Inbal, la fille de Shimon Agay âgée de 6 ans, souffre de graves handicaps physiques et cognitifs. Quotidiennement, elle est assise dans un fauteuil roulant à peine capable de bouger. Cependant, une fois par semaine, « elle est plus calme, plus heureuse, juste plus détendue », dit-il.

Ce changement est le résultat des nouveaux traitements d’hydrothérapie dispensés à Inbal, qu’elle reçoit dans la nouvelle piscine d’hydrothérapie d’ALEH à Jérusalem. La piscine de Jérusalem ALEH a ouvert ses portes en mars. Elle apporte du bien être à plus de 150 patients qui souffrent de handicaps complexes graves avec un accès facile aux thérapies à base d’eau.

Shlomit Grayevsky, directeur de ALEH Jérusalem, a déclaré que grâce au système AAC, « les enfants peuvent communiquer leurs peurs et leurs sentiments, ainsi que leurs préférences pour la température de l’eau. »
Jusqu’à présent, ALEH utilisait le système AAC dans les salles de classe et les zones de traitement, permettant aux non-verbaux de s’exprimer en pointant vers des cartes qui correspondent à leurs humeurs ou à leurs demandes. Le personnel de l’ALEH porte parfois des cordons qui comprennent un jeu complet de cartes AAC pour les aider, communiquer avec les résidents lors d’ateliers, de repas ou d’autres activités.

Grayevsky a déclaré que ALEH a essayé d’ajouter l’hydrothérapie à son mélange de thérapies pendant au moins 15 ans. L’organisation a commencé à collecter des fonds pour la piscine il y a quelques années. Il a ensuite fallu plusieurs mois pour construire la piscine au rez-de-chaussée d’ALEH et de l’équiper de tout l’équipement d’accès nécessaire pour permettre aux patients d’entrer et de sortir de la piscine en toute sécurité.

La piscine est assez grande pour accueillir environ 16 personnes – huit patients et huit soignants – en même temps. Le programme d’hydrothérapie de l’ALEH est couvert par les Assurances Nationales et les résidents de Jérusalem qui ne sont pas inscrits à plein temps à ALEH peuvent également réserver des séances de thérapie.

Zahava Altshul, enseignante à l’ALEH, a dit qu’elle avait une élève qui peut à peine se débrouiller toute seule et qui ne peut certainement pas marcher. Dans la piscine, Altshul a dit que cette élève a pris des mesures pour se mouvoir de façon indépendante. Une autre enfant pleurait chaque fois qu’elle s’approchait de l’eau. Altshul a dit que le mois dernier, l’hypnothérapeute a réussi à faire entrer l’enfant dans la piscine.

« Maintenant, elle aime ça », a déclaré Altshul. « Elle sourit tout le temps, bat des mains et fait des bruits heureux. »

Altshul a déclaré que préparer les enfants à l’hydrothérapie exige beaucoup de travail physique pour le personnel, qui doit changer les enfants, leur faire prendre la douche avant et après, et plus encore. Mais quand vous les voyez dans l’eau, dit-elle, cela vaut chaque minute.

Traduit et adapté par Ashdodcafe.com
source : www.jpost.com

1 COMMENTAIRE

  1. Magnifique Bera’ha vehatsla’ha rabba Bakol mikol kol. Est ce qu’il y en a à Ashdod, (piscine hydrothérapie) pour adultes, enfants,? Merci.

Laisser un commentaire