וַיִּגַּשׁ

Va-Yiggach 

Genèse 44:18–47:27 : La réconciliation

Haphtara : Ézéchiel 37:15–28 : La réunion des Douze Tribus

   Alors Juda s’avança va-yiggach וַיִּגַּשׁ vers lui, en disant: « De grâce, seigneur! que ton serviteur fasse entendre une parole aux oreilles de mon seigneur et que ta colère n’éclate pas contre ton serviteur! Car tu es l’égal de Pharaon. Genèse 44:18

Nous retrouvons Yossef et ses frères après le suspens de la semaine dernière. Mi-Qets nous avait laissés sur notre faim concernant le dénouement de la confrontation familiale.

Yéhouda va prendre l’initiative et intercéder pour son plus jeune frère. Nous avons vu lors de la dernière Paracha que Benyamin évoquait le Temple qui sera construit plus tard sur sa portion de territoire. Au-delà des liens familiaux, c’est bien du Temple dont il est question. Alors que le Royaume de Yéhouda et celui d’Ephraïm (descendants de Yossef) se sépareront dans la suite de l’histoire, la tribu de Benyamin ne sera, quant à elle, jamais séparée de celle de Yéhouda et ne quittera pas son défenseur. Effectivement, la garde physique et spirituelle du Temple est confiée aux descendants de Yéhouda.

Constatant que l’amour de ses frère est sincère, et qu’ils sont désormais prêts à donner leur vie pour sauver l’héritage spirituel, Yossef ne peut plus contenir l’amour et la compassion qui s’épanchent de son cœur meurtri par l’éloignement et l’incrédulité de ceux de sa maison depuis tant d’années. Il enlève son masque égyptien et il s’écrie :

Je suis Yossef !

אֲנִי יוֹסֵף

  4 Joseph dit à ses frères: « Approchez-vous de moi, je vous prie. » Et ils s’approchèrent. II reprit: « Je suis Joseph, votre frère que vous avez vendu pour l’Égypte. 5 Et maintenant, ne vous affligez point, ne soyez pas irrités contre vous-mêmes de m’avoir vendu pour ce pays; car c’est pour le salut que le Seigneur m’y a envoyé avant vous. Genèse 45:4-5

Et Yossef pleura sur le cou de son frère. Il pleure, car il voit prophétiquement la destruction du Temple, la dispersion des tribus et le long chemin de l’exil. Rachi interprète : le cou c’est le Temple et la Tradition nous dit que, de la même façon que le cou est l’ornement du corps, ainsi le Temple est l’ornement d’Israël.

Les frères de Yossef apportent la merveilleuse nouvelle à Yaakov. Mais celui-ci ne la reçoit pas, il ne peut pas, son cœur est comme gelé, sans vie. Mais alors qu’il écoute et regarde les présents que Yossef lui a envoyés, tout à coup il voit, vayar  וַיַּרְא !

Yaakov reçoit une vision qui va lui redonner la vie !

Et ils lui dirent toutes les paroles de Yossef, qu’il leur avait dites ; et il vit vayar  וַיַּרְא les chariots que Yossef avait envoyés pour le transporter ; et l’esprit de Yaakov leur père se ranima (revint à la vie) Genèse 45:27

Mais que voit-il ? Les chariots !

Ha Agalot הָעֲגָלוֹת

Le mot agalot est à rapprocher du mot egla, עֶגְלָה qui parle de la génisse dont les anciens de la ville brisaient la nuque lorsqu’un crime avait été commis sans que l’auteur en soit connu. Les anciens de la ville, dont la responsabilité était engagée, accomplissaient cet acte symbolique afin de se disculper pour avoir laissé une personne sans accompagnement de retour alors qu’elle quittait, seule, la ville.

En envoyant Yossef seul, à la recherche de ses frères, alors qu’il connaissait leur jalousie à son égard, Yaakov porte depuis sa disparition une culpabilité et son esprit est comme mort, fermé à toute communication divine.

Aussi, Yaakov, en « voyant » ces agalot, chariots, reçoit pleinement la délivrance de cette souffrance. La conséquence : l’esprit de Yaakov revit et le verset qui suit nous en donne la preuve éclatante.

  Et Israël dit, C’est assez ! Yossef mon fils vit encore ; j’irai, et je le verrai avant que je meure. Genèse 45:28

Ce n’est plus le Yaakov qui vit tristement dans la culpabilité et le chagrin mais Yisra-El, le prince de D.ieu qui triomphe rappelant la présence divine sur sa vie instantanément !

Mais, il y a tout d’abord l’exil qui est une étape nécessaire et Yisra-El le comprend en allant rechercher à nouveau la face de D.ieu à Beer Shéva, à l’endroit où il s’était arrêté lors de sa fuite devant son frère Esav. Là, HaShem lui dit de ne pas craindre de partir vers cet exil où Il descendra Lui-même avec le peuple d’Israël. Il est inévitable, prédit à Avraham. C’est dans l’adversité que D.ieu éprouve Son peuple afin de l’émonder et d’en faire sortir le meilleur, à l’image des olives que l’on presse pour en faire sortir l’huile. L’olivier est le symbole d’Israël dont on tire la précieuse huile qui va allumer la Menora de Son Esprit, cette huile que les Grecs chercheront à souiller à tout prix.

D.ieu a promis à Yaakov qu’Il descendrait en exil avec lui, lui donnant l’espoir d’une délivrance future. Les trésors de la Thora apparaissent devant nous dans les versets suivants :

Et Yaakov envoya Yéhouda devant lui vers Yossef, pour qu’il préparât lehorot, לְהוֹרֹת le chemin devant lui en Goshen, gochena גֹּשְׁנָה. Et ils vinrent dans le pays de Goshen. Genèse 46:28

Les lettres composant le mot Goshna sont les mêmes que celles inscrites sur la toupie de ‘Hanoukka et qui signifient Ness Gadol Haya Cham : Un grand miracle a eu lieu là-bas. De plus, miracle de la Thora : la valeur numérique de Goshna est la même que celle de Machia’h : 358 !

La Shekhina va accompagner Yaakov, D.ieu n’a jamais abandonné Son peuple et la lumière du Machia’h brillera du fonds des ténèbres de l’exil pour le ramener au temps voulu.

Yéhouda est envoyé le premier pour fonder une yéchiva, comme nous l’enseigne le mot employé : lehorot, לְהוֹרֹת, qui signifie « enseigner ». L’étude de la Thora est le lien qui permet l’union du peuple juif et sa survie. La Thora est le fondement de la nation juive, c’est ce qui fait d’elle un peuple. Torah et Machia’h sont les ingrédients pour sortir de l’exil, c’est le message puissant de la Fête de ‘Hanoucca.

Nous terminons avec la Haphtara du prophète Ezékiel qui nous parle de la réunion des deux royaumes en un seul. Le mot un, e’had, אֶחָד est répété 11 fois dans ce passage et il parle d’unité, de l’onction de Yossef qui rassemble Am Yisra-El. Un peuple avec Un Roi, un peuple uni dans l’amour du D.ieu UN, אֶחָד :

La révélation sera complète quand s’accomplira la promesse suivante :

Ma résidence sera près d’eux; je serai leur Dieu, et eux seront mon peuple. 28 Et les nations sauront que moi, l’Eternel, je sanctifie Israël, puisque mon Sanctuaire sera au milieu d’eux pour toujours. » Ezékiel 37:27-28  

Orah Sofer, Guide touristique licenciée

Guide certifiée à Ir David

Guide certifiée à l’Institut du Temple

 (972) 054-207313

www.visiterisrael.com

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.