473ae4f2-425d-4a76-8beb-9c7f9708ed4f

Chers olim francophones, travailler en Israël n’est plus un challenge, un conseil ?  ôtez vous cela de votre tête et vite !

Le salon de l’emploi en Israël, ça vous parle ? Si vous y  étiez tant mieux et dans le cas contraire pas d’inquiétude, AshdodCafé était sur place pour vous raconter ce qu’il s’est passé.

Dimanche 26 juin, le ministère de l’intégration et la Mairie de Tel Aviv ont uni leurs compétences avec différents partenaires comme Qualita et Gvahim pour organiser,  »Le Salon de l’Emploi et de la formation professionnelle 2016 » situé au Palais des Congrès Adélis à Tel Aviv.

De 11 heures à 16 heures, des centaines de visiteurs venant de tout le pays dont la plupart des jeunes ont rencontré de grosses entreprises israéliennes dans un seul but, l’échange. Ils ont mis les pieds au bon endroit car différents secteurs comme l’hôtellerie, la finance, le high-tech, la médecine ou encore la communication ont installé leur stand pour adresser  un message clair et précis :  nous recrutons et vite.

600 nouveaux olim francophones prêts à s’intégrer au marché du travail israélien

Sur place,  un stand attire rapidement mon attention, l’école d’informatique  »HackerU ». Ce nom ne me dit rien mais par curiosité, je m’approche de Coral et Lebi, les deux représentantes de l’établissement. Je me présente à elles comme une jeune diplômée et non comme une journaliste. Nous avons échangé et dix minutes plus tard, aussi surprenant que cela puisse être, le domaine de l’informatique m’a semblé plus accessible.
8ad51b64-6913-44f2-bf1d-087313d9357e

A son tour,  un  garçon s’approche. David, il a 26 ans et vient tout juste d’arriver en Israël. Il s’assoit près de nous (oui je suis encore là), et explique aux deux jeunes filles qu’il aimerait avoir des informations sur cette école et trouver un travail rapidement en Israël. En voyant le programme, il accepte de remplir une fiche d’inscription pour les prochaines portes ouvertes. Il est reparti avec le sourire et des dizaines de prospectus.

5652ae84-7375-4bbe-972d-fd1678e1422d

Quelques minutes plus tard, j’entends une voix familière, c’est celle de Ruth Ouazana, représentante de la Marie de Tel Aviv. Elle m’explique que ce salon est un événement important pour la municipalité de Tel Aviv. Elle et son équipe sont présents toute la journée pour  discuter  et proposer aux  jeunes Olim  de découvrir  en profondeur la capitale économique d’Israël.  Ateliers, découvertes, sorties culturelles ou encore Oulpan, tout est mis en place pour simplifier la vie des jeunes immigrants.

23d6c3a7-38f3-478c-8a46-ecc234cad928

Devant elle, le stand de I24 News attire beaucoup de monde. Cette chaîne de télévision bien connue en Israël propose des formations dans le domaine de la communication. Tzipi, la responsable explique aux jeunes étudiants que s’ils veulent apprendre le métier en profondeur c’est ici et nulle part ailleurs.

Dans la deuxième salle, un atelier de rédaction de Curriculum Vitae a été proposé aux personnes qui ont certaines difficultés  à le rédiger en hébreu, suivi de conseils pratiques pour trouver un emploi en Israël. Il n’y a pas de honte à avoir, tout le monde est passé par la galère du CV. Mais il ne faut pas le négliger car c’est ce petit papier  blanc qui  représente la vitrine de vos compétences et de votre savoir faire.

e9712f43-632e-4c45-93fc-803f2d8a2a01

Les heures avancent et le salon attire de plus en plus de monde. En me promenant dans les allées, je comprends que ce genre de rencontre est indispensable aux olim, que ce soit pour les étudiants, les jeunes ou moins jeunes diplômés, ou pour les entreprises qui ont un stand,  tout le monde y trouve son compte. J’ai ressenti des énergies positives émaner de l’ensemble du bâtiment D.

Il est vrai que la montée de l’Alya booste plus qu’auparavant les modes d’organisation et de réussite de l’intégration passant par le rassemblement de toutes les forces francophones, sous toutes ses formes. Il est temps d’expliquer aux jeunes immigrants comment se positionner sur le marché du travail israélien et de l’autre côté, montrer aux entreprises israéliennes que les olim francophones possèdent de nombreux atouts, pas seulement pour la téléphonie ou la high tech !

Israël devient un pays référent en terme d’emploi pour les français et les étrangers qui souhaitent venir vivre dans ce pays mais qui n’ose pas faire encore  le premier pas.

Je peux témoigner qu’en arrivant, je me suis moi-même posée cette question,  »vais- je trouver un travail en Israël ? ». J’ai compris que pour y arriver, il faut faire des efforts, beaucoup d’efforts et des concessions, ce pays est merveilleux mais il ne fait pas de cadeau.

Alors chers olim francophones, il faut garder l’espoir car du travail il y en a, et même beaucoup,  mais il faut savoir où et comment  se positionner et comment se vendre efficacement.
Des salons de ce type dopent les esprits et transmettent un message essentiel :  les français et les israéliens doivent unir leur force pour faire avancer le pays.

©Romy Hassoun pour Ashdodcafe.com

 

Laisser un commentaire