Ashdod respecte les habitants de la ville et leurs proches en n’oubliant pas de donner tout son sens au devoir de mémoire.

Cette semaine, le 23-04-2018, Ashdod a inauguré le monument édifié pour ceux qui ont péri dans le tremblement de terre qui a frappé la ville d’Agadir au Maroc et de nombreux membres de la communauté ont choisi d’immigrer en Israël et se sont installés à Ashdod. Le Maire, le Dr Yehiel Lasri a fait le lien entre la tragédie d’Agadir et les prédictions qu’un tremblement de terre pourrait également arriver à Israël.  »Rappelez-vous ceux qui ont péri dans le tremblement de terre, préparons nous à la possibilité qu’un tel événement se produise en Israël.

Il y a douze ans, nous avons pris sur nous de nous souvenir et de commémorer la mémoire de ceux qui ont péri dans le tremblement de terre d’Agadir, et nous avons vu dans cette tradition importante qui s’intègre dans nos efforts à Ashdod, qu’il était important d’honorer les communautés vivant dans la ville, et de préserver leur identité autant que possible.

Beaucoup d’anciens résidents d’Agadir, une belle station balnéaire du sud du Maroc,  qui vivent à présent à Ashdod et leurs invités, sont venus au Parc Ashdod Yam participer à la cérémonie de d’inauguration du monument en mémoire aux personnes qui ont péri, ainsi que  des membres de la communauté, qui ont été tués dans le tremblement de terre meurtrier qui s’est produit au Maroc au mois d’Adar, le 29 février 1960. Le tremblement de terre meurtrier (6,7 sur l’échelle de Richter) s’est produit à minuit et n’a duré que 12 secondes ! Ce fut assez de temps pour faire  beaucoup de victimes. Environ un tiers de la population de la ville (entre 12 000 et 15 000 personnes) est mort cette nuit-là, dont 1 500 Juifs d’une communauté de 2 300 personnes.  35 000 personnes ont été laissées sans abri et beaucoup d’autres ont été enterrées sous les décombres.

La ville a été complètement détruite et dans le cœur de la communauté juive marocaine, l’événement tragique a laissé une cicatrice terrible. Beaucoup de membres de la communauté qui ont choisi d’immigrer en Israël ont installé leur maison à Ashdod et souhaitaient, il y a plusieurs années, commémorer leurs proches dans la ville. Le Maire, le Dr Yehiel Lasri a accepté l’initiative et, c’est dans ce beau parc que le monument a été inauguré en présence d’invités, de résidents, de membres de la communauté d’Agadir, de leur famille dont les enfants et petits-enfants.

Le monument a été créé par l’artiste et architecte Maurice Hayoun, membre d’une famille d’Agadir qui vit à Ashdod. Il est composé de deux grands arcs et d’un petit escalier, un ensemble symbolique de ce que représentait Agadir. Le monument est situé sur le côté sud du parc Ashdod Yam, près du sentier pédestre, de sorte que les passants pourront le voir et connaitre l’histoire des Juifs d’Agadir.  Maurice Hayoun a également construit le mémorial Egoz.

De nombreux invités d’Ashdod et de l’étranger étaient présents à la cérémonie ainsi que des membres du Comité pour la commémoration des martyrs d’Agadir, des représentants du public et des familles des victimes. Dans son discours, le maire a fait référence à la grave catastrophe naturelle qui a frappé la ville d’Agadir et a noté qu’une telle catastrophe, selon les prévisions et les études réalisées, pourrait également affecter Israël. « Ashdod connait le problème et se prépare à un tremblement de terre  » a dit le maire. « A Ashdod, nous avons construit un modèle de
lutte nationale qui a été adopté par l’État et sert également de plate-forme d’opération pour d’autres villes.  » Le maire a précisé qu’il faut être préparé sur le plan pratique et ne pas penser que cela ne nous arrivera pas. « Ashdod commémore ceux qui ont péri dans le tremblement de terre d’Agadir », a t-il dit promettant que « Ashdod continuera à être la maison des gens d’Agadir de partout dans le pays et dans le monde. Nous continuerons à vous accueillir chaleureusement, à vous respecter et à conserver avec vous le souvenir de ceux qui ont péri.  »

Dans le même temps, M. Lasri a noté qu’Ashdod a choisi d’honorer et de préserver les identités des membres de toutes les communautés et de renforcer, dans la mesure du possible, l’héritage de la mémoire.  « Il y a douze ans, nous avons pris sur nous de nous souvenir et de commémorer la mémoire de ceux qui ont péri dans le tremblement de terre à Agadir, et nous y avons vu une tradition importante qui s’intègre à nos efforts à Ashdod, pour honorer les communautés vivant dans la ville, et pour préserver leur identité autant que possible », a-t-il déclaré, rappelant les projets commémoratifs pour les Juifs de l’ex-Union soviétique. L’Union Soviétique et ses victoires sur les nazis, les Juifs de Roumanie et la mémoire des immigrants sur les navires de Struma ( La tragédie du Struma fait référence à la mort de 770 passagers et membres d’équipage du paquebot Struma, torpillé en mer Noire par le sous-marin soviétique SC 213 le 24 février 1942  et Mafkura, les victimes de l’attaque terroriste contre les bâtiments de la communauté juive à Buenos Aires, en Argentine, et d’autres encore.

À la fin, le maire a remercié le Conseil d’administration, le Comité pour la commémoration des martyrs, les employés municipaux qui ont participé pour aider et faciliter la réussite de la cérémonie, tous ceux qui ont donné un coup de main pour commémorer les victimes et M. Aharon Abouhatsira, qui a géré le Fonds d’Ashdod, il a accompagné et géré le projet depuis sa création, il a été le responsable de la collecte de fonds et de dons auprès d’entités privées afin de mettre en œuvre le projet.

Traduction et Adaptation Ashdodcafe.com

Laisser un commentaire