Open sukkah relie des hôtes de Tasmanie à Saskatoon à des hôtes qui n’ont pas de soucca pour célébrer la fête.

Avec les voitures, les appartements, les piscines et les espaces de travail, les souccahs ont trouvé leur place dans l’économie du partage avec la plate-forme Open Sukkah, qui offre un lieu de convivial pendant Souccot à quiconque en a besoin.

Les Juifs religieux célèbrent la fête qui commencent le dimanche soir, en prenant toute la semaine leurs repas et en passant du temps dans des souccot construites par leurs propres moyens dans les rues, jardins ou résidences.

Sur le site Web Open Sukkah , les personnes avec des soukkas peuvent afficher leur emplacement et leurs coordonnées sur une carte. Toute personne souhaitant venir peut entrer en contact avec elles ou simplement se présenter.

Le canadien, Aaron Taylor, 28 ans, a eu l’idée du service gratuit Open Sukkah il y a trois ans alors qu’il vivait à Tel Aviv.

Il avait déménagé de Toronto sept ans plus tôt en Israël. Il a étudié dans la Yeshiva Yavne, il a servi dans les parachutistes et a obtenu un diplôme en commerce et finances du Centre interdisciplinaire de Herzliya.

Il a également pris des cours de codage informatique à l’époque où il vivait à Tel Aviv, et où la densité urbaine peut rendre difficile la recherche d’un espace pour construire une souccah.

La première version d’Open Sukkah, qu’il avait créée avant les vacances de 2017, était une carte partagée sur Google.

Aaron Taylor, créateur de Open Sukkah. (Courtoisie)

L’année dernière, une version plus avancée a démarré, reliant les propriétaires de Souccot à environ 200 souccot dans 20 pays. Environ 5 000 utilisateurs ont visité la plate-forme pendant les vacances, a déclaré Taylor.

Il décrit le service comme un « Airbnb pour les souccot« .

La plupart des hôtes s’inscrivent après les fêtes de Kippour, il est donc trop tôt pour parler des chiffres de cette année, mais Taylor a déclaré s’attendre à au moins autant d’utilisateurs que l’année dernière.

Jusqu’à présent cette année, des soukkas sont disponibles dans au moins 10 pays, y compris dans des pays très éloignés tels que Ho Chi Minh-Ville au Vietnam; Tasmanie, Australie; et Saskatoon, Canada.

Ce service est particulièrement utile pour les immigrants, les citadins en Israël et les voyageurs israéliens à l’étranger, a déclaré Taylor. Il espère également mettre en contact des personnes d’horizons différents en Israël.

«La plupart des Israéliens qui veulent une soucca peuvent en construire une, mais dans les villes, cela est devenu difficile», a déclaré Taylor. «Les citadins ont donc besoin d’une solution et c’est aussi un moyen pour les Israéliens religieux de se connecter avec des familles non religieuses. Ils peuvent aller partager un repas. Une famille qui observe Soukkot peut accueillir une famille qui n’en a pas. ”

La plate-forme est un petit ajout à la dite économie de partage, un modèle économique mettant l’accent sur les échanges de biens et de services entre pairs, généralement facilité par des plateformes ou des applications en ligne et défini par des sociétés comme Uber et Airbnb.

Taylor a conçu Open Sukkah pour le plaisir, dit-il, et aucun échange d’argent n’a lieu sur la plate-forme, le service est gratuit. Il a envisagé d’élargir son programme aux dîners de Shabbat, mais pour le moment, son design modeste restera tel quel.

https://www.timesofisrael.com en anglais

©ashdodcafe.com

Laisser un commentaire