Yael Wiesel (74 ans), conservatrice du Musée de la culture philistine et de la Maison des artistes Arié KLANG pendant 30 ans, est décédée subitement. « Le créateur des lumières de feu », la dernière exposition qu’elle a organisé ouvrira ses portes en avril prochain.

« Quand j’ai conçu le sujet de l’exposition, j’ai pensé présenter des œuvres qui ouvriraient un dialogue avec  »le cadre » en tant qu’objet », explique Yael Wiesel, souriante et enthousiaste comme d’habitude. Je me demandais comment les artistes interpréteraient le titre « Out of the Box« . Après tout, cette expression est significative, en dehors de la boite!
Dans cette exposition, je voulais placer le cadre qui est généralement secondaire au centre et mettre au défi des artistes de différents domaines de sortir du cadre. »

L’exposition « Out of the Box« , inaugurée environ deux semaines avant le décès de Yael Weisel, témoigne de la pensée originale et créative de ceux qui pensaient toujours en dehors du cadre habituel et voulaient éclairer les espaces, rassembler les gens et placer des objets secondaires qui ne sont pas au centre de l’art.
Wiesel est une figure marquante des institutions et de la vie artistique de la ville depuis 1989, conservateur du musée Corinne Maman pour la culture philistine, elle organise chaque année une exposition variée présentant divers groupes de communautés juives.
Le Musée de la culture philistine Corinne Maman a organisé des expositions sur le judaïsme au cours des dernières années : « Sans le mauvais œil et le mazal » (2013), qui traitent des talismans et de la magie dans le cycle de la vie juive;

« Au travers de la mariée » (2015) une exposition dont le thème était le mariage, la dot, les cadeaux, la ketouba, les accessoires. La dernière exposition sur « Lumière de feu » (2019) traite de la lumière des fêtes juives qui ouvrira en avril prochain. Yael a expliqué que la proximité avec le judaïsme lui est chère après que deux de ses filles soient devenues religieuses. L’exposition  »arretons nous au marché Bet » (2017), était constituée de photos prises par huit photographes résidant à Ashdod et dans les environs afin de montrer l’effervescence qui y réside la veille de Rosh Hashana. Les images – en noir et blanc et une touche de couleur- mettent en valeur les divers produits vendus dans les multiples stands – Ces photos ont fait l’objet d’un calendrier de fête distribué aux participants de la cérémonie d’ouverture. Ensuite, Yael Wiesel, commissaire de l’exposition, a salué les invités leur souhaitant Chana tova et Hatima tova.

« Le marché est déjà devenu notre maison ». Les portraits des commerçants ont été exposés et imprimés sur des calendriers. Nous sommes heureux avec vous et espérons que vous aussi serez heureux avec nous ici.  »

Yaël a fait ses études en Israël et à l’étranger : Licence en archéologie et d’histoire à l’Université hébraïque de Jérusalem, une maîtrise en muséologie (y compris l’art) de City College, à New York. Elle parlait également plusieurs langues, l’hébreu y compris l’anglais, le néerlandais et l’allemand.

Yaël Wiesel a été conduite au cimetière de Gan Yavne la semaine dernière. Beaucoup de personnes l’ont accompagné dans son dernier voyage : les membres de sa famille, des connaissances et des collègues de travail.
« Wiesel était une personnalité unique avec un sourire permanent, un visage qui exprime toujours son opinion avec franchise », a écrit  Naomi Edar Hoffman, directrice générale adjointe de la compagnie municipale et directrice de la culture et des arts « Elle était si jeune et si curieuse d’esprit qu’il est difficile pour nous tous de parler d’elle au passé. »
Wiesel, née aux Pays-Bas, était mariée au musicien Meir Wiesel, mère de trois enfants : Shlomit, Naama et Amiran qui a donné naissance a un enfant alors que sa grand-mère était inconsciente, entre la vie et la morte.

Laisser un commentaire