I – La bataille de l’orgueil contre l’humilité 

Pessah est désignée de différentes façons : fête du printemps, des matsoth mais aussi fête de la liberté. Il s’agit de la délivrance de l’esclavage d’Egypte et de ce peuple qui devient une assemblée de personnes devenues libres. En hébreu, cela s’appelle בני חורין  ou bené horine. Sur le plan étymologique, le mot horine vient du mot heth-vav-resh ou hor qui signifie « trou ». Ici se cache une allusion d’importance : bené horine ou l’homme libre  comme nous venons de le dire. Quel est, en ce cas le rapport entre  la liberté et le mot « trou » ? En inversant les lettres, nous obtenons le mot resh-vav-heth ou rouah qui revêt un sens différent selon qu’il s’agisse de vent, d’esprit, ou du spirituel et même de l’âme. On ne peut faire de trou que dans un objet, quelque chose de matériel et par ce trou  l’air va pénétrer.Ceci illustre parfaitement la parabole suivante : imaginons que l’objet dans lequel on a fait un trou est le corps et que le trou est une atteinte quelconque, à cause de cette atteinte, l’âme (le rouah) pourrait sortir (halila) du corps. De là, nous pourrons comprendre toute la différence qui existe entre les deux lettres hébraïques heth et hé ח  ה  : en effet, au demeurant, les lettres sont presque semblables la différence qui existe entre elles est un tout petit espace qui rend le hé ouvert vers l’extérieur alors que le heth reste fermé à ce qui est extérieur : il se concentre sur lui-même. Ce sont justement ces caractéristiques qui différencient l’humilité de l’orgueil. Ces attributs sont justement ceux dont il est question à Pessah entre le hametz et la matza. Ces deux vocables se distinguent l’un de l’autre par un heth et un hé, mais pas seulement.

Examinons le mot חמץ et, posons à côté le mot מצה  nous voyons donc que les lettres heth et hé forment la différence mais, nous voyons que le heth est au début du mot hamets un peu comme pour appeler l’attention sur lui, comme pour montrer son importance tandis que le hé de matza est à la fin du mot, par humilité….  Le heth qui est fermé se remplit d’air et enfle pour montrer qu’il est plus important,  alors que le hé respire….

Pour confectionner du pain ou de la matza on utilisera de manière égale de l’eau et de la farine, le facteur temps viendra s’ajouter pour faire la différence :  en se précipitant pour façonner des galettes en moins de 18 minutes, on obtiendra des matzot et en attendant d’avantage, le mélange va gonfler, se remplir d’air, paraître plus important que la plate matza.

Ceci vient nous enseigner cela : un ben « horin », un être libre, est quelqu’un qui est libre de penser et d’agir comme bon lui semble; il n’est pas contraint d’agir comme on le lui dicte et, cette spiritualité fait intrinsèquement partie de lui-même, car c’est grâce à ce qu’il pense qu’il est un homme et ce qui élève l’homme au-dessus de la bête, c’est qu’il sait donner la préférence à la spiritualité plutôt que de se laisser dominer par la matérialité.

Un homme capable de choisir la spiritualité au lieu de laisser la matérialité le sublimer, c’est en ceci que réside sa liberté. Un homme colérique, qui reste colérique et ne fait aucun effort pour sortir de cet état, pratique une sorte d’idolâtrie dont il devient le centre sans prêter attention aux personnes qui l’entourent.

Ce qui peut aider quelqu’un à devenir humble c’est de bien se connaître et savoir quelles sont les limites de chacun et connaître sa propre valeur et savoir que ce dont nous disposons vient du Créateur. Ceci nous amène à distinguer les trois degrés de connaissance et de sagesse : la hokhma, la bina et la daât : חכמה, בינה ודעת.  La hokhma siège dans le cerveau (moah מוח) la connaissance siège dans le cœur (lev לב) et l’intelligence ou bina siège dans le foie (kaved (כבד.  La hokhma que l’on traduit généralement par sagesse est la faculté de pouvoir opérer un choix et de pouvoir préférer. La connaissance,  permet de pouvoir  comprendre et de prendre conscience et de se mettre en correlation avec un tiers (autrui)[1] et l’intelligence permet de    construire  (bina est de la même racine que benya construction).

Pouvoir diriger ses instincts selon ces trois attributs permet à l’être humain d’être un « roi » = melekh (moah, lev, kaved).

[1] Connaître dans le sens biblique.

Caroline Elisheva  Rebouh Ben Abou 
MA Hebrew and Judaic Studies
Administrative Director of Eden Ohaley Yaacov

Laisser un commentaire