Lundi soir, la plénière de la Knesset a adopté en première lecture  la «loi sur la nationalité» proposée, qui vise à officialiser «Israël en tant qu’État national du peuple juif». Soixante-quatre membres de la Knesset ont voté en faveur de la loi et 50 parlementaires contre.

En outre, la loi consacre les symboles juifs de l’État et la désignation de Jérusalem comme capitale. La loi désigne l’hébreu comme langue officielle du pays, l’arabe conservant un statut spécial à utiliser pour la fourniture de services publics aux arabophones. Il définit également le calendrier lunaire hébreu comme le calendrier officiel du pays, et fait de la fête de l’indépendance et d’autres fêtes juives, des événements et des jours de commémoration en droit national.

L’auteur du projet de loi, Avi Dichter, membre de la Knesset du parti Likoud, a ouvert la session en déclarant que «la loi sur la nationalité est la police d’assurance que nous laisserons aux générations futures. L’État d’Israël est l’État-nation du peuple juif. « 

Dans ses remarques explicatives, l’objectif du projet de loi était « d’inscrire dans la législation fondamentale l’identité de l’État d’Israël en tant qu’État-nation du peuple juif, et d’ajouter une série d’instructions à son cadre constitutionnel traitant des principes fondamentaux du pays. caractéristiques en tant qu’État juif. « 

Le projet de loi n’accorde ni ne porte atteinte aux droits individuels fondés sur l’appartenance ethnique ou la nationalité, mais il est devenu controversé en raison de son insistance claire sur la judéité de l’État.

Tzipi Livni (Union sioniste) et Yael German (Yesh Atid), membres de l’Opposition à la Knesset, ont affirmé lors de la session que le projet de loi mettait trop l’accent sur la volonté majoritaire et menacerait fondamentalement les droits des minorités.

Ahmad Tibi (Liste arabe commune) a déclaré: « Ce que la loi déclare en réalité, c’est qu’il y a deux sortes de civils. Un groupe composé de Juifs qui a des droits, et l’autre composé d’invités tolérables. La loi détermine pratiquement les communautés exclusivement juives. Si ce n’est pas du racisme, je ne sais pas ce que c’est. « 

Bien que les partis arabes aient été les plus virulents opposés au projet de loi, les partis religieux juifs ont noté que la définition du projet de loi manquait d’un accent critique sur le judaïsme et la Torah.

Pour avoir force de loi, le projet de loi doit être adopté en deuxième et en troisième lecture. À l’heure actuelle, il reste à savoir si la coalition continuera à faire progresser la loi en vue de son adoption.

www.ashdodcafe.com

Laisser un commentaire