Daphna Poznanski : Je m’étais insurgée contre l’amendement voté lors de la loi de financement de la Sécurité sociale 2020 qui imposait 15 années de cotisation aux retraités résidant hors de France pour pouvoir bénéficier de soins gratuits lors de leurs séjours temporaires en France.

Lors d’un petit-déjeûner avec le Sénateur Frassa à la Résidence de France, je n’avais pas hésité devant l’Ambassadrice à qualifier cet amendement d’ « association de malfaiteurs en vue de commettre un casse ». Avec mes collègues à l’Assemblée des Français de l’étranger, nous n’avons jamais baissé les bras et nous avons continué à dénoncer cette injustice.

Je viens de recevoir une information à ce sujet, de mon amie Annie Michel, la Présidente de la Commission des Affaires Sociales à l’Assemblée des Français de l’étranger :  » Suite à nos nombreux messages et aux nombreuses interventions auprès du Ministère des Solidarités et de la Santé, nous avons été partiellement entendus :

La circulaire parue le 16 juillet 2019 permet, aux retraités établis hors d’Europe qui ont cotisé plus de 10 ans à une Caisse de retraite française, de garder l’accès au droit de bénéficier de l’assurance médicale lors de leurs courts séjours en France et « ceux dont la durée de cotisation serait de 5 ans minimum se verront accorder une extension de trois ans leur permettant de prendre leurs dispositions quant à la modification de leurs droits ».

C’est une avancée, mais il serait anormal que les séniors qui bénéficient déjà de la couverture sociale en ayant cotisé moins de 5 ans soient dans l’obligation de rendre leur carte vitale : ce serait un retour sur un droit social acquis et mettrait dans une situation dramatique nos retraités les plus démunis.

Je ne doute pas que nous allons poursuivre ce combat.

Daphna Poznanski-Benhamou
Conseillere à l’Assemblée des Français de l’Etranger

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.