Avigdor Lieberman a appelé les Juifs de France à faire leur alya et quitter la France, comme Sharon ou Netanyahou avant lui, et alors que l’alya, bien que toujours forte, est en baisse sensible cette année, la polémique est repartie dans la communauté.

Je voudrais encore une fois mettre les choses au clair :
Oui faire son alya est difficile, comme n’importe quelle émigration vers un autre pays. Il faut s’adapter, apprendre la langue, la mentalité, de nouveaux codes, un nouveau système, une autre façon de travailler, il faut s’attendre à baisser en statut, tous les diplômes ne sont pas reconnus exactement comme ils l’étaient en France, et il faut faire des sacrifices réels.

Mais il faudrait aussi que les Juifs de France comprennent que la réussite de leur alya est *leur* responsabilité personnelle. Qu’ils arrêtent de tout attendre de l’Etat, qu’ils abandonnent cette attitude qui consiste à se plaindre tout le temps et pour tout et son contraire. Qu’ils fassent l’effort de comprendre comment marchent les choses en Israël au lieu de râler parce que ça ne se passe pas comme en France. Bref, qu’ils fassent comme tous les autres olim qui sont arrivés en général dans des conditions largement plus difficiles.

Et les choses changent. Les associations ont mis leur ego de côté et se sont unies derrière Qualita pour parler d’une voix unie ; Personnellement je travaille sur l’aspect politique et essaie de faire comprendre que sans entrer dans les partis, personne ne fera réellement attention aux intérêts de quelques dizaines de milliers d’olim de France. Le message est difficile à comprendre au début mais il entre dans les têtes.

Au bout du compte, ce qui est important c’est de venir rejoindre le peuple juif là où se joue son avenir. Si vous voulez participer à la plus grande aventure juive depuis 2000 ans, et cesser de juste survivre comme une petite minorité dont le seul horizon est de ne pas s’assimiler, rentrez chez vous en Israël.

Binyamin Lashkar
consultant indépendant

Laisser un commentaire