Le maire de Nice, Christian Estrosi s’est rendu en Israël, accompagné par Elnet, ce dimanche 20 juillet  afin de témoigner sa solidarité aux habitants du Sud d’Israël victimes des tirs de roquettes du Hamas.

Dimanche, dès son arrivée, il a rencontré des franco-israéliens installés dans les villes d’Ashdod, Ashkelon, Sdérot …. C’est le premier maire de France à faire cette démarche.
estrosi5
Au maire d’Ashdod il a déclaré : « Les vrais amis viennent plus  souvent quand c’est difficile, que quand c’est facile, donc j’ai tenu a venir » . Il avoue partager des liens très étroits avec la communauté juive de sa ville et de France depuis de longues années,  mais aussi parce qu’il pense que la France a une responsabilité politique qu’elle doit assumer.
photo mairie operation barriere protectrice7
Ce n’est pas la première fois que Christian Estrosi se rend en Israël, il était au coté de Benjamin Netanyahou au lendemain de l’enlèvement des trois enfants, événement très peu relaté dans la presse française. « La France c’est pas les français, les français ne sont pas forcement la diplomatie française » a t il déclaré. Il reconnait que la situation s’est dégradée en Israël mais surtout en France. La justice française ne réagit pas toujours comme elle le devrait, surtout face aux comportements inadmissibles de ces derniers jours avec l’attaque de synagogues ou de commerces juifs.
estrosi13
La communauté internationale ne peut pas rester sans rien dire. la diplomatie européenne n’existe pas et ne joue pas son rôle pas plus que la démocratie française. « Le gouvernement israélien prend les mesures qu’il doit prendre pour défendre par les armes sa population, là où le Hamas défend ses armes avec sa population. Les enfants sont sacrifiés par les Palestiniens pour défendre les armes des terroristes.
Pour ce qui est de la responsabilité de la presse, il ressent la désinformation et ca le dérange « il y a les médias, et il y a les journalistes. Il y en a qui se battent avec conviction pour faire passer le juste message et d’autres ne sont pas forcément dans l’image qu’ils renvoient du côté de la justice. Ils ont un devoir d’impartialité.
estrosi2

On peut porter un jugement sur mon attitude politique, on peut porter un jugement sur l’attitude du gouvernement israélien – dans ce cas-là le regard des médias, je pense, n’est pas le plus juste et le plus équilibré, mais on a le devoir de rapporter la réalité des faits. Et la réalité, c’est que ce n’est pas en Israël où l’on prend des enfants pour protéger des lieux stratégiques, mais à Gaza ! C’est dans les lieux où on stocke des armes et où on stocke des lance-missiles que ces enfants sont mis. Et si Israël ne disposait pas d’outils stratégiques pour se défendre, nous aurions ici à Ashdod ou à Tel-Aviv, ou même à Haïfa, une boucherie ! Le devoir des médias est d’expliquer cela !!!

« Quand je vois des manifestations non autorisées et pas spécialement sanctionnées par le gouvernement français,  je n’ai pas le sentiment que qui que ce soit dans la communauté juive, soit allé s’attaquer à une mosquée, une église, une école… Il faut être juste et réaliste.

En tant que maire d’une grande ville de France, jumelée avec Netanya, il a voulu ce dimanche, adresser un message fort : « parce que c’est le  jour de la commémoration de la rafle du Vel d’hiv, mais aussi parce que nous avons des valeurs que nous partageons, fondées sur l’humanisme, construire la paix et pas la guerre, faire reconnaître tous les droits d’Israël, des enfants d’Israël et de tous les juifs du monde, car quand on touche à des juifs de France ou à une synagogue en France, on touche tous les enfants de France, mais on touche aussi à tous les enfants d’Israël » 

Patricia-AshdodCafé.com

Laisser un commentaire