rav Atlan

Dans certains hôtels modernes un dispositif déclenche automatiquement la mise en marche de la lumière ou de l’air conditionné lorsqu’on entre dans la pièce, une personne surprise le Chabbat par ce dispositif dont elle ignorait la présence et qui n’a pas de possibilité de s’installer ailleurs, sera autorisée à rester dans la pièce bien qu’elle jouisse alors de l’air conditionné.

En revanche, une personne entrée dans la pièce sciemment, (Bémézid) en connaissance de cause, n’aura pas le droit de jouir de l’air conditionné ou de la lumière pendant toute la durée du Chabbat, contrairement à la personne qui ignorait la présence d’un tel dispositif. Il en est de même pour quelqu’un qui agit par mégarde et non par ignorance du dispositif, celui-ci n’a pas le droit de jouir de la lumière ainsi allumée.
Cependant si l’appareil conditionné n’est pas muni d’une ampoule on peut autoriser de jouir de l’air conditionné pendant Chabbat.

Il est évident que le Chabbat on ne peut pénétrer dans une pièce munie d’un dispositif déclenchant automatiquement l’allumage de la lumière ou de l’air conditionné puisque le fait d’entrer provoque à lui seul l’allumage, même si on ne fait aucun travail interdit de façon directe.
Si on se trouve dans une pièce munie d’un dispositif provoquant l’extinction de la lumière ou de l’air conditionné lorsqu’on quitte la chambre, on doit a priori s’assurer de la présence d’un non-Juif dans la pièce ou appeler un non juif afin qu’il rentre dans la pièce avant de la quitter. Le non-Juif peut ensuite sortir à son tour de la pièce, ce qui n’a pas d’importance du moment qu’on ne lui a pas demandé de le faire.

Lorsqu’on n’a pas la possibilité de s’assurer de la participation d’un non-Juif, l’opinion autorisant de quitter la pièce se justifie, en particulier si c’est pour honorer le Chabbat que l’on quitte la pièce ou pour aller faire la prière en commun, l’extinction de la lumière ou de l’air conditionné constituant une conséquence directe dont on ne tire aucun profit et se rapportant à une interdiction d’ordre rabbinique (pessiq reichei delo ekpat le derabanan). (Mais si on a un intérêt quelconque à l’extinction de la lumière ou de l’air conditionné, il faut faire appel à un non-Juif, comme indiqué plus haut.)

Rav Chlomo Atlan Chlita

 

Laisser un commentaire