Naftali Bennett et Ayelet Shaked placent un candidat d’origine française sur leur liste et lancent un plan national visant à faire monter les Juifs de France et de Belgique en Israël

Le Candidat : Président du Mouvement Aleinu pour l’intégration des olim, ancien délégué du Congrès sioniste mondial et militant francophone contre la désinformation – Me. Yomtob Kalfon.

Les ministres Naftali Bennett et Ayelet Shaked, dirigeants du parti de la « Nouvelle Droite »
ont annoncé aujourd’hui une mesure sans précèdent pour la communauté francophone d’Israël : le lancement d’un plan national visant à faire monter 50,000 Juifs français en Israël et le placement d’un candidat d’origine française sur la liste du parti : Me. Yomtob Kalfon, président du mouvement Aleinu pour l’implicationdes olim à la politique israélienne, ancien délégué du Congrès sioniste mondial et militant francophone contre la désinformation, qui est monté en Israël pour servir dans Tsahal.

Kalfon, 32 ans, marié, deux enfants, résidant à Givat Washington, est né à Sarcelles, en banlieue parisienne et est monté seul en Israël à l’âge de 18 ans. Tout en étant hayal boded – soldat solitaire (son père étant resté en France, sa mère est décédée lorsqu’il avait 11 ans), il a servi comme combattant dans l’unité « Netsah’ Yehuda » de la brigade Kfir.

Dans sa jeunesse, au cours de la seconde intifada, il était membre des mouvements Bne Akiva et Beitar à Paris. Dans ce cadre-là il a participé activement à des manifestations de soutien à l’État d’Israël et contre la couverture médiatique biaisée de l’Etat Israël. Il était aussi actif dans diverses actions contre l’antisémitisme dans le pays.

En 2016, il a co-fondé le mouvement « Aleinu », qu’il a dirigé jusqu’à son entrée dans la Nouvelle Droite , dont le but est de promouvoir l’implication des olim dans la politique locale et nationale en Israël, afin que ce public soit représenté dans la sphère publique.

Avocat de profession, Yomtob Kalfon est titulaire d’une licence de droit de l’Université Bar-Ilan et termine actuellement une maîtrise en sciences politiques et communication politique à l’Université hébraïque de Jérusalem. Il a été en outre représentant de la Fédération Sépharade au Congrès Sioniste Mondial de 2010.

Il est actif depuis de nombreuses années dans le domaine de la Alya et l’Intégration en Israël. À ce titre, il était le coordinateur du Lobby parlementaire pour la Alya et l’Intégration des francophones lors de la 19ème Knesset. De plus, Kalfon a durant de nombreuses années guidé des groupes de jeunes et étudiants français en Israël dans le cadre de l’Agence juive, et a était en charge des olim à l’Université Bar-Ilan durant ses études. Il est aussi membre du comité directeur du CNEF (Centre National des Etudiants Francophones en Israël).

Ces dernières années, Kalfon a été actif dans le domaine de la Hasbara (diplomatie publiqueisraélienne) et défend la position de l’État d’Israël dans les médias internationaux en français.

En outre, un plan national a été lancé pour faire monter 50,000 Juifs français et belges en Israël.

La communauté juive de France est la deuxième plus grande de diaspora (après les Etats-Unis) et compte aujourd’hui environ 500 000 juifs. 43% d’entre eux, soient environ 200 000 personnes, déclarent avoir envie de monter en Israël. Dans la pratique, l’État d’Israël n’est pas prêt à les accueillir et les intégrer comme il se doit. Après une augmentation considérable du nombre des olim dans les années 2012-2015, entre 2016 et 2018 – la tendance est à la baisse.

C’est pour cela que les ministres Bennett et Shaked ont lancé un plan qui s’articulera autour de cinq axes principaux :Emploi, Bureaucratie, Communauté, Logement et Education. Parmi les principales étapes du programme figurent : la création de 5 centres pour l’emploi, destinés aux olim, dans les principales villes qui reçoivent l’alyah (Jérusalem, Tel Aviv, Netanya, Ashdod et Raanana) ; la reconnaissance de diplômespour les professionnels(infirmières, électriciens, nutritionnistes, physiothérapeutes, etc.) ; l’augmentation du nombre de logements sociaux et aides au logement pour les olim âgés et défavorisés ; l’augmentation du nombre d’heures d’oulpan pour les écoliers, la mise en place de structures éducatives appropriées pour les élevés olim après les heures de classe, etc.

Le plan sera mis en œuvre par la création d’une structure dédiéeà la Alyah de France et de Belgique,sur le modèle de l’organisation Nefesh B’Nefesh.

Naftali Bennett, ministre de l’Education et co-présidentde la Nouvelle Droite, a déclaré : « Nous faisons aujourd’hui un grand pas en avant vers un changement historique. Après des années, où nous sommes passées à côté de la merveilleuse Alya des juifs français, nous sommes déterminés à les avoir à nos côtés. Yomtob Kalfon a une véritable âme sioniste et sera la voix des francophones à la Knesset. Kalfon se joint aujourd’hui à l’équipede choc la « nouvelle droite » pour renforcer le domaine de la Alya et faire fructifier son considérable travail militant et social. Parallèlement à son intégration à la liste du parti, nous lançons aujourd’hui le plan national pour faire monter 50 000 Juifs de France et de Belgique.Une merveilleuse Alya sioniste que les gouvernements israéliens deces dernières années, n’ont pas su accueillir- un raté historique. Il est de notre devoir moral de relever le défi et de les aider, et nous le ferons« .

Ayelet Shaked, ministre de la Justice et co-présidente de la Nouvelle Droite, a déclaré :« Yomtob Kalfon est un pionnier sioniste contemporain. Une personne qui a émigré seule de France en Israël à l’âge de 18 ans, uniquement par amour pour la Terre d’Israël et par une identification profonde avec le sionisme, représentera avec honneur les olim francophones à la Knesset. La Nouvelle Droite est une droite politique, économique, juridique et sécuritaire, mais elle est aussi une droite qui encourage la Alya et prend soin de ceux qui sont déjà montés en Israël. Désormais, la Nouvelle Droite est aussi une maison pour les olim francophones ». 

Yomtob Kalfon a déclaré : « Le temps est venu de franchir une étape et de donner une voix à la communauté des olim francophones à la Knesset. Déjà, en tant que jeune adolescent en France, lors de manifestations pour Israël et contre ses ennemis antisémites, j’ai senti le lien indéfectible avec l’État d’Israël et je savais que j’y vivrais ma vie d’adulte. A l’âge de 18 ans, je suis monté seul en Israël afin de servir comme combattant dans Tsahal et j’ai eu le mérite de pouvoir défendre, corps et âme, le foyer national du peuple juif. Déjà à l’époque je rêvais d’atteindre la Knesset afin de continuer d’agir pour le peuple d’Israël et pour l’ensemble de la société israélienne. Grace à D… j’ai eu la chance d’avoir réussi mon parcours d’intégration en Israël, et je veux aujourd’hui tendre la main à mes frères, auxquelles les gouvernements israéliens n’ont pas encore su donner une approche adaptée, afin qu’eux aussi réussissent leur intégration en Israël. Avec mon ami, le ministre de la Diaspora Naftali Bennett, le « ministre des Olim de France au Gouvernement » et avec la ministre de la Justice Ayelet Shaked, les olim francophones vont également réussir !

 

Laisser un commentaire