Une nouvelle étude de la start-up israélienne  Sleeprate , spécialisée dans l’évaluation des habitudes et des troubles du sommeil, a examiné les habitudes de consommation de boissons des Israéliens et leur impact sur la qualité de leur sommeil.
Les résultats : les Israéliens ont tendance à boire moins d’alcool mais plus de café.

Les Israéliens consomment environ trois milliards de tasses de café par an et une moyenne de 5,4 litres d’alcool par an et par personne, selon les données recueillies par la société. La caféine peut nuire à la capacité de s’endormir la nuit, alors que l’alcool affecte continuelle-ment la qualité du sommeil.
Afin de comparer les habitudes des Israéliens avec celles du reste du monde, Sleeprate a interrogé les utilisateurs de ses applications. Il a constaté que les Israéliens boivent plus de tasses de café que la plupart des autres pays – jusqu’à quatre à huit tasses par jour.  Parallèlement, les Israéliens ont tendance à boire moins d’alcool la nuit que ceux qui en boivent dans d’autres pays.
L’étude a été dirigée par le Dr Anda Baharav, PDG et scientifique en chef de Sleeprate. Elle a collecté des données tout au long de 2018.
Parmi les autres découvertes, 22% d’Israéliens ont consommé de l’alcool avant le coucher, contre 26% des utilisateurs d’applications dans le monde.
« L’alcool a un effet significatif sur le sommeil », a déclaré Baharav, expliquant qu’il était apprécié des personnes qui avaient du mal à s’endormir. « L’alcool augmente la durée du sommeil profond pendant la première moitié de la nuit. Cependant, ce sommeil n’est pas régulier et une personne qui boit de l’alcool peut ressentir une perte de mémoire et un profond détachement de l’environnement, comme si elle était sous anesthésie. »
En outre, selon les données : 61% des Israéliens déclarent consommer des boissons contenant de la caféine au cours de la journée, comparé à 75% des utilisateurs d’applications dans le reste du monde. Cependant, 77% des Israéliens ont indiqué avoir bu jusqu’à trois tasses, contre 84% dans le reste du monde, alors que 23% des Israéliens ont déclaré en avoir bu entre quatre et huit, contre 15% des utilisateurs d’applications.
Ni en Israël ni dans le reste du monde, de nombreux utilisateurs d’applications ont signalé avoir bu neuf tasses de café ou plus.
« De nombreuses études ont montré que la caféine agissait comme un stimulant, ce qui entrave le processus d’endormissement. Elle influence également l’horloge biologique », a déclaré Baharav, soulignant que la consommation de caféine affectait également la sécrétion de la mélatonine, une hormone du sommeil.
Et qu’en est-il des niveaux de stress ? Il y avait aussi des distinctions intéressantes entre les utilisateurs de l’application. L’Israélien moyen estime que son niveau de stress est d’environ 44,8 et la femme moyenne le sien à 34,1. Cela contrastait avec le reste du monde, où le niveau de stress moyen d’un homme était d’environ 41,2 et celui des femmes de 46,8.
« Les personnes très stressées ont du mal à s’endormir, alors elles dorment moins et ont du mal à fonctionner à un niveau optimal », a déclaré Baharav. « Cela crée un cercle vicieux dans lequel un manque de sommeil augmente le stress dans la journée, il est plus difficile pour la personne de s’endormir. »

Que fait notre cerveau contre la caféine ?

Face à la caféine, le cerveau créer des récepteurs d’adénosine qui ont comme mission de bloquer les effets de la caféine. Cela explique que pour retrouver les effets procurés par une tasse de café, il faut deux tasses de café après quelque temps. Puis trois tasses. Et ainsi de suite.

En créant des capteurs d’adénosine, le cerveau utilise de l’énergie et se fatigue, ce qui annule les effets initiaux cherchés par la prise de ce breuvage noir. Comme beaucoup de drogues, après quelque temps de consommation, il faut rapidement continuer d’en consommer pour retrouver un état normal.

Pour le café, très rapidement, il nous manque de l’énergie lorsque nous n’en buvons pas. Alors qu’un non-buveur de café se trouve au même niveau d’énergie qu’un buveur de café sous caféine.

Ainsi, un buveur de café aura approximativement le même niveau d’énergie qu’un non-buveur de café quand il sera sous café, mais il aura moins d’énergie (qu’un non-buveur de café) lorsque les effets du café se seront dissipés.

Ce n’est pas tout : l’énergie, l’humeur et la performance vont dégringoler chez le buveur de café (dès 2-3 tasses par jour).

Boire du café va me donner de l’énergie et augmenter mes performances ?

Et c’est vrai. Mais uniquement pour le buveur de café occasionnel. Sur le court terme, le café donne un bon boost d’énergie, c’est certain. Sur le long terme, ce n’est plus le cas.

Pourquoi des millions de personnes continuent elles à boire du café ?

Comme nous venons de le voir, la caféine est efficace au début, puis progressivement, elle nous force à en consommer toujours plus pour continuer à avoir le même niveau d’énergie qu’un non-buveur de café.

Selon une étude menée par Cooper, Heron, & Heward en 2007, ce phénomène à le « doux nom » de Withdrawal reversal. Les effets efficaces d’un traitement disparaissent progressivement et entretiennent les problèmes qu’ils devaient résoudre.

Ashdodcafe.com

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.