Israël regorge de start-up dans pratiquement tous les secteurs. S’il est un domaine d’expertise que très peu de personnes connaissent c’est bien le « BeautyTech » qui émerge dans la start-up Nation. Autour de Hertzlya des petites start-up, lancées par des femmes principalement, tentent leur chance dans ce domaine qui est en croissance très réelle dans le monde entier.Les 2 000 jeunes pousses de l’agglomération ont levé l’an passé 2,4 milliards de dollars, soit la moitié de la somme engrangée par l’ensemble des jeunes sociétés innovantes de la « Silicon Wadi » (la vallée côtière), selon les données de l’association Start-up Nation Central. Près de 30 start-up sont dans le secteur du ‘beautyTech ».

Un exemple de start-up « Made in Israël » dans le secteur BeautyTech : Fondée à Petah Tikva en 2013, Derma Compare, a développé une application qui utilise le traitement de l’image et l’analyse prédictive pour détecter les changements dans les marques et les grains de beauté au fil du temps. Des alertes sont envoyées par l’application à l’utilisateur en cas de changements qui pourraient signifier un cancer. Selon son fondateur Fried, «le système sait comment faire la distinction entre lésion bénigne et maligne et nous dit s’il y a un changement qui pourrait être malin, et le but est de trouver un mélanome dans les premiers stades. Cela offre de grands avantages en économie d’argent et de temps de traitement».

Deux exemples de Startup du BeautyTech pris en france et qui intéressent beaucoup les israéliens : (1) la startup française « Wired Beauty », qui propose un capteur solaire à clipser sur soi, qui analyse l’exposition de la peau aux UV et en retranscrit les résultats via une application Smartphone. Le masque connecté MAPO de cette entreprise fournit un bilan de peau personnalisé. (2) La startup Digital Makeup Pen propose Mink, un stylo connecté qui capte les couleurs et les recrée sous forme de maquillage en prélevant la bonne dose de pigment à mélanger.

Tous ces produits constituent non seulement une nouvelle offre, et via les données récoltées à travers les objets connectés, une mine d’informations personnalisées sur les utilisateurs, pour une proximité toujours plus forte avec le consommateur. Le cercle vertueux des nouvelles technologies semble bel et bien amorcé sur le secteur.

EXPERIENCE EN FRANCE . Selon (1) : « Faire autrement. C’est ce qui ressort du profil des 10 entrepreneurs conviés par Odile Roujol pour lancer la communauté @BeautyTechParis  à Paris. Elle est très certainement l’une des meilleures expertes de cette fusion entre Beauté et Tech, elle qui a passé 20 ans dans les cosmétiques – dont 13 ans dans le groupe l’Oréal – et qui a emmené le groupe Orange dans sa transition numérique en tant que Chief Strategy & Data Officer de Orange.

D’où son idée de créer, il y a un an@BeautyTechSF , la première communauté mondiale de la Beauty Tech. Déjà 400+ membres, avec aujourd’hui des antennes à Los Angeles, New York, Tokyo, Séoul, Shanghai, Londres. Et Paris ! A San Francisco,  @BeautyTechSF  est une communauté d’innovateurs foncièrement optimistes. Tous les 4 mois, de remarquables entrepreneurs et investisseurs du monde de la beauté et de la mode – mais aussi des advisors, mentors et C-suite executives – se retrouvent pour partager leurs expériences. L’idée : des entrepreneurs parlent à d’autres entrepreneurs, et partagent ce qu’ils ont appris, à différents stades. Ces founders ont des produits et des plateformes qui fonctionnent, certains sont des serial entrepreneurs, d’autres de jeunes pousses. Objectif : continuer à apprendre ensemble ». (1) frenchweb.fr

source Israelvalley.com

Laisser un commentaire