La nouvelle loi fondamentale déclarant Israël l’État-nation du peuple juif a suscité l’opposition de trois façons :

1] Il y a ceux qui s’opposeront, dans une réaction impulsive, à tout ce qui pourrait être suggéré par le parti Likoud / Premier ministre Netanyahu, quel que soit le mérite de l’action, de la loi ou du discours.

2] Ceux qui s’opposent à tout Etat-nation, y compris l’Etat-nation juif.

3] Ceux qui s’opposaient spécifiquement au sionisme, le mouvement pour l’autodétermination juive nationale dans sa patrie ancienne et moderne.

Nous allons ignorer le premier type d’opposition, car il est basé sur la politique de manière irrationnelle. Les types deux et trois préféreraient voir Israël comme un «État de tous ses citoyens», plutôt que comme un État-nation juif qui contient également une minorité non-juive. Les trois types d’opposition ont le droit d’exprimer leurs opinions, mais le décompte final est la main levée en faveur du parlement dûment élu d’Israël qui a adopté la loi à la majorité absolue de 62 pour et 55 contre sur 120 membres de la Knesset.

En revanche, la loi fondamentale sur la dignité humaine et la liberté – la loi qui défend les droits démocratiques civils et sociaux fondamentaux, n’a voté que 32 pour et 22 contre, moins de la moitié des membres du parlement ayant assisté au vote.

  • La nouvelle loi ne porte atteinte à aucun droit civil, politique ou social des populations minoritaires en Israël.
  • Elle déclare Israël l’Etat-nation du peuple juif,
  • Elle clarifie les symboles de l’Etat, la langue d’Etat,
  • le calendrier hébraïque sera un calendrier officiel avec le calendrier occidental,
  • les fêtes juives sont les jours fériés de l’Etat avec le droit pour les non-juifs d’observer leurs jours de repos et leurs vacances – et il n’y a pas un mot sur la religion, orthodoxe ou autre.
  • La loi n’empiète pas sur la loi fondamentale de la dignité humaine et de la liberté, mais constitue un deuxième fondement dans le droit fondamental des droits civils, renforçant le caractère national juif de l’État.

Il y a ceux de la communauté druze – qui sont loyaux envers l’État et servent dans l’armée israélienne – qui se sentent lésés par cette loi, même s’il est très difficile de comprendre pourquoi.
La loi ne mentionne pas l’égalité – comme aucune loi ne le fait en Israël pour la simple raison que l’égalité n’est pas un terme clair – mais toutes les lois ne mentionnent pas les principes de toute autre loi! Il est difficile de se disputer avec les sentiments, d’autant plus qu’ils semblent clairement ne pas être fondés sur des faits, et tous les Druzes ne pensent pas qu’il y a un problème avec la loi.

Le mouvement réformiste du judaïsme a déclaré, en la personne du rabbin Rick Jacobs, que «le projet de loi sur l’État-nation créera un dangereux précédent pour la démocratie en Israël… renversant les normes démocratiques et créant un Israël inégal. C’est une grave menace pour la démocratie israélienne. Cela nuit à l’équilibre délicat entre la majorité juive et la minorité arabe, et intronise le judaïsme ultra-orthodoxe au détriment de la majorité du monde juif pluraliste.
Ce sont des accusations manifestement fausses. Rien dans la loi ne porte atteinte à la démocratie, aux droits civils, religieux ou politiques des minorités, et ne dit absolument rien à propos de l’orthodoxie! Bien sûr, il convient de noter que sur environ dix mille synagogues, moins d’une centaine ne sont pas orthodoxes, de sorte que la démocratie devrait s’abstenir de donner un statut égal à un mouvement à peine présent en Israël. Il semblerait que le rabbin Jacobs préférerait que son mouvement usurpe la vaste majorité écrasante. Il semblerait également que le bon rabbin n’ait pas lu la loi, ou peut-être qu’il ne parle pas couramment l’hébreu, tragiquement, comme la grande majorité des Juifs réformés. Quoi qu’il en soit – l’opposition à la loi semble être fondée sur l’ignorance de la loi.

Au cours des derniers jours, il y a eu de nombreuses interviews à la radio de ceux qui proclament haut et fort s’opposer à la loi, mais quand on leur demande ce que la loi leur impose, il n’y a pas de réponse à venir. Parfois, ils admettent qu’ils n’ont même pas lu la loi.
Alors mes bons amis, soyez assurés qu’Israël n’est pas sur le point de devenir moins démocratique. C’est ce qu’il a toujours été: l’État-nation du peuple juif avec des droits civils pour tous.

traduit et adapté par ashdodcafe.com
Source : David Ben-Meir pour le jewishpress.com

Laisser un commentaire