rav david touitou

Depuis cinq ans, le Rav David Touitou est à la tête la communauté Ohel Moshe à Ashdod. Il est particulièrement apprécié des francophones, ses cours de Torah sont même réputés dans la ville et au-delà puisque l’on peut désormais les visionner sur Internet. En tant que Rav francophone, il est aussi amené à aider des familles montées en Israël qui sont confrontées à des difficultés de toutes sortes. Il avoue de façon claire qu’il est aujourd’hui nécessaire que notre communauté soit représentée à la mairie pour faire évoluer certaines situations. Après plusieurs rencontres avec le maire-adjoint  Léon Benloulou et de Muriel Nabet, candidats au conseil municipal sur la liste Halev Ha’hevrati, le Rav Touitou  a décidé de leur apporter son soutien pour les prochaines élections.

ASHDOD AUJOURD’HUI/ Rav Touitou, pourquoi orientez-vous votre choix sur la liste Halev Ha’hevrati ?

RAV DAVID TOUITOU/ Avant même de commencer, je tiens à préciser que mon geste n’est lié à aucun intérêt personnel et que je n’ai reçu aucune promesse de qui que ce soit. Je suis très attaché au Rav Ovadia Yossef et au parti Shass qui représente l’ensemble des orthodoxes d’Ashdod.

Mais si Shass s’occupe bien sûr du bien spirituel et social des habitants d’Ashdod, moi ce sont les Juifs francophones qui me préoccupent. Je veux avec l’aide d’Hachem contribuer à les faire évoluer,  les réunir et faciliter leur intégration. Il faut enfin montrer que la communauté française existe dans cette ville !

Quand on sait qu’Ashdod compte des milliers d’olim francophones, répartis sur toute la ville, et qu’ils ne disposent d’aucun lieu qui leur soit réservé tandis que la communauté russe, qui a su envers et contre tout, dépasser ses divergences pour s’unir et exister politiquement, dispose de tous les endroits nécessaires, on comprend qu’il devient impératif, pour les olim francophones, de s’unir. Il faut qu’ils bénéficient  justement d’un pouvoir qui leur fait tant défaut à ce jour, que ce soit dans le domaine scolaire, éducatif ou social. Il devient urgent qu’il y ait au sein même de la mairie des personnes à même d’accueillir, comprendre et accompagner les olim francophones qui sont souvent perdus dans cette ville. Il faut aussi absolument mettre sur pied un programme pour stopper le départ des jeunes couples d’Ashdod et leur permettre de rester dans cette ville. Personnellement, je vois malheureusement trop souvent de jeunes couples quitter Ashdod, faute de moyens financiers pour y résider.

Concernant mon soutien pour Monsieur Léon Benloulou, plusieurs raisons motivent cette décision. Tout d’abord son expérience politique, en tant que maire-adjoint depuis dix ans, est un atout considérable, sans oublier qu’il a eu un geste fort envers les olim francophones en plaçant, en deuxième position, une ola originaire de France, Madame Muriel Nabet. Ensuite, son attachement à la tradition juive et son amitié sincère pour le monde de la Thora m’ont touché. Mais, l’essentiel pour moi, est qu’il souhaite s’occuper des personnes les plus défavorisées d’Ashdod et en particulier des français. 

ASHDOD AUJOURD’HUI/ En tant que Rav francophone, êtes-vous régulièrement sollicité par des familles françaises confrontées à des difficultés ?

RAV DAVID TOUITOU/ Depuis cinq ans que je suis arrivé dans cette ville, je me suis donné corps et âme pour les habitants. Je reçois une moyenne de 65 appels téléphoniques par jour émanant de personnes qui sont confrontées à toutes sortes de difficultés, certaines sont menacées d’expulsion, d’autres sans travail, ou avec des problèmes d’orientation scolaire, d’autres dans des situations encore plus graves. Des familles viennent me voir de tous les quartiers d’Ashdod.

Je trouve intolérable qu’avec toute la richesse de la mairie d’Ashdod, il n’y ait pas davantage de moyens humains et financiers mis à disposition des olim francophones. Il y a à ma connaissance environ 18.000 français dans cette ville. Je pense que la moindre des choses est qu’ils disposent d’un endroit à la mairie qui puisse  les accueillir. Nous avons aussi besoin de gens de terrain. On ne peut pas continuer à ignorer que dans cette communauté, il y a aussi des personnes qui rencontrent des problèmes et qui ont besoin d’aide. 

ASHDOD AUJOURD’HUI/ Ne craignez-vous pas que  cette prise de position vous porte préjudice ?

RAV DAVID TOUITOU/  Le préjudice existe lorsqu’on a reçu une faveur quelconque, or ce n’est pas du tout le cas. Depuis cinq ans que je suis là et après avoir fait plusieurs démarches auprès de la mairie, comme membre d’une communauté grandissante, je n’ai trouvé personne à la tête de cette mairie pour m’aider ! J’ai une petite structure, et je fais le maximum avec les moyens dont je dispose. Je n’ai pas eu d’aide de la municipalité jusqu’à présent donc je suis très à l’aise pour parler. Je déplore d’ailleurs que les portes de la mairie soient fermées aux administrés.

Vous savez, de toute façon, quand on travaille pour Hachem, on a peur de personne. Si je devais faire preuve de Méssirouth néfech pour le bien-être de mes frères, alors je me porte volontaire.

Il est essentiel de préciser, que ce n’est en aucun cas l’aspect politique qui m’intéresse, mais uniquement, l’intérêt de la communauté francophone. 

ASHDOD AUJOURD’HUI/ Quel message souhaiteriez-vous adresser à la communauté francophone ?

RAV DAVID TOUITOU / J’encourage vivement la communauté à bouger, à voter, à ne pas éparpiller ses voix afin de créer un « lobby » et de permettre notamment la création d’un lieu dédié à l’accueil des francophones à la mairie d’Ashdod pour qu’ils soient enfin écoutés, guidés et aidés.

Il faut absolument changer la situation existante.

Etant donné que nous plongeons vers une situation de plus en plus difficile, nous avons intérêt à nous mobiliser et à faire, tout ce qui est en notre pouvoir, pour élire des conseillers municipaux francophones qui soient particulièrement sensibles et conscients des difficultés rencontrées par notre communauté.

Je souhaite à Léon Benloulou et à Muriel Nabet de réussir dans leur chemin afin de mettre en application, avec l’aide d’Hachem, leur programme qui permettra d’améliorer les conditions d’intégration d’une communauté dispersée et individualiste qui, en fait, n’est qu’une seule grande famille. Je dois avouer que j’ai pris en sympathie  Léon Benloulou avec qui je me suis entretenu à plusieurs reprises et, après avoir pris connaissance de tous les projets qu’il a l’intention de mettre sur pied pour les francophones et, en particulier pour les jeunes, j’adhère complètement à son programme, qui va, entre autres, mettre l’accent sur l’éducation et le logement.

Chers amis, si j’ai tenu à m’adresser à vous, c’est uniquement pour le bien-être des francophones, encore une fois, sans aucun intérêt de ma part. Je pense tout simplement  qu’il y a un avantage énorme à proposer enfin une adresse, des interlocuteurs aux personnes qui, jusque-là, n’en n’ont pas eus. Sans pour autant dénigrer le travail des personnes qui s’efforcent d’aider les olim francophones, il n’existe à ce jour aucun service à la mairie qui soit représentatif des membres de notre communauté.

En attendant que vienne le roi Machia’h qui nous donnera de vraies solutions, Halev Ha’hevrati  est la liste qui me semble la plus appropriée pour améliorer l’intégration de notre communauté. Je profite de cette occasion pour adresser mes vœux  à l’ensemble de la communauté et je suis convaincu que, cette année, nous parviendrons à nous unir pour obtenir enfin, ce qui nous est dû.

Source : ASHDOD AUJOURD’HUI

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.