Screen-Shot-2013-04-23-at-17.53.49

Il y a à peine un an, en mars 2012, à Toulouse, un rabbin, Jonathan Sandler, âgé de 30 ans, ainsi que 3 enfants, Gabriel et Arié Sandler, âgés respectivement de 3 et 6 ans, ainsi que la petite Myriam Monsonego âgée de 8 ans, ont été lâchement abattus dans l’école juive Ozar Hatorah par Mohamed Merah.

L’assassin a commis ces exécutions sommaires pour venger la mort d’un enfant palestinien, Mohamed Al Dura.

Le faux reportage diffusé par France 2 avec la complicité active de son correspondant en Israël, Charles Enderlin, a été le prétexte à une série d’attentats contre des juifs, et, entre autres, à la décapitation en direct sur internet du journaliste juif Daniel Pearl par des islamistes.

Ce matin, pendant l’office, à Paris, le rabbin Baroukh et son fils ont été presque égorgés à l’intérieur même de la synagogue de la rue Saulnier, par « un fou » de nationalité iranienne. L’homme a porté ses coups de cutter aux cris d’« Allah Akbar ».

Un « fou » vous dis-je. Enfin c’est comme ça que les enquêteurs ont qualifié l’individu.

Tout le monde sait qu’un fou est irresponsable de ses actes. C’est tellement plus commode comme ça !

Donc le « fou » ne regarde pas les émissions de télévisions comme « un œil sur la planète », il ne regarde pas « on n’est pas couché » ni le lynchage médiatique de Véronique Genest qui ose dire qu’elle a peur, comme 78% des Français, de cet islam radical.

Le « fou » ne regarde pas la télévision, n’écoute pas la radio, et ne lit pas les journaux.

C’est juste un hasard s’il est entré ce matin dans une synagogue, un hasard qu’un rabbin s’y trouvait, et sans doute par erreur qu’il a tenté de lui trancher la gorge ainsi qu’à son fils.

Par bonheur, ni le rabbin ni son fils ne furent tués ce matin, et dans quelques jours nous aurons tous oublié, parce que les médias n’ont parlerons plus : le rabbin et son fils n’ont pas été victimes de skin head homophobes n’est ce pas ?

Allons me direz vous, comment est-ce possible, alors qu’il y a quelques jours, à Toulouse, celui qui occupe le poste de Président de la République – sans toutefois remplir la fonction – François Hollande, déclarait au nom de la France la guerre à l’antisémitisme.

Et si, plutôt que de nous endormir par sa dialectique, François Hollande commençait par exiger un peu de sincérité aux médias français lorsqu’ils décrivent Israël comme le nouveau nazi qui massacre le peuple palestinien.

C’est en moralisant l’information que commencera efficacement la lutte contre l’antisémitisme, Monsieur le Président de la République.

Si vous et votre gouvernement le souhaitez, vous pouvez circonscrire le feu qui prend.

Les prises de positions du Quai d’Orsay, et de certains membres de votre gouvernement, les propos des chaînes de télévision nationales, en principe neutres, la désinformation organisée par la plupart des médias, encourage les Mohamed Merah qui gangrènent les banlieues.

Demandez à votre majorité de créer une commission d’enquête sur l’affaire Al Dura que Philippe Karsenty a dénoncé en s’opposant à l’establishment politico médiatique. Il est grand temps, Monsieur Hollande, de donner un signal fort pour indiquez aux juifs qui vivent en France qu’ils ont quelques raisons d’y rester.

Sachez Monsieur le Président, que 150 000 Français en Israël sont inquiets pour la vie de leurs frères qui vivent à Paris, à Marseille, à Lyon, et ailleurs dans l’hexagone.

Les150000françaisenisrael@gmail.com

source : JSSNews

Laisser un commentaire