Dans le Traité  » Kidouchine  » (page 31/a), le Talmud nous raconte que rav Oula désirait donner à ses élèves un exemple de l’ampleur et de l’importance de la fameuse mitsva du  » kiboud av véem  » – le respect et l’honneur dûs aux parents.
Ainsi, leur raconta-t-il qu’un jeune seigneur non juif du nom de Dama ben Netina habitait Ashkelon et qu’il faisait du commerce de pierres précieuses. Or, les Cohanim servant au temple de Jérusalem frappèrent une fois à sa porte pour se procurer l’une des pierres qui manquait sur le fameux pectoral du Cohen Gadol.
Dama refusa de la leur vendre en s’excusant que son père dormait et que la clef du coffre fort familial se trouvait sous sa taie d’oreiller… Persuadés qu’il ne s’agissait là que d’un prétexte fallacieux, les Cohanim essuyèrent ce refus à moitié en contrits et retournèrent donc bredouille à Jérusalem…
Toutefois, nos Sages nous racontent qu’en récompense pour le dévouement qu’il avait manifesté envers son vieux père, une vache rousse naquit l’année d’après dans ses troupeaux, et qu’il la vendit aux Cohanim en faisant le même bénéfice qu’il aurait pu faire sur la pierre précieuse.
Le ‘Hidouché Harim ajoute un autre éclairage sur cette  » rétribution  » octroyée par la Providence à Dama pour sa conduite exemplaire. Car Hachem ne manquait certes pas de moyens pour le récompenser royalement. Alors, pourquoi la Main divine a-t-elle décidé que cela devait se faire par une vache rousse ?
Le fait que Dama, qui n’appartenait donc pas au peuple ayant reçu les Dix Commandements au mont Sinaï, ait tenu à respecter quand même le sommeil de son père au point de passer à côté de toute une fortune, est fort peu commun : une attitude qui, d’une certaine manière, représenterait en fait une sorte de réquisitoire indirect contre le peuple juif.
Or, pour pallier par avance cette accusation implicite contre Israël, la Main divine a fait en sorte que les prêtres hébreux dépensent une véritable fortune pour acquérir une vache rousse destinée à accomplir les lois de pureté grâce à ses cendres – des lois décrites dans notre paracha sous le nom de «‘houka » (décret divin), car on ne peut en aucune manière en donner d’explications adaptées à la seule  » logique  » humaine.
C’est ainsi que dans cette parabole, la forte somme versée au non-Juif Dama pour l’achat de sa para adouma servant d’expiation pour les Hébreux – cohanim et autres – atteints d’impureté, viendra prendre ici la défense du peuple d’Israël en contrebalançant la densité sans commune mesure de l’abnégation de Dama à appliquer la mitsva du respect des parents, qui est justement quant à elle une mitsva  » logique « …

www.hamodia.fr

Laisser un commentaire