaque et détruit toute trace du peuple juif.

Toutes ces personnes, chacune de ces personnes, ne sont qu’un exemple parmi tant de bonnes personnes qui nous représentent à Ashdod, mais aussi l’ascension. Des survivants de l’Holocauste, qui ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour effacer les souvenirs de la perte et de la souffrance, et les ont remplacés par le travail, la construction et la créativité dans tout l’État d’Israël et dans notre ville d’Ashdod.

A présent, nous sommes tous engagés à transmettre cet héritage !

 

0 Commentaire

Pas de Commentaires Cet article n'a pas encore été commenté

Désolé, soit quelqu'un a pris tous les commentaires et s'est enfuit avec, soit personne n'en a encore laissé!

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

S'inscrire à la newsletter AshdodCafé.com

S'inscrire
Mairie Ashdod
Mairie Ashdod Culture
Cal Auto
ColisExpat
Immobilier Low Cost

Fil d’info 24h/24h en direct d’Israël