Lors d’un discours en octobre dernier, le chef d’état-major, le lieutenant-général Benny Gantz, a décrit de nombreuses menaces qui pourraient mettre en danger Israël. Selon lui, Tsahal pourrait être obligé de subir des attaques aériennes sur des sites militaires ainsi que des cyber attaques qui pourraient paralyser les infrastructures du pays. Il a toutefois terminé son scénario en rassurant son audience : “nous sommes assez forts pour faire face à ces menaces, celles auxquelles nous nous attendons et celles auxquelles nous ne nous attendons pas”, a t-il expliqué. “C’est notre devoir d’investir dans tout ce qui est nécessaire pour assurer la défense de nos citoyens dans les années à venir”.

Voilà trois outils qui expriment cette volonté du chef d’état-major et permettent à Tsahal de remplir sa mission.

1. Le super Simulator

Le nouveau simulateur de l’Armée de l’Air israélienne a atteint un niveau exceptionnel de précision. “C’est le simulateur le plus avancé de l’Armée de l’Air”, affirme un haut gradé des forces aériennes. Ce simulateur est plus performant que ses prédécesseurs et genère des images des forces ennemies. “Par exemple, si la mission se situe en territoire étranger, les paysages sont adaptés à la destination de la mission”, explique t-il.

De plus, le simulateur permet à huit pilotes de s’entraîner en même temps, les formant à se battre dans les airs en tant qu’escadron, en équipe. Alors qu’il illustre les réalités de la guerre, le simulateur permet d’entraîner les pilotes aux scénarios d’urgences. Si un missile touche l’avion, le pilote doit réagir vite et prendre les bonnes décisions, déterminer s’il peut continuer la mission ou s’il il doit s’éjecter de l’avion. Ce simulateur permet aux pilotes d’améliorer leurs capacités opérationelles.

Des militaires du monde entier qui ont visité Israël ont pu admirer ce simulateur. “La technologie peut simuler une opération de manière précise. Nombre d’entre eux étaient jaloux de nos capacités”, raconte une source de Tsahal présente lors d’une de ces visites.

2. Réalité augmentée et cyber-défense

Les prouesses technologiques du futur sont sans fin et se réalisent plus vite que jamais. En utilisant et maîtrisant des innovations telles que les dispositifs de réalité augmentée, technologie qui permet d’insérer de façon réaliste des objets virtuels dans des images du réel, la division technologique Lotem-C4i de Tsahal assure à Israël de conserver un coup d’avance sur ses ennemis.

L

Cette unité développe les capacités de cyber-défense d’Israël afin de fortifier Tsahal contre les menaces en ligne, tout en développant des technologies pour défendre le plus efficacement le pays sur le terrain. L’armée israélienne a mis en place des mesures fortes pour se protéger, comme la création d’une division officielle de cyber-défense. La division est composée de soldats qui travaillent sans cesse, 24h/24 et 7j/7, pour endiguer toutes les menaces que font peser les cyber-terroristes sur Tsahal.

3. Le système Trophée

Malgré leur puissance offensive impressionnante, les tanks peuvent être touchés par toutes sortes de missiles. Ils brisent ainsi le blindage du tank mettant en danger les soldats qui s’y trouvent. Pour se défendre de cette menace, le ministère israélien de la Défense et la compagnie Rafael ont développé le système Trophée.

trophy-system

Ce système crée une couche protectrice qui rend le tank imperméable aux tirs multiples de missiles. Lorsqu’un missile est intercepté par le système trophée, non seulement le tank reste intacte mais les forces aux alentours du tank sont protégées de l’explosion.

www.tsahal.fr

Laisser un commentaire