Avant -propos
La consommation des dérivés du pétrole ,fuel , essence et diesel, pour la production d’électricité et de chaleur et les transports est dangereuse pour la santé des populations des zones environnant les centrales électriques et les usines, des zones environnant les axes de circulation  et des zones urbaines.

Contrairement aux idées diffusées par les médias qui ne prennent pas le temps d’analyser suffisamment les évènements , le danger ne réside pas dans la production de gaz à effet de serre et du réchauffement climatique qu’il entraine mais de la diffusion de gaz toxiques et de particules préjudiciables au système respiratoire.

Les gaz toxiques comprennent l’oxyde de carbone, les oxydes d’azote, des composés organiques volatils, le benzène, des métaux et le dioxyde de soufre. Il s’agit de produits dangereux polluant et empoisonnant l’atmosphère.

La combustion du pétrole ,fuel , essence et diesel provoque l’émission de particules très fines,difficiles à filtrer provoquant des maladies respiratoires . A noter que les filtres installes par les constructeurs de véhicules a diesel ou à essence par injection directe ne permettent pas de filtrer les particules les plus fines et les plus dangereuses.

La combinaison des deux phénomènes contribue à créer le smog.

Les installations industrielles de production de fuel , essence et diesel et les constructeurs de moteurs n’ont pas été en mesure de fournir une solution technologique efficace à  ce problème. Il semble donc qu’il n’y a pas d’autres solutions que de remplacer le fuel l’essence et le diesel par d’autres carburants.

Les décisions prises en Israël

A fin février 2018, 54% de la production d’électricité était produite à partir du gaz naturel. Jusqu’ à 2022,100% de la production d’électricité en Israël se fera au gaz (source :https://www.calcalist.co.il/local/articles/0,7340,L-3724989,00.html. ).Toutes les entreprises utilisant du charbon ou des dérivés du pétrole pour leur énergie passeront aussi au gaz jusqu’à cette date.

Pour atteindre cet objectif une infrastructure de distribution du gaz naturel sur tout le territoire est en cours de réalisation.A noter qu’Israël , contrairement à plusieurs pays riches de l’OCDE n’hésite pas à financer les infrastructures nécessaires à la mise en œuvre de ses décisionsstratégiques.

Le ministre de l’Energie Yuval Steinitz a déclaré à Tel Aviv le 27/02/18 (source https://fr.timesofisrael.com/israel-vise-a-se-passer-du-charbon-de-lessence-et-du-diesel-dici-2030/)  « Nous avons l’intention de parvenir à une situation dans laquelle l’industrie israélienne sera basée sur le gaz naturel et, surtout, le transport en Israël sera basé sur le gaz naturel ou l’électricité », a déclaré le ministre de l’Energie Yuval Steinitz lors d’une conférence surl’énergie.»et « A partir de 2030, l’Etat d’Israël créera des alternatives et n’autorisera plus l’importation de voitures fonctionnant à l’essence et au diesel. ».

Dans le domaine des transports , il s’agit de décisions stratégiques qu’à notre connaissance peu de pays ont prises jusqu’à ce jour.

La mise en œuvre de ces solutions en Israël

Afin de cesser l’utilisation des carburants actuels ,essence et diesel ,sont à l’étude 4 solutions technologiques :

1-utilisation d’un carburant liquide nouveau produit à partir de gaz naturel

2-passage aux véhicules électriques alimentés par câble souterrain

3-passage aux véhicules électriques dans lesquels l’électricitéest produite à partir d’une réaction chimique de l’hydrogène dans une pile à combustible : plus besoin de batteries de stockage :l’hydrogène peut être rempli en l’espace de quelques minutes.

4-passage aux véhicules électriques dotés de batteries de stockage de l’électricité

Les 2 premières solutions ont déjà commencé à être mises en œuvre . La 3eme solution commence à être envisagée suite a des percées technologiques exceptionnelles du Technion dans ce domaine. La 4eme solution essayée en Israël entre 2008 et 2013 par le visionnaire Shai AGASSI a échoué.

L’utilisation de carburant liquide à base de gaz naturel

«Le ‘’gaz naturel véhicule’’ (GNV) permet de réduire de façon sensible la pollution de l’air des villes provoquée par l’utilisation des moteurs à essence :93% des particules fines, 52% des oxydes d’azote et 23% de gaz carbonique. Cette réduction aura une influence positive sur la santé. »

Le  problème principal qui limite l’utilisation du gaz naturel pour les véhicules (GNV) est l’absence d’infrastructure de distribution.Israël aide à l’investissement pour les stations de carburant GNV et subventionne le remplacement des bus diesel existants par des bus GNV.Israël  a decidé de soutenir financièrement la réalisation

Les véhicules électriques alimentes par câble souterrain

La compagnie israélienne ElectReon a développé une technique permettant aux véhicules électriques de se recharger en roulant .Un câble de cuivre posé dans l’asphalte et relié à un transformateur au bord de la chaussée permet le rechargement des véhicules en train de rouler via un dispositif sans fil. Les autobus, par exemple, seraient encore en mesure de rouler sur cinq kilomètres après avoir quitté la chaussée électrique. La nouvelle technique a été testée avec succès dans le nord de Tel-Aviv.

ElectReon achève actuellement la construction d’un nouveau tronçon d’essai au nord de Netanya. L’objectif n’est en effet pas d’éliminer complètement la batterie des véhicules électriques, mais bien de réduire leur capacité et leur poids tout en augmentant l’autonomie des véhicules et d’éviter les arrêts pour recharge sur les longues distances.Ainsi, il ne serait pas nécessaire d’équiper toutes les routes avec le système d’induction, mais seulement certains tronçons, sur lesquels les véhicules pourraient recharger leur batterie tout en roulant.

La société ElectReon va réaliser la construction de 1.6km de route câblée en Suède.

Les véhicules électriques alimentés par pile a hydrogène

L’hydrogène est considéré par les experts comme le carburant le plus prometteur pour remplacer l’essence et le diesel .Le Japon , l’Allemagne et les Etats-Unis ont investi des ressources financières importantes pour mettre au point des technologies ‘’vertes ‘’pour le produire a des couts acceptables .

Le premier problème qu’il était indispensable de résoudre est de trouver un procédé qui permette de surmonter les inconvénients du procédé actuel : cout énergétique excessif et production de gaz carbonique. Le Technion comme d’autres centres de recherche dans le monde ont mis au point des solutions a base photovoltaïques . Dans le cas du Technion il s’agit d’une  cellule  photoelectrochemical (PEC) en mesure de faire la séparation entre l’oxygène et l’hydrogènesans aucun apport d’énergie externe et sans production de gaz carbonique.https://www.israelscienceinfo.com/en/environnement/technion-israel-de-lhydrogene-a-la-demande-grace-a-la-separation-entre-hydrogene-et-oxygene/

La percée technologique du Technion consiste à :

  1. produire l’hydrogène dans des centrales solaires éloignées des points de vente
  2. transporter l’hydrogène des centrales solaires aux stations de distribution de l’hydrogène aux voitures
  3. distribuer l’hydrogène aux clients

Dans un article récent d’Israel Science Info (https://www.israelscienceinfo.com/en/environnement/technion-israel-produire-de-lhydrogene-propre-et-sur-a-987-par-fractionnement de l’eau)on peut lire « Les chercheurs ont mis au point ce procédé nouveau et unique, le fractionnement de l’eau E-TAC (fractionnement de l’eau électrochimique par activation thermique), basé sur une action cyclique. A la première étape, la cathode produit de l’hydrogène et l’anode modifie la composition chimique sans produire d’oxygène. A la deuxième étape, la cathode est passive tandis que l’anode produit de l’oxygène. À la fin de la deuxième étape, l’anode revient à son état initial et le cycle recommence. Sur la base de cette technologie, les chercheurs ont créé la start-up H2Pro, qui s’occupe de la traduction en une application commerciale. » et encore  «  La technologie E-TAC devrait permettre de réduire les coûts d’exploitation et les coûts d’équipement. H2Pro estime que le coût de production d’hydrogène dans E-TAC sera d’environ la moitié du coût des équipements basés sur les technologies existantes. Les premières estimations indiquent la possibilité de produire de l’hydrogène à l’échelle industrielle à des coûts compétitifs par rapport à la production de gaz naturel (SMR, Steam Methane Reforming), sans émissions de CO2 dans l’atmosphère.».

Conclusion

Grace aux décisions des Autorités et aux percées technologiques des israéliens ,la pollution grave de l’air des dérivés du pétrole ,fuel , essence et diesel, sera bientôt quasiment supprimée et le développement économique produit par l’exploitation des percées technologiques israéliennes renforcera l’économie d’Israël.

Ezra Banoun
Septembre 2019

Ezra, Ingénieur et Économiste, Fondateur et Directeur d’Entreprise en Israël, a contribué au développement technologique du Traitement des Eaux, a aidé des dizaines de ‘olim  francophones à s’intégrer  en Israël et continue à le faire pour tous ceux qui le souhaitent –https://www.facebook.com/banoun.ezra .

 Le parcours d’Ezra 

Laisser un commentaire