logo completChers amis, 

Cela fait quelques années (presque 8 ans..)  que je vous interpelle, à la même époque, dans le cadre de l’Ouverture Annuelle de la Collecte de Fonds WIZO, pour évoquer avec vous le nombre croissant d’enfants victimes ou témoins de Violence au sein de leur famille. Leur situation est tellement complexe que nous sommes devenus leur dernière chance de s’en sortir..

Chaque année, je cherche les mots pour vous décrire la situation telle qu’elle est, sans vous choquer, mais sans rien vous cacher non plus. Je sais que ce n’est pas en vain puisque vous êtes nombreux à rejoindre la grande famille des donateurs de la WIZO. Mais ce n’est pas encore suffisant, loin s’en faut.

Une de mes amies me disait il y a quelques jours encore : « Je ne sais pas comment tu fais. Ça doit être difficile de demander de l’argent. Tu n’es pas gênée parfois ? »

Non, ce n’est pas demander de l’argent qui me gêne… mais le sort de ces enfants, de jeunes juifs qui n’ont pas d’enfance et qui risquent leur vie dans le lieu où ils devraient être le plus rassurés : leur foyer ! Ou qui n’ont pas de quoi se nourrir convenablement. Ce qui me gêne c’est de voir certains de nos enfants souffrant de délaissement, d’isolement et de désarroi en rentrant chez eux,  abandonnés, et souvent dans le dénuement.

Ce qui me gêne, ce sont ces chiffres : 1 enfant sur 2 (48,5%) déclarent avoir été victime d’une maltraitance. 28% sont victimes de violences morales, physiques et sexuelles et ont des blessures psychologiques profondes !

Nous avons besoin d’argent pour les aider. Le climat économique est tel que les besoins sont devenus énormes et certaines situations dramatiques, tragiques, épouvantables.

Nous avons besoin d’argent car il est de notre responsabilité, de notre devoir d’aider nos frères, nos enfants, pour croire que leurs souffrances vont cesser et pour croire à nouveau en un avenir possible pour eux.

Et même si c’est difficile, car c’est difficile, je vous demande de l’argent. Ce que vous pouvez, parce que ce secours fait partie de notre tradition, de nos codes, de notre histoire..

Et pour conclure je vous fais une confidence,  Moi aussi, j’ai fait un rêve…celui d’un monde où David,  Adam, Lena, Ruth, Netanael, Lea, Imbal et sa petite sœur Yaël,  Nathan et tous les autres, retrouvent le sourire grâce à vous tous et se reconstruisent dans nos foyers WIZO. Votre don peut changer leur vie. Pensez-y, pour ne plus dire : je ne savais pas, ou  je n’imaginais pas que c’était à ce point……

Si vous ne pouvez assister à ce gala, envoyez nous vos dons……Je vous remercie pour eux.

Mariel Aflalo Benhamou
Présidente Nationale des Sections Francophones WIZO ISRAEL
Présidente du Centre WIZO Netanya
0544 500 996

ENQUETE 2013 : 

Près d’un enfant sur deux, est victime de maltraitance titre le Monde Juif Info. : Une étude menée par le Centre de recherches sociales de l’Université de Haïfa en collaboration avec le ministère de l’Éducation montre que la moitié des enfants israéliens sont victimes de violences morales, physiques et sexuelles. Cette présente étude, la première du genre en Israël et la plus complète réalisée à ce jour, a été réalisée entre septembre 2011 et septembre 2013 et porte sur 8.239 adolescents juifs et 2.274 arabes de 12 à 16 ans. Les résultats sont alarmants, les professeurs Zvi Izikovitch et Rahel Lev-Wizel, à l’origine de cette étude, parlent d’un véritable “tremblement de terre” et préviennent que leurs chiffres ne sont que la partie visible de l’iceberg. Près de la moitié des enfants suivis (48,5%) déclarent avoir été victimes d’une maltraitance. 28% ont signalé des blessures psychologiques profondes, 18% disent avoir été abusés sexuellement, 15% souffrent de négligence affective, 14% de négligence physique, 14% de violences physiques et 9% de violences familiales en général.

Les centres spécialisés de la WIZO sont une oasis dans le désert de détresse et de douleur vécu par ces jeunes êtres  innocents.  Les centres WIZO les accueillent à tous les stades de l’enfance (parfois même des nourrissons) et ce jusqu’au Bac ou au Service Militaire.
Dans ce cadre, ces enfants retrouvent l’amour, la chaleur et l’écoute d’un foyer familial traditionnel. Une équipe dévouée leur dispense des trésors d’affection, accompagnés d’un traitement psychologique destiné à effacer les spectres  d’un passé douloureux. L’éducation qui leur est prodiguée respecte la personnalité de chaque enfant afin qu’ils s’épanouissent, et leur trace le chemin pour un avenir réussi.

Laisser un commentaire