Vous pouvez visionner l’intégralité (en hébreu) de l’entretien d’Arutz 10 avec Gilad Shalit, à l’occasion de l’anniversaire de sa libération, ci-dessous.

Extraits retranscrits :

“J’avais peur d’être oublié”,

“J’essayais de me concentrer sur les petites choses agréables qui me restaient (…), d’apprécier ce que j’avais, parce que cela pouvait empirer”… la télévision, la radio, la nourriture décente, le fait qu’ils ne me traitaient pas trop mal”.

“Au début, je n’étais pas informé de ce qu’il se passait en Israël ou dans le monde. À un certain moment, ils m’ont laissé regarder les informations en arabe à la télévision, donc je savais ce qu’il passait dans la région. Puis j’ai obtenu une radio et j’ai pu écouter les nouvelles d’Israël”.

”J’ai commencé à comprendre un peu l’arabe”.

”Il y avait aussi une forme de communication avec les geôliers. Il y avait des moments où une sorte d’émotion ou de rire apparaissait, quand nous regardions un bon match ou un film à la télévision”.

 ”C’est une des choses qui m’ont aidé à garder la raison là-bas. Pendant la journée, je jouais à toutes sortes de jeux avec eux, aux échecs, aux dominos… Le secret, c’est de maintenir un cadre, un programme, de ne pas rester au lit toute la journée à ne rien faire”.

lien du clip : http://www.youtube.com/watch?v=_0DsVpxflWA&feature=youtu.be

http://www.crif.org/fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.