חֻקַּת

‘Houqat 

Nombres 19:1-22:1 fin : la vache rousse, la faute de Moshé et d’Aaron

Haphtara: Juges 11:1-33 : Jephté

 

      Et l’Eternel parla à Moshé et à Aaron, disant, C’est ici le statut de la loi, ‘houqat hatorah  חֻקַּת הַתּוֹרָה que l’Eternel a commandé, en disant, Parle aux fils d’Israël, et qu’ils t’amènent une génisse rousse,  sans tare, qui n’ait aucun défaut corporel, et qui n’ait point porté le joug.

Nombres 19

La Tradition divise le livre de Nombres en deux parties : la première partie du livre des Nombres (Parashot- Bemidbar-Qora’h) nous relate l’épopée et les aventures de la génération de l’Exode. La seconde partie (Parashot ‘Houqat à Mass’é), nous parle des problèmes rencontrés par la seconde génération lors de leur approche de la Terre Promise.

Manifestement, les évènements de notre Paracha se déroulent dans la quarantième année après la sortie d’Egypte.

La loi de la vache rousse, relative à la purification de la mort, est à mettre en relation avec la nouvelle génération : une génération est près de mourir entièrement avec le décès de Myriam et d’Aaron au chapitre 20, et la nouvelle se prépare à vivre une nouvelle étape de l’histoire d’Israël.

Cette loi concernant la purification de la mort aurait dû être placée dans les Parashiot Tazria et Metsora qui parlent de l’impureté rituelle de la mort et des moyens de s’en purifier. Mais, comme souvent dans la Thora, des passages sont reliés entre eux pour nous faire comprendre un message. Ici, c’est celui de la purification de la mort, résultant du péché originel.

Rappelons qu’une personne devenait impure, tameh, par la calomnie, ou par un contact avec un cadavre ou encore par un accouchement, menstruations, pertes séminales etc., tout ce qui provoquait un état momentané de stérilité, d’absence de vie.

Cette impureté empêchait la proximité avec D.ieu Seule une personne pure était admise dans Sa Présence. Par exemple, quelqu’un atteint de tsaraat,), était exclu du camp (voir Parachot Tazria et Metsora).

Les ingrédients de la procédure de la purification de la mort et de la tsaraat étaient identiques :

–         la laine écarlate

–         le bois de cèdre

–         l’hysope

–         L’aspersion était également nécessaire, ainsi qu’une période de purification de 7 jours.

–         Dans le cas de la plaie de tsaraat, deux oiseaux étaient utilisés : un était égorgé, le second relâché.

–         L’hysope était l’outil utilisé pour la purification des péchés :

Purifie–moi du péché avec de l’hysope, et je serai pur ; lave–moi, et je serai plus blanc que la neige. Psaumes 51:7

–         La vache devait être rouge, de la tête aux sabots, sans aucune tâche, et ne devait jamais avoir porté de joug.

–         Le cèdre, dans les deux passages, représente l’orgueil, et l’hysope, l’humilité requise pour s’approcher de D.ieu. Comme le note le Midrash : « le cœur de l’homme s’élève comme le cèdre, qu’il soit abaissé comme le plus petit des arbustes, l’hysope, et comme le ver dont la couleur écarlate est tirée, car la soumission et l’humilité sont précieuses aux yeux du tout Puissant ».

Un phénomène incompréhensible se produisait lors de la préparation des cendres de la vache rousse et de son aspersion sur la personne impure : le Cohen, pur avant de procéder à la purification, devenait impur en purifiant la personne, qui devenait pure à son tour.

Cette ordonnance de Thora, littéralement, ‘hoqqat hathora, חֻקַּת הַתּוֹרָה fait partie de ces ‘houqim, ces lois incompréhensibles à la raison humaine car elles sont un commandement divin dont Il détient les clés.

La Tradition enseigne que le roi Salomon lui-même, malgré toute la sagesse qu’il avait reçue, ne parvint pas à déchiffrer les secrets de la vache rousse. Le verset suivant y fait allusion :

Ecclésiaste 7:23  J’ai éprouvé tout cela par la sagesse ; j’ai dit, je serai sage ; mais elle était loin véhi ré’hoka וְהִיא רְחוֹקָה de moi.

La valeur numérique des mots « mais elle était loin véhi ré’hoka וְהִיא רְחוֹקָה» est égale à celle de « génisse rousse para adouma פָרָה אֲדֻמָּה» : 335.

D’une façon étonnante, la vache rousse était égorgée hors du camp et du Temple. Or, tous les sacrifices devaient être offerts dans l’enceinte du Tabernacle ou du Temple, sous peine de ressembler à un sacrifice offert aux démons des champs. Le Midrash raconte l’anecdote suivante :

« Un non Juif mit Rabbi Yo’hanan ben Zakkaï au défi. « Tous ces rites liés à la vache rousse ressemblent à de la sorcellerie ! Vous prenez une vache, vous la brûlez et vous déposez ses cendres dans l’eau. Après avoir aspergé plusieurs fois cette eau sur une personne devenue impure au contact d’un mort, vous la déclarez pure. Cela a-t-il un sens ? »

« Votre corps a-t-il jamais été envahi par un esprit impur ? » demanda Rabbi Yo’hanan ben Zakkaï. »

« Non ».

« Mais avez-vous vu quiconque habité par un esprit impur ? ».

« Oui ».

« Quel remède cet homme reçut-il ? ».

« On déposa sous lui une racine aromatique et, lorsqu’on l’aspergea d’eau, l’esprit impur s’enfuit. »

« Que vos oreilles entendent ce que vous dites ! » s’exclama le sage. « C’est la même chose pour la vache rousse. L’impureté est cet esprit impur qui atteint une personne ayant touché un cadavre. Il est écrit : « Je retirerai l’esprit impur du pays » (Zacharie 13:2). Cela signifie que lorsque le Messie viendra, l’esprit d’impureté disparaîtra du pays. L’aspersion de l’eau contenant les cendres de la vache rousse opère la même purification. »

Cette explication satisfit le non Juif et il s’en fut.

Un disciple de Rabbi Yo’hanan ben Zakkaï se tourna vers son maître : « Vous vous êtes débarrassé de ce païen par un argument fallacieux. Mais quelle explication nous donneriez-vous à nous ? »

Il répondit : « La Thora parle ici d’un décret divin, d’un commandement qui renferme un grand secret. N’essaie pas de le percer car c’est une loi que D.ieu a ordonnée, un décret que nous ne sommes pas autorisés à sonder. »

La Tradition enseigne qu’il y a eu 9 vaches rousses depuis Moshé qui prépara la première. Une autre jusqu’à Esdras, puis huit dans la période du Temple. La dernière sera préparée par le Messie, et le peuple juif attend la réapparition d’une vache rousse, signe des temps messianiques. Ses cendres seront alors préparées pour donner la vie éternelle et la résurrection des morts.

Et je sanctifierai mon grand nom, qui a été profané parmi les nations, et que vous avez profané au milieu d’elles ; et les nations sauront que je suis l’Eternel, dit le Seigneur, l’Eternel, quand je serai sanctifié en vous, à leurs yeux. Et je vous prendrai d’entre les nations, et je vous rassemblerai de tous les pays, et je vous amènerai sur votre terre ; et je répandrai sur vous des eaux pures, et vous serez purs, je vous purifierai de toutes vos impuretés et de toutes vos idoles. Et je vous donnerai un coeur nouveau, et je mettrai au dedans de vous un esprit nouveau ; et j’ôterai de votre chair le coeur de pierre, et je vous donnerai un coeur de chair ; et je mettrai mon Esprit au dedans de vous, et je ferai que vous marchiez dans mes statuts, et que vous gardiez mes ordonnances et les pratiquiez. Et vous habiterez dans le pays que j’ai donné à vos pères, et vous serez mon peuple, et moi je serai votre Dieu. Ezékiel 36:23-28

Les cendres de la vache rousse font allusion au péché du Veau d’or, une façon de faire un tikkun:

Et il prit le veau qu’ils avaient fait, et le brûla au feu, et le moulut jusqu’à ce qu’il fut en poudre ; puis il le répandit sur la surface de l’eau, et en fit boire aux fils d’Israël. Exode 32:20

Puis, la Paracha nous relate le douloureux évènement du rocher frappé, évènement  qui empêchera Moshé d’entrer en Terre Promise.

Ils ne crurent pas au Rocher de leur salut, ils frappèrent le Rocher Qui les avait abreuvés pendant ces quarante années:

Ps 18:2 Eternel, mon rocher, et mon lieu fort, et celui qui me délivre ! Mon Dieu, mon rocher, en qui je me confie, mon bouclier et la corne de mon salut, ma haute retraite !

La « voie royale » ne leur sera pas encore accordée car Edom ne leur cédera pas ce passage. Il nous faut ici lire entre les lignes. Certes les péchés d’Israël les empêchèrent d’entrer de suite en Terre d’Israël, mais Edom joue ici un rôle prophétique important.

Edom, dont l’ancêtre était le frère de Yaakov, Esav, s’était vu attribué de nombreux territoires, dont Magdiel, qui n’est autre que Rome[1]

Cette voie royale aurait dû les conduire immédiatement en Terre Promise, mais l’histoire nous montrera qu’Edom sera encore à l’œuvre pour empêcher Israël de remplir sa destinée. 2000 ans d’exil dont nous rentrons à peine…

Fatigués et déçus par ce retard en chemin, la nouvelle génération murmure et D.ieu les frappe pour avoir méprisé la manne. Des serpents brûlants sont envoyés, signe de la mauvaise langue du serpent du Gan Eden qui amena la mort spirituelle dans les hommes.

Le remède surgit, incongru, mais complètement symbolique :

Et l’Eternel dit à Moshé, Fais–toi un serpent brûlant, et mets–le sur une perche ; et il arrivera que quiconque sera mordu, et le regardera, vivra.  Et Moshé fit un serpent d’airain, et le mit sur une perche ; et il arrivait que lorsqu’un serpent avait mordu un homme, et qu’il regardait le serpent d’airain, il vivait. Nombres 21:8-9

L’arme qui frappe est celle qui guérit ! La victoire finale sera assurée à la fin des temps quand le mal aura disparu comme le suggère la valeur numérique du mot Machia’h משיח, identique à celle du mot nah’ach, serpent נחש: 358

Amen, qu’il en soit ainsi rapidement ! 

Orah Sofer, Guide touristique licenciée
Guide certifiée à Ir David et à l’Institut du Temple

 (972) 054-207313   www.visiterisrael.com

 

 



[1] Rachi

Laisser un commentaire