Toute l’équipe d’AshdodCafé vous souhaite shabbat shalom

חַיֵּי שָׂרָה

‘Hayé Sarah

Genèse 23 :1-25:18 : Mort de Sarah ; mariage d’Isaac ; mort d’Avraham

Haphtara : 1 Rois 1:1-31 : Salomon, successeur de David

 

     Et la vie (les vies) de Sara ‘hayyé Sarah חַיֵּי שָׂרָה fut de cent vingt–sept ans, ce sont là les années de la vie de Sara.  Genèse 23:1

Notre Paracha débute avec la mort de Sarah et se termine avec la mort d’Avraham. Le mariage de Yits’haq a lieu entre temps. L’évènement de la mort de Sarah se situe juste après celui du sacrifice de Yits’haq. Rachi interprète cette suite dans le récit biblique comme étant d’ordre chronologique. Sarah aurait eu un tel choc en apprenant qu’Avraham avait consacré son fils en sacrifice qu’elle serait morte sur le coup.

De plus, le texte ne parle pas de la mort de Sarah mais « des vies de Sarah », symbole de ses multiples accomplissements. La première mère d’Israël a accompli sa destinée. Elle nous laisse un souvenir vivant, un modèle de fidélité et de dévouement, une femme à sa juste place d’épouse veillant aux promesses divines.

La mort de Sarah est également liée à l’achat de la terre, à l’acquisition légale d’une partie de la Terre promise, confirmant par-là que Sarah n’est pas morte en ne laissant rien derrière elle. Bien au contraire, sa disparition sera l’occasion de prendre possession de la terre donnée par D.ieu. Le Midrach nous raconte que les tombes d’Adam et ‘Hava se trouvaient déjà dans la caverne de Makhpélah. Les Patriarches, toujours fidèles à leur vocation prophétique, étaient parfaitement conscients de l’importance de posséder une sépulture en Terre promise et, de surcroît, achetée de façon légale.

Trois endroits ont été achetés suivant les lois du monde en Terre promise :

–         le caveau de Makhpéla

–         Le tombeau de Yossef

–        LeMontduTemple

Or il est intéressant de noter que ces trois endroits sont ceux qui sont le plus revendiqués par nos ennemis à qui il importe de faire disparaître toute preuve de l’existence d’Israël et de son droit divin sur la terre.

Après avoir enterré sa femme, Avraham se préoccupe maintenant de marier son fils. Fidèle à son appel et à sa vocation messianique, il envoie son plus proche serviteur chercher une femme de la maison de son père, une sémite.

D.ieu répond rapidement et favorablement à la demande inspirée d’Avraham. Eli-ézer (D.ieu est mon aide) trouve donc l’épouse promise, près d’un puits : Rivka. Comme Avraham auparavant, elle devra quitter sa parenté et sa patrie pour aller rejoindre son époux dans la Terre promise.

Le puits, dans la symbolique biblique, représente la pureté de la source d’inspiration et la fécondité. La plupart des mariages des patriarches ont commencé autour d’un puits, Rivka, Yaakov et Ra’hel, Moshé et Tsippora…

Après avoir assuré la lignée messianique, Avraham se remarie avec Kétoura. La tradition rapporte que ce serait Agar. Une allusion est donnée par la mention du nom du puits où Agar avait trouvé de l’eau. Avraham continue sa mission et enseigne ses prochains enfants dans la connaissance du D.ieu Unique. Nous en retrouvons le fruit dans un de ses descendants, en la personne de Yitro, père de Tsippora, Madianite et premier converti. Or, Madian était un descendant de Kétoura. 

Abraham meurt après une vieillesse heureuse et est enterré par ses deux fils, Yits’haq et Yishmaël, une image de la future réconciliation des deux peuples autour du D.ieu d’Avraham…Yishmaël est mentionné en second, ayant reconnu le droit d’aînesse spirituel de son frère.

Mais avant cela, il faudra que « Yishmaël spirituel », c’est-à-dire l’Islam, « tombe » devant ses frères et le dernier verset de notre Paracha illustre cette vérité :

Genèse 25:18  Ces peuplades habitaient depuis Havila jusqu’à Chour, en face de l’Égypte, jusque vers Achour. Il s’étendit « littéralement nafal, tomba נָפָל » ainsi à la face de tous ses frères.

Genèse 25:19  Ceci est l’histoire d’Isaac, fils d’Abraham: Abraham engendra Isaac.

Le verset mentionnant les générations de Yishmaël, sa chute, se situe juste après celui qui mentionne la réconciliation des deux frères et s’intercale entre cette réconciliation et les générations suivantes, celles de Yits’haq qui marquent une nouvelle ère.

L’Ecriture est en train de nous dire ici, que Yishmaël reviendra dans les tentes d’Avraham, mais pas avant d’être débarrassé de son idolâtrie meurtrière. Quand l’Islam sera « tombé », alors la génération de Yits’haq, annonçant l’ère messianique, brillera enfin!

« Cette juxtaposition de textes nous indique qu’à la fin des temps lorsque Yishmaël « tombera », alors règnera le Machia’h ben David dont la généalogie remonte à Yits’haq… »[1] 

Amen, qu’il en soit ainsi rapidement. 

Orah Sofer, Guide touristique licenciée

Guide certifiée à Ir David

Guide certifiée à l’Institut du Temple

 (972) 054-207313

www.visiterisrael.com


[1] Baal Haturim Hayé Olam, Albert Tolédano

Laisser un commentaire