Que se passe-t-il à Ashdod ? Environ deux mille habitants ont manifesté, shabbat dernier, contre la coercition religieuse (kfiadatit).Une affluence rarissime dans cette ville habituellement calme.

Détonateur du mouvement : des amendes infligées à des enseignes ouvertes le même jour au centre commercial Big Fashion, en vertu d’arguties juridiques… peu ou non appliquées jusqu’à présent. Cette soudaine remise en cause du statu quo local est liée, semble-t-il, à la récente visite de rabbins chez le maire Likoud, Yehiel Lasri.

Certains orthodoxes(haredim) se sentent pousser des ailes, en effet, depuis le vote de la loi controversée interdisant aux magasins de proximité d’ouvrir le shabbat. Le texte a été adopté à l’arrachée à la Knesset, début janvier, Bibi Netanyahou ne pouvant se passer des partis religieux qui ont fait pression sur lui, mais des recours ont été déposés devant la Haute Cour de justice (Beth Hamichpat Haelion). Le feuilleton n’est donc pas terminé et des municipalités tentent déjà de contourner par avance la prohibition en question, si elle était confirmée, par divers moyens de droit.Tel-Aviv, Rishon Letzion et Modiin se battent en ce sens.

Et Ashdod ? Disons que Yehiel Lasri, qui porte une kippa, ne veut pas mécontenter son conseil municipal où un tiers des sièges sont détenus par des haredim, alors qu’ils ne représentent que 20 % de la population. En même temps, le happening protestataire du shabbat 13 janvier devrait le faire réfléchir.C’est un pragmatique.Ses amis le qualifient de réaliste et rassembleur, ses détracteurs d’opportuniste. C’est surtout la souplesse qui le caractérise : il est à l’image de ses administrés !

Les 250 000 habitants d’Ashdod viennent de tous les horizons, ont des sensibilités multiples mais une enquête parue il y a quelques jours sur un site web de la ville est instructrice : la majorité des 2 500 personnes interrogées pour le compte de l’association Ashdodim, qui défend la qualité de vie au quotidien dans la cité depuis 2012, est tolérante et favorable au statu quo. Une minorité souhaiterait que tout s’arrête le shabbat, d’autres s’opposent aux restrictions religieuses, mais près de la moitié des sondés ont une position médiane correspondant à la situation qui prévaut,en principe, aujourd’hui : beaucoup de commerces doivent fermer, à leur avis,mais… pas tous. Ils privilégient le vivre-ensemble.

« Ce n’est pas surprenant, réagit l’acupuncteur Elisabeth Kadoch, secrétaire générale d’Ashdodim : il y a ici une forte communauté russe non pratiquante, 5 000 Français traditionalistes ou très pieux mais éloignés des réflexes rigides des mouvements orthodoxes… et des haredim qui s’accommodent de la souplesse actuelle. L’entente et la fraternité sont là et concernent tout le monde ! »

La tension vient de l’extérieur, de médias en quête de polémiques croustillantes et des quelques orthodoxes locaux qui se piquent de politique et voudraient décider à la place de la population.

Dans ce contexte, nombreux sont ceux qui redoutent une aggravation de la kfiadatitsi la loi sur la fermeture des commerces est entérinée.Yehiel Lasri serait alors tenté de se plier aux volontés… variées des élus et activistes des partis religieux.C’est l’équilibre humain de la ville et la bienveillance dominant dans ce secteur du bord de mer qui pourraient être brutalement malmenés.Les orthodoxes éclairés ne le souhaitent pas forcément car ils savent que la coercition a un effet repoussoir qui éloigne des mitzvot le plus grand nombre.Ils préfèrent l’amour du peuple juif à telle ou telle revendication. Les Franco-Israéliens d’Ashdod aussi. L’espoir est donc permis.

Ariel Cohen pour Ashdodcafe.com

 

 

3 Commentaires

  1. On oublie trop souvent que TOUT ISRAEL est tenu de respecter unanimement le CHABBAT !
    Sinon retournez dans vos Pays d’Origine qui nous ont mené à l’assimilation indélébile ! Le fait de ne pas cautionner l’ouverture de boutiques incitera leurs propriétaires à honorer également le SHABBAT !
    Nous comprenons mieux pour quelle raison nous subissons ces catastrophes !
    MACHIA’H se manifestera que lorsqu’il y aura UNANIMITE de notre Peuple de respecter SHABBAT
    KODECH ! Soyez assurés que vous ne le regretterez pas ! de se trouver en famille, de se reposer,
    et de s’abreuver de TORAH !
    Faites un essai et vous en serez convaincus !!!!!

  2. J’espère que nous serons plus nombreux chaque semaine pour que chacun retrouve son mode de vie et donc sa liberté dans le respect de l’autre
    Armand Neimark

Laisser un commentaire