Conseiller municipal pendant 10 ans, maîtrisant tous les sujets qui animent notre ville, c’est en toute connaissance de cause que le Dr Eli Lahmani se présente à la mairie d’Ashdod pour ces prochaines élections municipales. Âgé de 56 ans, marié et père de 4 enfants, il exerce en tant qu’avocat et expert comptable. Arrivé du Maroc Espagnol avec sa famille en 1966, c’est à Ashdod qu’il a grandi. Après des études d’Avocat et d’Expertise comptable, il ouvre deux cabinets à Ashdod et à Bné Brak où il emploie environ 28 personnes. Il est diplômé universitaire en économie, titulaire d’une maîtrise en gestion, et bénévole sur le peu de temps qu’il lui reste de disponible. Son expérience, il l’a acquise lors des différentes fonctions occupées : auditeur interne pour des bureaux gouvernementaux dont le ministère de l’Education, le Ministère de l’Intérieur et le Ministère de l’Emploi. Il a travaillé dans les plus grands bureaux de comptabilité, il a été conseiller professionnel dans plusieurs usines, il a donné des cours entrepreneuriat d’affaires, de théorie du commerce et formé des conseillers fiscaux dans le cadre de  »Ort Carrière »

2/100 jours pour mettre en application son programme !

Ses priorités :
A/ aider les populations en difficultés, ainsi que les nouveaux émigrants qui ne reçoivent à son goût pas assez d’aides dans la ville.  Pour lui, un olé quel qu’il soit et d’ou qu’il vienne doit être aidé ou accompagné.

B/ Le logement : le prix des appartements est trop élevé, il souhaite développer la rénovation des quartiers : des pinoui binoui dans le sud de la ville, ou les Tama 38 en attendant le projet du  »toit » pour lequel il n’est pas favorable car trop long à mettre en place et géographiquement compliqué à organiser.
Eli Lahmani est un homme indépendant et intègre qui n’est lié à aucun kablanim. Il pense qu’il y a des terrains ou l’on peut construire des logements moins chers pour les jeunes couples à la vente ou à la location. Des budgets seront accordés pour y développer le commerce de proximité et toutes les infrastructures nécessaires.

C/ L’emploi : Ashdod a le potentiel et la capacité voire le devoir de devenir un centre national leader pour les sociétés qui s’y installeront comme toutes les villes portuaires du monde entier. Des avantages leur seront proposés pour les aider à s’installer, d’autres pour les aider à se développer, d’autres enfin à se réorienter. Il a déjà rencontrer des groupes financiers pour mettre en place des mesures spécifiques pour les inciter a venir a Ashdod. La création d’un pole high-tech fait partie intégrante de ce projet. Il est inadmissible de voir nos jeunes quitter la ville par manque d’emploi ou de dynamisme économique

D/ L’éducation : il souhaite une éducation de qualité, une ville académique avec une université ou une grande mihlala qui proposeront aux étudiants une variété de nouveaux programmes. Il s’engage à instaurer la meilleure éducation et les meilleures valeurs accessibles en Israël. Les jeunes ne doivent pas sortir de la ville pour obtenir un diplôme de qualité, c’est à Ashdod qu’ils doivent être préparés

E/ Le tourisme : il ne conçoit pas qu’une ville comme Ashdod ne soit pas encore développée dans ce domaine. Il met l’accent sur la construction d’hôtels, l’aménagement des bords de mer avec des établissements de loisirs, de restauration…comme bon nombre de villes balnéaires mais il a surtout compris qu’il faut des digues dans cette ville et il a des solutions pour que ces dernières soient mises en place rapidement pour des raisons de sécurité. Il avait déjà évoqué ce sujet lors d’un conseil municipal. Il parle également de construire un country club à Youd Guimel, de développer les activités sportives dont nautiques.  »La Marina » sera prise en charge dès son élection par le biais de la Compagnie Municipale. Notre jeunesse doit trouver tout ce dont elle a besoin pour se divertir sur place : culture, sport, divertissements.

Enfin, L’ASHDODIEN AVANT TOUT !

Eli Lahmani est un homme de proximité, il est simple et chaleureux. Il aime écouter les doléances des concitoyens pour mieux comprendre les problématiques rencontrées par eux.   La porte de son bureau sera ouverte à tous. Il aime rappeler une de ses devises  »vivre et laisser vivre ».
Il est pour la tradition dans le judaïsme mais il est contre le phénomène de harédisation dans les quartiers de la ville. Il n’est pas anti-religieux, il est juste pour la tradition. D’ailleurs, depuis plus de 29 ans il assure le travail de comptabilité pour toutes les organisations et synagogues d’Ashdod sans frais.
A ses yeux le statu-quo est le meilleur compromis qu’il soit pour la ville.

Autre atout non des moindres : deux francophones ont intégré sa liste !!!

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’homme, son programme, ou toute autre sujet, venez le rencontrer ce 20 octobre 2018 à 20 heures, dans les salons de Beit Haopéra. 

@ashdodcafe.com

 

 

Laisser un commentaire