Après 18 mois de recherche, les premières revendications ont été finalisées pour un montant de 35 milliards de dollars provenant de la Tunisie et de 15 milliards de dollars de la Libye, pour les avoirs laissés par les juifs après avoir été expulsés après la création de l’état d’Israël.
Israël se prépare à demander une indemnisation d’un montant total de 250 milliards de dollars à sept pays arabes et à l’Iran pour les biens et avoirs laissés par les Juifs qui ont été forcés de fuir ces pays à la suite de la création de l’État d’Israël.

« Le temps est venu de corriger l’injustice historique des pogroms (contre les Juifs) dans sept pays arabes et en Iran, et de restaurer, pour des centaines de milliers de Juifs qui ont perdu leurs biens, ce qui leur revient légitimement », a déclaré le ministre israélien de l’Égalité sociale, Gila Gamliel, qui coordonne le traitement de la question par le gouvernement israélien.

Selon les chiffres cités par le journal israélien Hadashot, les demandes d’indemnisation des deux premiers des huit pays concernés sont en cours de finalisation, Israël devant demander 35 milliards de dollars d’indemnisation pour la perte d’actifs juifs de Tunisie et 15 milliards de dollars de Libye.

Au total, TV report a déclaré qu’Israël chercherait plus de 250 milliards de dollars dans ces deux pays, ainsi que le Maroc, l’Irak, la Syrie, l’Egypte, le Yémen et l’Iran.

Justice pour les Juifs des pays arabes (JJAC), un groupe international regroupant des organisations de la communauté juive, a estimé que quelque 856 000 Juifs de 10 pays arabes – les deux autres étaient l’Algérie et le Liban – ont fui ou ont été expulsés en 1948 et après, les émeutes ont laissé de nombreux juifs morts ou blessés.

Au cours des 18 derniers mois, utilisant les services d’un cabinet comptable international, le gouvernement israélien a discrètement étudié la valeur des biens et des actifs que ces Juifs avaient été forcés de laisser, a rapporté TV report.

Immigrants irakiens peu après leur arrivée à l’aéroport de Lod, été 1951 (Teddy Brauner, GPO)

Il s’achemine maintenant vers la finalisation des revendications alors que l’Administration Trump se prépare au dévoilement possible de sa proposition de paix tant attendue. Une loi israélienne de 2010 stipule que tout accord de paix doit prévoir une compensation pour les avoirs des communautés juives et des Juifs individuels forcés de quitter les pays arabes et l’Iran.

Juifs yéménites à bord d'un avion à destination d'Israël effectuant l'opération du tapis magique, 1949 (crédit photo: Wikimedia Commons)

Juifs yéménites à bord d’un avion à destination d’Israël effectuant l’opération du tapis magique, 1949 (crédit photo: Wikimedia Commons)

«On ne peut parler du Moyen-Orient sans prendre en compte les droits des Juifs qui ont été forcés de quitter leurs communautés prospères dans un climat de violence», a déclaré Gamliel, membre du parti Likoud du Premier ministre Benjamin Netanyahu.
« Tous les crimes qui ont été commis contre ces communautés juives doivent être reconnus. »

L’Autorité palestinienne a demandé plus de 100 milliards de dollars d’indemnisation à Israël pour les avoirs laissés par les résidents arabes de l’actuel Israël, qui ont fui ou ont été forcés de partir au moment de la création de l’État juif, et a présenté une documentation à cet effet à la États-Unis il y a dix ans, a rapporté la télévision.

Les Palestiniens ont également toujours réclamé un «droit de retour» à ce qui est aujourd’hui Israël pour les quelques dizaines de milliers de réfugiés survivants et leurs millions de descendants. Cette demande sonnerait le glas d’Israël en tant qu’Etat juif et a été rejetée par les gouvernements israéliens successifs. Israël soutient que les réfugiés palestiniens deviendraient citoyens d’un État palestinien en vertu d’un accord de paix permanent, tout comme les réfugiés juifs des pays arabes sont devenus citoyens d’Israël. Il affirme également qu’en étendant le statut de réfugié aux descendants palestiniens, les agences des Nations Unies concernées gonflent artificiellement le problème, ce qui complique les efforts de paix. Ce dernier point de vue est partagé par le gouvernement Trump, qui a annoncé l’année dernière qu’il mettait fin au financement de l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens, l’UNRWA.

Israël n’a jamais officiellement demandé à être indemnisé pour les Juifs forcés de quitter les terres arabes et l’Iran. Bien que nombre de ces Juifs soient arrivés en Israël avec à peu près rien, ils n’ont pas demandé le statut de réfugié officiel à la communauté internationale.

L’ambassadeur d’Israël auprès des Nations unies, Danny Danon, a prononcé le discours d’ouverture lors d’un événement officiel des Nations Unies commémorant les réfugiés juifs des pays arabes, le 1er décembre 2015 (Shahar Azran).

À l’époque, l’État juif nouvellement créé luttait pour attirer la migration des Juifs du monde et pour projeter sa légitimité en tant qu’État souverain, capable de prendre soin de son propre peuple. Son premier Premier ministre, David Ben Gourion, n’aurait pas souhaité que les Juifs retournent dans leur « patrie historique » comme des réfugiés, selon Meir Kahlon, président de l’Organisation centrale des Nations Unies pour les Juifs des pays arabes et de l’Iran.

Les fonds obtenus des huit pays ne seraient pas alloués à des familles individuelles, a précisé le reportage télévisé, mais seraient plutôt distribués par l’État via un fonds spécial. Gamliel coordonne le processus, en collaboration avec le Conseil de sécurité nationale israélien, qui relève du bureau du Premier ministre.

En 2014, Israël a adopté une loi tous les 30 novembre, commémorant la sortie et la déportation de Juifs des pays arabes et iraniens, qui prévoit des programmes éducatifs et des manifestations diplomatiques visant à sensibiliser davantage la communauté internationale à la question des réfugiés juifs des pays arabes et de l’Iran, et de leur droit à réparation.

Cette année-là, lors des premiers événements de ce type, Netanyahu et le président Reuven Rivlin ont lancé des appels en faveur de réparations financières .

Le président Reuven Rivlin prend la parole lors d’une cérémonie marquant l’expulsion des Juifs des pays arabes. 30 novembre 2014. (crédit photo: courtoisie)

«Ce n’est pas pour rien que cette journée est célébrée le lendemain du 29 novembre», a déclaré Netanyahu le 30 novembre 2014, en référence à l’anniversaire de l’adoption par l’ONU du plan de partition de la Palestine en 1947. «Les pays arabes , qui n’ont jamais accepté la déclaration des Nations Unies sur l’établissement d’un État juif, ont obligé les Juifs vivant sur leur territoire à quitter leurs maisons en laissant derrière eux leurs avoirs… Nous avons agi – et continuerons à agir – pour qu’eux et leurs revendications ne soient pas oublié. »

Dans son allocution à cette première cérémonie, Rivlin a appelé à une plus grande représentation des Sépharades dans la société israélienne, ainsi qu’une indemnisation pour leurs souffrances. Il a reconnu que les troubles des Juifs du Moyen-Orient n’étaient pas atténués à leur arrivée en Israël, où les Juifs européens étaient fermement enracinés au pouvoir.

« Leurs voix étaient en sourdine, mais les mots étaient dans leur bouche tout le temps, même s’ils étaient prononcés en hébreu avec un accent persan ou arabe, ce qui en Israël était considéré comme une langue ennemie et une source de honte », a-t-il déclaré. .

«La voix des Juifs des pays arabes et de l’Iran doit être entendue dans le système éducatif, dans les médias, dans les arts et dans les institutions officielles du pays, car elle doit également être entendue sur la scène internationale, afin de réparer l’injustice historique et d’assurer des réparations financières », a déclaré Rivlin.

Kahlon a déclaré que «près de 800 000 personnes sont venues ici (dans les années qui ont suivi la création de l’État) et le reste (environ 56 000) est allé aux États-Unis, en France, en Italie et ailleurs».

Kahlon lui-même est arrivé en Israël enfant de Libye et a passé ses premières années dans l’État juif dans l’un des camps mis en place pour abriter le flot de nouveaux arrivants.

Barber Rachamim Azar, un nouvel immigrant de Bagdad, exerce son commerce sous la tente qu’il partage avec sa femme et ses deux enfants dans un maabara (camp d’immigrés) au centre d’Israël en été 1951. Il a déclaré à un photographe du Bureau de presse du gouvernement passer à un kibboutz (Teddy Brauner, GPO)

En mars 2014, le Canada a officiellement reconnu le statut de réfugié aux émigrés juifs qui ont fui ou ont été expulsés des pays arabes après la fondation d’Israël.

Certains des migrants en Israël disent en privé que le problème est de donner à Israël une carte de négociation lors des négociations avec les Palestiniens, afin de s’opposer aux demandes d’indemnisation des Palestiniens pour les biens et avoirs laissés dans l’actuel Israël.

Traduit et adapté par Ashdodcafe.com
source : timesofisrael en anglais

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.