''Alibi.com'' projection d'un film en français dans plusieurs salles de cinéma Israéliennes prochainementArticle Précédent
''Balade a Har Amasa'' proposée par l'Espace Francophone d'Ashdod le 17 octobre 2017Article Suivant

Hocha’ana Rabba 5778 | Lachon Hara – Commandements Positifs (2/7)

Article   0 Commentaire
Espacement de ligne+- ATaille du texte+- Imprimer cet article

Dedier une halakha - Bandeau

Mardi soir, dernier jour de ‘hol hamoed souccot est appelé : Hocha’ana Rabba.

Hocha’ana Rabba, qui signifie « nombreuses implorations« , est d’après le Ari Zal le dernier recours avant la décision finale du jugement qui a été prise à Kippour.

La veillée de Hocha’ana Rabba

On veillera toute la nuit et on étudiera le tikoun (passages du livre Devarim et du livre de Téhilim). Si on a veillé toute la nuit, on fera Netilath Yadayim du matin sans berakha puis on récitera toutes les autres bénédictions du matin (séfaradim).

 

Cha’harit de Hocha’ana Rabba

Durant l’office du matin, on multipliera les séli’hot et on fera 7 hakafot (tours autour de la Torah). C’est une « cérémonie » en souvenir des processions du Temple et l’on demande à Hachem les pluies de bénédiction pour toute la terre et pour toute l’année.

Après la prière de Moussaf, on prend 5 branches de saule et on les frappe 5 fois à terre (c’est un minhag qui a été institué par les Prophètes). On évitera de prendre les branches de saule du Loulav. On demandera à Hachem d’annuler les mauvais décrets à notre égard et de nous inscrire dans le livre de la vie.

Cliquez ici pour consulter le dossier complet et les sources

Les commandements positifs liés au Lachone Hara’

3/ S’il s’agit de faits ambigus mais que celui qui raconte en donne une interprétation péjorative et que l’auditeur accepte cette version, les deux transgressent : « Juge ton semblable avec impartialité », qui constitue un commandement de juger son prochain favorablement.

4/ S’il a dit du lachone hara’ sur son prochain et lui a ainsi causé de perdre sa subsistance, il transgresse le commandement négatif de : « Fût-il étranger et nouveau venu, et qu’Il vive avec toi. Et que ton frère vive avec toi« , qui constitue une obligation d’aider un Juif à subvenir à ses besoins, et certainement de ne pas lui nuire dans sa subsistance.

Cliquez ici pour consulter le dossier complet et les sources

©LaQuotiHalakhique

Article   0 Commentaire

S'inscrire à la newsletter AshdodCafé.com

S'inscrire
Mairie Ashdod
Joseph Sitruk Avocat
Bella Ligna
Mairie Ashdod Culture
Cal Auto
Immobilier Low Cost
Mishkan Ashdod Culture

Fil d’info 24h/24h en direct d’Israël