La France, la Belgique et l’Italie ont proportionnellement perdu leur plus grand nombre de Juifs en faveur d’Israël. L’Alya française représente un tiers de l’alya de 2016.

Les Juifs d’Europe ont quitté leur pays respectif pour Israël à un rythme sans précédent au cours des dernières années,  bien que le phénomène n’a pas encore atteint la portée d’un «exode», selon un rapport publié vendredi par un groupe de réflexion britannique juif.

Les pays qui ont perdu un nombre relativement important de Juifs qui vivent a présent en Israël, sont d’après un rapport de  l’Institut de recherche sur les politiques, la France, la Belgique et l’Italie. D’autre part, il n’y a pas eu d’augmentation inhabituelle de l’émigration des Juifs du Royaume-Uni, d’Allemagne et de Suède.
« En comparaison avec les exemples de masse d’émigration de Juifs dans des contextes bien précis – soit en raison de la persécution ou des développements politiques rapides et menaçants – l’ampleur de l’émigration juive actuelle de France, de Belgique et d’Italie (les pays ayant les niveaux les plus élevés de désertion) en Israël est beaucoup plus faible et ne peut pas véritablement être qualifiée d’«exode», comme l’a rapporté «le rapport – intitulé :  » Combien sont les Juifs a quitter l’Europe? ».
traduction et adaptation Ashdodcafe.com

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.