«J’AI AMENÉ DE NOMBREUX CHEFS PÂTISSIERS FRANÇAIS EN ISRAËL» : La pâtissière Sharon Heinrich a créé une douce niche dans la Cité de l’amour, organise des visites en hébreu lors de la venue d’Israéliens à Paris et fait connaitre ses nouvelles friandises exquises. 

Le succès grandissant de Sharon Heinrich, expatriée israélienne à Paris, va à l’encontre du principe selon lequel vous ne pouvez faire un gâteau ou un croissant et le manger aussi.  Après avoir créé une entreprise animée par sa passion insatiable pour la pâtisserie française, Heinrich a intégré son expertise à une activité florissante appelée ″Paris Chez Sharon″, devenant une figure reconnue de la scène culinaire légendaire de la ville.

Aujourd’hui, grâce à sa portée mondiale via Instagram et Facebook, Heinrich est également de plus en plus connue dans le monde entier, en particulier dans les milieux gastronomiques. Sa production prolifique en ligne et sa forte présence dans les médias sociaux – plus de 235 000 abonnés sur Instagram – ont contribué à en faire un influenceur recherché en France et au-delà.

Cela contraste nettement avec sa vie antérieure en Israël où, loin des projecteurs, elle a travaillé pendant de nombreuses années pour le service de sécurité intérieure du pays avant de s’installer à Paris en 2010.

Si Heinrich insiste sur le fait qu’elle vit maintenant son rêve, c’est un rêve dévorant. Son travail inclut de fréquentes tournées culinaires, la publication de son blog, la création de contenu vidéo, l’écriture pour Haaretz, la photographie et le conseil pour les entreprises, dont le plus récent en Italie. Pour rester au courant des nouveaux développements dans son domaine, elle mène constamment des recherches, rencontre des chefs et visite de grandes pâtisseries françaises.

«Quand les gens me demandent si je ne travaille pas trop, je réponds oui, mais j’adore ça», déclare Heinrich, 41 ans, avec un caractère grégaire caractéristique.

«C’est presque comme si je n’arrêtais jamais de travailler sauf quand je dors. La partie la plus difficile est l’aspect publication. Vous devez être partout – Instagram, Facebook, le blog, les sites Internet, les interviews avec les médias – car si vous ne créez pas de nouveau contenu, vous n’êtes pas là. Aujourd’hui, le tempo est tellement dynamique que vous devez publier tout le temps », dit-elle.

Lorsque Heinrich est arrivée dernièrement pour une interview, elle était accompagnée de Gali Hadari, son épouse et son aînée de huit ans. Heinrich avait proposé de se rendre à la pâtisserie-café Pierre Hermé dans la nouvelle galerie d’alimentation de luxe de Beaupassage, dans le 7ème arrondissement de la ville.

La société – dont les connaisseurs en pâtisseries, macarons et chocolats font l’éloge – occupe une place de choix dans les visites de Sharon Heinrich. Pierre Hermé a créé sa marque en 1998, longtemps après le début de sa carrière, sur les traces de sa famille, qui travaillait dans le secteur de la boulangerie et de la pâtisserie en Alsace depuis plusieurs générations. «Pierre Hermé est le dieu de la pâtisserie», dit Heinrich avec une grande révérence. «Pour moi, il est à la pâtisserie ce que Picasso est à l’art et Dior est à la mode. C’est lui qui a mis la pâtisserie française sur le chemin de la modernité.

Demandez aux jeunes chefs pâtissiers qui ils admirent le plus ? et la majorité vous répondra Pierre Hermé. Je l’aime parce qu’il est très intelligent et passionné. J’ai eu de nombreuses discussions avec lui sur la philosophie de la pâtisserie.

Qui savait qu’il y avait une philosophie de la pâtisserie ? Et qui savait que les photos des  pâtisseries françaises de Sharon Heinrich sur Instagram pourraient attirer près d’un quart de million d’adeptes et plus ?

Pour ceux qui n’ont jamais porté une grande attention aux photos de pâtisseries, l’attrait visuel n’est peut-être pas évident avant d’avoir vu celles de  »Paris Chez Sharon » sur Instagram. La photographie de Heinrich montre chaque pâtisserie comme une création artistique, un objet de désir esthétique.

«Ce qui distingue la pâtisserie française c’est la combinaison du goût, du visuel et de la qualité des ingrédients», déclare Heinrich avec effervescence. «J’aime les couleurs, la technique, les calques, la texture. J’aime la nouvelle façon de penser des chefs pâtissiers français. La pâtisserie française moderne est très différente du genre classique. C’est plus développé, avec beaucoup de nouvelles techniques. Le savoir-faire dans l’utilisation des ingrédients est incroyable.

«Sharon est un influenceur très apprécié dans le monde de la pâtisserie», a ensuite confié Côme directeur chez Pierre Hermé. « Avec ses magnifiques photos sur Instagram, elle a le talent de présenter les deux grands noms de la pâtisserie française tout en validant toutes sortes de délices qu’elle trouve dans des boulangeries locales. » Si Heinrich voulait se faciliter la vie, elle limiterait son contenu juste à des images, comme le font la plupart des Instagrammers. «Parfois, c’est tellement frustrant», dit-elle. «J’investis tellement dans mes articles. Je sors de Paris et du reste de la France, je fais des recherches, je pose des questions et je vérifie les faits. Personne ne me paye pour ça. C’est ma passion et cela m’amène finalement à faire de moi une cliente aussi. Mais beaucoup de gens se contentent de regarder les photos et de lire à peine le texte. » La passion est un mot que Heinrich utilise souvent.

«Pour moi, le plus important, c’est que j’aime ce que je fais», dit-elle. «Ajouter à mes connaissances prend beaucoup de temps. Je m’en fous. Je sais que cela contribue à ma réputation et à ma crédibilité. Les gens de l’industrie savent que je fais des recherches sur mes sujets, que mes articles sont très détaillés et que j’écris pour Haaretz, un journal sérieux. Ils savent que je le fais par passion. Et rappelez-vous, tous les grands chefs pâtissiers travaillent avec passion.  »

De sauver des vies à jouer avec de la pâte

Sa prédilection pour les goûts français a commencé dans sa jeunesse. En grandissant à Haïfa, elle a fréquenté l’école de l’Alliance où les élèves devaient apprendre le français. Une professeure d’histoire a eu un impact important sur elle en enseignant la culture française.  Elle apportait souvent du fromage, des gâteaux(Madeleine) et d’autres friandises françaises. Heinrich aimait également assister aux soirées de culture française à l’école.

Adolescente, elle souhaitait devenir avocate, influencée par la populaire émission télévisée de l’époque, « LA Law ». Après son service national obligatoire, qu’elle choisit de passer dans l’armée, un baccalauréat en criminologie et psychologie Ilan University, où elle a également obtenu sa maîtrise en droit.

Son premier emploi sérieux a été à l’agence de sécurité intérieure du pays, où elle a passé sept ans et demi, y compris pendant la deuxième Intifada, lorsque des terroristes palestiniens ont tué environ 1 100 Israéliens.

«J’aidais à sauver des vies», déclare Heinrich, réticente habituellement lorsqu’on lui pose des questions sur ses tâches. «Même si j’avais un bon salaire et tout ce que les gens veulent en Israël, ma vie a été très triste. Alors j’ai décidé de quitter mon travail.

Pour changer de rythme et se concentrer sur autre chose, elle s’est inscrite à la Estella Baking School de Tel Aviv. «C’est là que j’ai réalisé à quel point ma vraie passion était la pâtisserie, mais je savais que je ne voulais pas rester dans la cuisine toute la journée», explique Heinrich. «J’ai besoin de rencontrer des gens. J’ai besoin de choses intéressantes à voir et à faire.  »

Pour mieux comprendre le secteur de la pâtisserie en Israël, Heinrich a ensuite travaillé avec le chef pâtissier bien connu Miki Shemo, mais a finalement cherché à élargir ses horizons. En août 2010, elle a déménagé à Paris pour poursuivre son rêve. Arrivée avec peu d’argent, peu de contacts et pas de visa, elle a occupé un poste de commis à l’ambassade d’Israël, comme elle l’avair organisé avant de quitter Israël.

Dans ses temps libres, elle a cherché à percer sur la scène de la pâtisserie locale. «Les après-midi, je frappais aux portes des chefs pâtissiers», se souvient Heinrich. « Je leur disais: » Je suis Sharon et je veux qu’Israël vous connaisse. « Ils disaient souvent: » Israël est un chameau et un désert. Que voulez-vous de nous? ”. «Je leur répondais « Les gens en Israël ne peuvent pas manger de macarons ni de croissants tous les jours, mais ils aiment le monde. Ils adorent visiter des endroits, ils adorent l’information.» Et j’ai commencé mon blog en écrivant mes aventures dans le doux monde parisien», dit-elle.

Avec le temps, son blog a fait son chemin et a été largement lu en Israël, où les pâtisseries d’Europe de l’Est (strudel, gâteaux de la Forêt-Noire, gâteaux au fromage, gâteaux de babka, etc.) avaient traditionnellement cours. Beaucoup disent que Heinrich, à travers son blog et ses articles dans Haaretz et Time Out Tel Aviv, a contribué à rendre populaire la pâtisserie française en Israël.

Au fur et à mesure que l’influence de Heinrich grandissait, les Israéliens se rendant à Paris la contacterent pour lui demander de les emmener dans des endroits qui faisaient l’objet de sa couverture. Après avoir emmené deux collègues de l’ambassade dans un itinéraire de pâtisserie improvisé, elle a fait de même avec des personnes qu’elle avait rencontrées dans une communauté en ligne d’amateurs de gâteaux qui venaient à Paris. Elle a offert la «visite» gratuitement pour obtenir leurs commentaires.

Ainsi, les tournées ont commencé en 2012, elle les conduisait les week-ends et les jours de congé. En 2014, son livre en hébreu, «La meilleure pâtisserie à Paris», est devenu un best-seller en Israël. Cela a donné un coup de pouce à son entreprise, obligeant Heinrich à travailler à temps partiel à l’ambassade pour se consacrer exclusivement à Paris Chez Sharon.

Aujourd’hui, Heinrich et Hadari effectuent environ 10 visites par semaine, et même davantage pendant les périodes de vacances. Pendant quatre heures, elles commencent par un marché alimentaire, puis se rendent dans une boutique de fromages, une boulangerie, une chocolaterie, puis deux ou trois pâtisseries, tous sélectionnés par Heinrich. Aucun n’est certifié casher, même s’il n’y a pas de mélange de viande et de produits laitiers, ni de consommation de viande de porc.

Généralement, lorsque Heinrich ou Hadari emmènent un groupe dans une pâtisserie, ils expliquent qui est le chef, son approche, le design du lieu, ses spécialités et son influence sur le terrain.

«Il y a beaucoup à partager», explique Heinrich, qui s’appuie sur le prénom de la plupart des grands pâtissiers parisiens.

«Beaucoup de gens sur nos circuits sont surpris d’apprendre qu’il existe des tendances et des modes dans le secteur de la pâtisserie en France. Tout comme Louis Vuitton, Dior et Chanel dans la mode, Pierre Hermé, Claire Damon et Patrick Roger dans la pâtisserie. Et les meilleures créent des collections, comme dans le monde de la mode », dit-elle.

Les Israéliens constituant la part du lion des affaires de Paris Chez Sharon, 90% des tournées se font en hébreu. Les 10% restants sont principalement en anglais, les autres en français. Reflétant l’audience mondiale d’Instagram, les clients viennent également des États-Unis, du Canada, d’Australie, de la Nouvelle-Zélande et de l’Inde.

«Les Israéliens peuvent être difficiles, posant beaucoup de questions», déclare Heinrich. «Mais comme j’adore parler, ce n’est pas un problème. Ils veulent aussi avoir le sentiment d’obtenir un bon rapport qualité-prix, ce qui n’est pas un problème car nous donnons beaucoup lors de nos tournées. ”

«Donner pour moi, c’est partager des connaissances», dit-elle. «Ce n’est pas seulement les dégustations qu’ils reçoivent à chaque endroit. Lors de nos visites, les gens ont l’impression de découvrir un nouveau Paris, de le comprendre beaucoup plus profondément. Les Israéliens veulent cette profondeur d’information, contrairement aux Américains.  »

Bien que la France abrite de nombreuses personnes mal disposées envers Israël, l’identité de Heinrich et les participants à sa tournée étant essentiellement israéliens, n’ont suscité aucune hostilité. «Je suis très franche avec les gens sur le fait d’être israélienne», déclare Heinrich. «Je n’ai jamais connu de négativité dans cette industrie à cause de mon origine.»

« Au contraire, de nombreux chefs pâtissiers français s’intéressent à Israël et j’en ai amené beaucoup à visiter le pays », dit-elle. «Ils en tombent généralement amoureux. Je les emmène suivre des cours dans des écoles de pâtisseries israéliennes et ils deviennent des ambassadeurs d’Israël. À tel point, qu’ils me disent qu’ils souhaitent recruter des Israéliens en tant que stagiaires dans leurs entreprises, ce qui est rare car ils ont déjà des stagiaires des meilleures écoles de pâtisserie en France.

Pour assurer une certaine intimité à chaque visite, Heinrich limite leur taille à un maximum de 10 personnes. Le prix minimum de base est de 280 euros pour deux personnes, dégustations comprises. Pour les grands groupes, le prix par personne est inférieur.

Bien que la marque de Paris Chez Sharon soit intrinsèquement liée à Heinrich par son nom et sa personnalité publique, Hadari joue un rôle vital, même si elle est moins visible. Elle fait autorité dans le domaine de la pâtisserie et donne des tournées lorsque Heinrich est liée à d’autres travaux.

Hadari a rencontré Heinrich il y a près de six ans lors de sa tournée. À l’époque, elle était PDG d’une grande société de recherche en Israël. Hadari a grandi dans la ville de Nahariya, dans le nord du pays, adorait cuisiner. Plus tard, malgré le découragement de ses parents, elle souhaitait devenir chef et rêvait de venir à Paris étudier à la célèbre école de cuisine Cordon Bleu.

En 2013, alors qu’elle passait un week-end à Paris, elle a fait des recherches culinaires dans la ville et a découvert le blog de Heinrich.

«Je me suis dit:« Waouh, c’est une femme israélienne qui vit mon rêve, quelle chutzpah! », dit Hadari en souriant. «Je savais que je devais la rencontrer. Je lui ai envoyé un courriel et nous avons organisé une tournée pour moi. C’est comme ça que tout a commencé.

«Même après avoir vécu ici pendant huit ans, je suis toujours folle de Paris», dit-elle. «C’est l’endroit le plus extraordinaire au monde: la culture, l’architecture, tout.  Chaque jour, je me dis: «Il y a des gens qui ne viennent à Paris qu’une seule fois pour voir la Tour Eiffel ! Cela ne veut pas dire que la vie parisienne est facile. C’est difficile à croire, mais la bureaucratie française est bien pire qu’en Israël, déclare Heinrich, qui voit son avenir à Paris pour le moment. Les Français sont si différents de nous, Israéliens. Ils sont tellement formels, pas directs. Mais vous devez apprendre à vivre avec ça. Quand on vit dans une culture différente, il faut y adhérer, dit-elle. 

«Depuis que j’ai emménagé ici, je suis devenue plus patiente. La vie à Paris est plus calme, moins stressante. Pourtant, si vous demandez aux alsaciens ce qu’ils en pensent, ils diront que Paris est très stressante, mais comparer à Israël….. »

traduit et adapté par Ashdodcafe.com
Source : Timesofisrael.com
Photos : Instagram

Laisser un commentaire