L’Autorité israélienne de l’eau a publié dimanche un communiqué avant la fin de la saison estivale, mettant en garde contre la persistance de la situation difficile des ressources en eau d’Israël, après cinq années de sécheresse consécutives.

Selon l’autorité, les sources d’eau naturelles sont «dans les conditions les plus difficiles depuis des années» et certains de ces cours d’eau sont en train de dépasser des enregistrements négatifs.

Le communiqué de presse de l’Autorité de l’Eau avertit que même si la sécheresse s’arrête et que l’année à venir verra des précipitations moyennes combinées à l’interdiction continue de pomper l’eau de Kinneret, le lac demeurera sous la ligne rouge la plus basse l’hiver prochain.

Aujourd’hui, le niveau d’eau du Kinneret est de 214,2 mètres sous le niveau de la mer. Jusqu’au début de la saison des pluies, il devrait continuer à diminuer d’un centimètre par jour et atteindra probablement la « ligne noire » au-dessous de 215,5 mètres, où aucun pompage de l’eau n’est même possible avec les équipements actuels.

Et les modèles récents de l’Autorité de l’Eau pour l’automne indiquent une nouvelle année de sécheresse.

L’Autorité de l’Eau estime que dans quelques jours, l’île qui a surgi des profondeurs au fur et à mesure que l’eau du lac se retirait, en face du Kibboutz Ma’agan, devrait être reliée au rivage.

La grave sécheresse qui a sévi en Israël au cours des cinq dernières années a principalement touché les sources d’eau dans le nord du pays. Mais toutes les sources d’eau: les ruisseaux, les sources et les aquifères ont enregistré une pénurie d’eau à une échelle historique. Aujourd’hui, le déficit en ressources en eau est d’environ 2,5 milliards de mètres cubes.

L’Autorité de l’Eau attribue le manque d’eau au changement climatique planétaire.

« Le changement climatique s’est reflété ces dernières années dans une série de phénomènes climatiques extrêmes qui ont de nombreux effets sur l’approvisionnement en eau », a déclaré cette autorité, rappelant « une série de cinq années de sécheresse et d’inondations qui endommagent des biens » et malheureusement même à la vie en général »

L’Autorité de l’Eau a ajouté: «Le changement climatique exige de nous tous que nous gérions judicieusement et que nous évitions le gaspillage de l’eau comme mode de vie, même pendant les années pluvieuses, ce qui, nous l’espérons, arrivera. L’Autorité de l’eau continue de se préparer à répondre à la tendance croissante à la déshydratation dans toute la région. « 

Laisser un commentaire