happy little girl outdoors with balloons

Chaque être humain possède des qualités et des talents. Comme disait Albert Einstein
« Tout le monde est un génie, mais si on juge un poisson sur sa capacité à grimper à l’arbre, il passera sa vie à croire qu’il est stupide. »

Comment pouvons-nous détecter les qualités de son enfant et l’accompagner dans son développement ?

Pour la psychologie :
Lister les qualités de son enfant .Essayer de les remarquer et lui en faire compliment le temps venu. Utiliser le compliment efficacement, c’est-à-dire parler de faits concrets ou il a manifeste un bon comportement. En le félicitant cela l’encouragera à recommencer. Arrêter la comparaison. Plutôt que de lui demander par exemple « Quelle note ont eu les autres enfants à ce devoir, il vaut mieux lui dire : « Qu’en penses-tu,-toi ? Etait ce trop difficile? »

L’aider dans ses échecs : Bien souvent la peur de l’échec constitue un frein important au développement de ses capacités. Pour valoriser les talents de son enfant il est important de changer son regard sur l’échec et de lui apprendre que c’est un moyen formidable pour rebondir. Si l’on transforme le mot « échec » par « étape » ce sera plus facile. S’il a rate un devoir, il faut essayer de comprendre pourquoi et le rassurer en lui disant qu’il n’a pas de raison que ca se passe mal la prochaine fois. Si l’enfant en ressent le besoin le parent doit être réconfortant en donnant des câlins ou des petites tapes sur l’épaule…Si l’enfant est triste ou en colère il faut le respecter et ensuite essayer d’en comprendre les raisons.

Si vous vous engager par des promesses, il faudra les tenir car l’enfant pourra vous faire confiance et il voudra à son tour que vous lui fassiez confiance. L’essentiel n’est il pas de passer un temps de qualité avec son enfant régulièrement en partageant des jeux, des lectures, faire des choses amusantes et en rire ? Ce sont ces moments là qui cimenteront à jamais le lien indestructible entre l’enfant et son parent.

Pour le judaïsme :

La racine du mot Hanoukka se retrouve dans le verbe inaugurer (le temple) mais aussi dans le verbe éduquer. Le roi Salomon dit dans le verset : « Eduque l’enfant selon sa voie ; même quand il grandira il ne s’en départira pas. (proverbe22.6). Cela induit qu’en tant que parents nous devons avoir conscience que chaque enfant possède « sa voie », une nature qui lui est propre en encourageant son individualité.
Chaque juif partage le but commun de transformer le monde en une résidence pour D. (Midrach Terouma, paracha Be’houkotai section 3).Chacun de nous possède des aptitudes et des tendances distinctes. Leur expression permet au but divin de se manifester selon des chemins différents, lui conférant ainsi une portée d’autant plus étendue .La paracha de Bealotekha évoque ces idées. Celle-ci commence par le commandement à Aharon d’allumer la Menorah dans le sanctuaire.

La Menorah symbolise le peuple d’Israel car le but de l’existence de chaque juif est de répandre la lumière divine dans le monde. La Menorah s’élève en sept branches représentant sept approches dans le service divin. Mais elle est faite d’un bloc d’or unique, ce qui indique que la pluralité des qualités au sein du peuple d’Israel ne diminue en rien son unité fondamentale. La diversité ne mène pas à la division mais à la complémentarité.

Le développement d’une véritable unité vient de la synthèse d’élans divers, chaque personne exprimant ses propres talents et sa propre personnalité .Ainsi l’éducateur quand il enseigne doit s’efforcer que ses élèves soient comme « une flamme qui s’élève par elle même ». Ces mêmes flammes qui répandent la lumière de la Thora dans leur environnement… Aussi le Rav Guez écrit à propos de la fête de Hanoukka : « Le plus bel hommage que l’on puisse rendre aux valeureux combattants(les macabim) c’est d’actualiser leurs « bayamim hahem » (ces temps reculés) dans notre « baz man aze » (les temps actuels). Les vieux jours de Mattatyahou retrouveront leur jeunesse dans les enfants d’aujourd’hui parce que la voix de Jacob est la plus intelligible. Hanoukka c’est quand étymologiquement ton khinouch (enseignement) prend le visage renouvelé d’une inauguration quotidienne. Que chaque homme en Israel à l’instar de Juda Maccabi ressuscite le candélabre de Jérusalem par l’esprit de sa Thora !

La fête de Hanoukka nous donne l’espoir que nous serons BH bientôt tous réunis dans la construction du Beit Hamikdash ou nous verrons à nouveau les Cohanim allumer la Menorah ! Hag Hanoukka Sameah !

Cet article vous a interpellé ou vous souhaitez poser des questions : N’hésitez pas à me faire partager vos réflexions en écrivant sur ma messagerie face book – Anne Lachkar Haddad. Merci pour l’intérêt que vous porter à cette rubrique.

Hanna Lachkar Haddad, psychologue
Portable : 0526525534 Fixe : 08864214

Laisser un commentaire