Déplacement en Israël d’Alain Juppé, Maire de la ville de Bordeaux

du 21 au 23 avril 2013

environnement durableM. Alain Juppé, Maire de la ville de Bordeaux, a effectué une visite en Israël du 21 au 23 avril.

M. Juppé s’est rendu en Israël à l’occasion de la Conférence annuelle sur le Développement Durable de la ville d’Ashdod, ville jumelée avec Bordeaux. Le 23 avril, jour de l’ouverture de la Conférence, M. Juppé a effectué une intervention en anglais, intitulée « Why cities can make a difference ? ».

Au cours de sa visite, M. Juppé s’est entretenu avec des personnalités politiques israéliennes, dont les maires des villes d’Ashdod, Beer-Shev’a, Shoam et Nazareth. Ces entretiens se sont tenus autour de la thématique : environnement et politique locale. M. Juppé a rencontré également des acteurs du monde économique israélien.

journee ecologie Ashdod 23-04-2013 019

Intégralité du discours de M. Juppé

2013 Ashdod Conférence sur le développement durable,
« Globalement  ou localement, de Rio à Ashdod »
Discours de M. Alain Juppé, Maire de Bordeaux

«Le développement durable : « Pourquoi les villes peuvent faire une différence  »
Monsieur le ministre … (Environnement)
Monsieur le Maire LASRY
Mesdames et Messieurs,

• D’abord, je tiens à remercier M. le maire Yehiel LASRY d’avoir organisé cette conférence et de m’avoir invité à Ashdod;
• C’est toujours un plaisir de venir ici – cela fait maintenant quelques années (2006)
• hier le programme était très intéressant

Notre sujet d’aujourd’hui:
DÉVELOPPEMENT DURABLE, « globalement ou localement , de Rio à Ashdod »

ou, en un mot: comment pouvons-nous trouver des solutions locales à ce problème mondial, qui n’a pas fait de sérieux progrès au cours des dernières années?

Mes points seront que:
 Les villes peuvent faire une différence
 Elles jouent un rôle de plus en plus important, en particulier dans la lutte contre le réchauffement climatique.
 Je conclurai avec la Ville de Bordeaux, qui est en train de faire sa part dans la lutte pour développement durable.

1. Tout d’abord, avouons-le: «Notre maison brûle toujours »

 Au Sommet de la Terre à Johannesburg, le président Chirac a si bien dit: «Notre maison brûle et nous regardons ailleurs»
 11 ans plus tard, notre maison brûle encore: Nous approchons rapidement du seuil d’une augmentation de 2 degrés Celsius des températures de l’ère préindustrielle. Peut-être avons-nous échoué déjà, et nous avons passé cette limite.

Les ressources se raréfient:

 Pendant les deux derniers siècles, nous nous sommes appuyés sur un modèle de croissance économique basé sur des ressources abondantes et bon marché. Aujourd’hui, beaucoup de ces ressources naturelles sont menacées, épuisés et certains sont déjà en train de disparaître.
 l’eau, la terre, l’énergie, les océans, les matières premières, la biodiversité, les écosystèmes: tous sont sous pression
 Prenons juste un exemple, le plus urgent pour les pays développés: l’énergie. La nécessité d’énergie dans le monde devrait augmenter de plus d’un tiers d’ici à 2035;
 Si nous continuons dans cette voie, cela signifie deux choses :

1 / le prix des combustibles fossiles va augmenter considérablement;

2 / le réchauffement global se poursuivra sans relâche.

 La nourriture est bien sûr l’autre préoccupation majeure. On prévoit que la population de notre planète va s’élever à plus de 9 milliards d’ici le milieu de ce siècle et la demande de produits alimentaires, aliments pour animaux et de fibres devrait augmenter de 70%. Sans importants gains d’efficience, d’ici 2030, nous aurons aussi besoin de 40% de plus d’eau que nous pouvons accéder.

 Tous ces faits sont bien connus
 malheureusement, nous – la communauté internationale – semble être incapable de résoudre le problème;
 pire encore, nous semblons avoir perdu la volonté de le faire;
 Je crois que l’explication habituelle à cette question est que le défi est immense, il faut aller au-delà de la pensée économique traditionnelle et les méthodes politiques traditionnelles;
 Mais ce que nous savions déjà, nous savions que l’évolution des modèles économiques et des modes de vie étaient des choses très difficiles à suivre;
 Il y a effectivement un autre facteur, celui qui est circonstanciel, ce qui n’était pas prévu, mais a néanmoins complètement changé notre façon de penser au cours des 5 dernières années: Je fais bien sûr référence à la crise économique.

2. Depuis 2008, la crise économique mondiale – ou devrions-nous dire que cette ère complètement nouvelle, dans laquelle nous sommes entrés – a fondamentalement modifié la question du développement durable

Au niveau international:

 On ne peut nier que la crise économique actuelle a relégué les questions environnementales au fond des agendas politiques;
 Nous avons assisté à des échecs répétés des négociations internationales sur l’environnement. Après les engagements qui ont été pris à Rio il y a 20 ans pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, le Protocole de Kyoto pour la période 2008-2012 a marqué un grand pas en avant;
 depuis lors, aucun accord international a été conclu pour prendre le relais de Kyoto: ni Copenhague en 2009, ni Cancun en 2010, ni Durban en 2011 a conduit à des percées. Le sentiment collectif ou d’urgence qui prévalait avant 2007 s’est estompée; Rio +20 a en effet produit peu de résultats. Le tableau d’ensemble est, au dire, le moins décevant.
 nos priorités sont ailleurs;

Au niveau national :

 Tous les pays, développés ou en développement, ont besoin de croissance;
 En Europe, la croissance et la compétitivité sont devenues notre première priorité, nous devons agir rapidement, afin d’obtenir des résultats immédiats pour nos citoyens, au détriment de l’investissement dans des politiques à long terme tels que la transition vers les énergies renouvelables et les nouvelles technologies;
 Pour le dire simplement, les États sont sous pression: ils doivent réduire leurs déficits, avant qu’ils retrouvent toute capacité d’investir, ils doivent faire des choix et d’allouer les maigres ressources dont ils disposent au chômage, la sécurité sociale et les services publics de base;
 Cela est particulièrement vrai de la France, où la récession a frappé durement: depuis 2007, la dynamique qui existait sur les questions environnementales («Grenelle de l’Environnement») a malheureusement été ralentie.

3. Dans ce contexte, que pouvons-nous faire?
Je crois fermement que les villes font partie de la solution: elles peuvent et vont jouer un rôle plus important dans cette lutte, pour au moins deux raisons:

Tout d’abord, les villes attirent une part croissante de la population mondiale:

 Ils se concentrent actuellement 50% de la population mondiale, même 80% dans les pays développés – les pays qui sont principalement responsables du réchauffement climatique;
 J’ai récemment rencontré des responsables chinois lors d’une conférence sur le développement urbain: ils m’ont dit que le pourcentage de leur population vivant dans les zones urbaines a augmenté de plus de 50%. En Chine, de nouvelles villes, de la taille de Bordeaux, sont créés tous les 6 mois … un membre du gouvernement a déclaré l’année dernière que «la moitié de l’ensemble des unités de logement du monde vont être construites en Chine »
 Les villes vont donc devenir le point focal de notre vie – et des problèmes, elles sont le lieu où la plupart des problèmes environnementaux sont concentrés: déchets industriels ou domestiques, les embouteillages … Les conseils municipaux décident des transports et du logement, deux secteurs qui représentent 70% de leur  émissions de GES.

Deuxièmement, les villes jouent un rôle clé car elles prennent des mesures pour relever ces défis:

 Aujourd’hui, la plupart des villes d’Europe ou d’ailleurs ont entrepris leurs propres plans de développement local durable
 En France, «Agendas 21» des locaux existent à tous les niveaux institutionnels et concernent presque tous les acteurs : 19 régions, 48 ​​départements (districts), plus de 7.000 municipalités.  Plus important encore, ils couvrent environ 90% de la population.
 villes (ou régions) sont désormais autant que les États, les facteurs de croissance et de développement, elles sont maintenant directement ou indirectement responsables de l’investissement économique et de l’attractivité; elles ont un impact sur l’emploi dans la zone ou les clusters économiques, les villes attirent les investisseurs en raison de leur qualité, leurs conditions de vie, leurs installations.
 Sondage d’opinion: Bordeaux 2ème ville préférée des Français, après Paris.

Pour être plus précis – et pour finir sur une note plus optimiste – permettez-moi de vous donner un exemple concret d’une ville réussie qui m’est très chère : Bordeaux, bien sûr.

4. Bordeaux: la durabilité en action / OSEZ BORDEAUX

Je suis fier de dire que la ville de Bordeaux, votre ville jumelée  est considérée aujourd’hui comme l’une des plus avancées en France en termes de développement durable et de qualité de vie.

 A Bordeaux, le conseil municipal a lancé sa révolution verte il y a environ 20 ans, « l’Agenda 21 » a été le cadre de notre plan de développement territorial depuis 2008;
 Nous avons décidé d’une refonte majeure de la ville: un système de tramway a été adopté, qui est maintenant devenu le centre de la ville dans une zone pratiquement « sans voiture », pour piétons et bicyclettes;
 au début de 2013, la Ville a reçu le European Energy Award ® (en français: label «Cit’ergie ® »). Ce label récompense les efforts des communautés européennes désireuses de contribuer à une économie durable et le développement urbain grâce à l’utilisation rationnelle de l’énergie et l’utilisation accrue des énergies renouvelables;
 Ce résultat a été obtenu grâce à une série de mesures destinées à améliorer la politique énergétique de la ville:
– Une réduction de la consommation d’énergie des bâtiments patrimoniaux de 25%
– Une augmentation des énergies renouvelables pour atteindre 23% de la consommation totale d’énergie de la ville, grâce à 12 MW produites par le plus grand parc photovoltaïque en zone urbaine en France (ceux-ci sont en fait situés sur la toiture du parking près du Centre des congrès et du futur Stadium)
– La réduction de la consommation d’énergie de l’éclairage public de 19%.

Il y a d’autres mesures que je ne peux détailler pour vous ici. Pour n’en citer que deux d’entre elles:
– Bordeaux a la chance de profiter d’une rivière avec de forts courants: nous commençons des expériences nouvelles hydroliennes sous-marines;
– Elle est aussi dotée d’eau chaude souterraine et d’un ensoleillement abondant: nous avons développé une capacité géothermique et solaire;

 Dans le même temps, Bordeaux n’est pas seulement un endroit pour se reposer et profiter du soleil! Ce ne sont que les conditions (conditions idéales) pour vivre, travailler et investir;
– Étroitement lié à la rénovation de l’espace, le développement économique urbain – qui consistait principalement dans le commerce de biens et de vin – a maintenant pris son envol dans de nouvelles directions;
– Nous développons de nouveaux clusters innovants tels que l’économie numérique – domaine qui présente un intérêt particulier pour vous, en Israël [référence aux visites à Tel-Aviv]; Les villes Numériques  (la Cité numérique), les incubateurs (Pépinière des Chartrons …) visent à être des points de rencontre entre les start-ups, les éducateurs et les chercheurs qui vivent et travaillent ensemble, la Semaine numérique a permis de découvrir des idées technologiques axées sur les astuces qui se propagent à travers la ville, des codes autour de la ville pour les utilisateurs de smartphones, d’une connexion Wi-Fi dans les places publiques et Parcs;
– Ces techniques  nouvelles et novatrices , combinées avec les industries traditionnelles telles que le vin, des forêts ou encore l’aéronautique, doter notre ville d’un nouveau visage, la rénovation des bâtiments et l’économie sont les deux faces d’une même pièce de monnaie.
– En conséquence, après une période de «sommeil», la ville de Bordeaux connaît aujourd’hui une nouvelle vie et attire de nouveaux habitants – environ 1 sur 4 s’est déplacé à la ville au cours des cinq dernières années.

 Je ne veux pas me vanter de mes résultats. Mon intention est simplement de montrer que les résultats peuvent être atteints, même dans les moments difficiles.
 Deux conditions doivent être remplies : nous devons utiliser nos ressources à bon escient et appliquer la créativité humaine pour trouver des solutions nouvelles et sans carbone:
 Mais je voudrais aussi ajouter une troisième condition: nous avons besoin de la pleine participation des citoyens: des campagnes d’information et la consultation régulière grâce à des «conseils d’arrondissement» (Conseils de quartiers, qui s’apparentent à des réunions publiques à petite échelle) permettent aux communautés de se sentir vraiment concernées  par l’avenir de leur ville, les gens peuvent alors exprimer leurs souhaits, leurs besoins et aussi leurs frustrations, ils deviennent acteurs de leur propre développement, permettent de renforcer l’impact des décisions qui sont ensuite faites, et  donnent souvent aux décideurs de nouvelles idées – par exemple comme le nouveau « bicyclette municipales » / PIBAL, qui a été conçu par Philippe Starck avec la contribution des citoyens eux-mêmes …

Mesdames et Messieurs

 La démocratie locale fonctionne souvent mieux qu’au plan national – et encore moins internationale – la démocratie: les idées et les décisions peuvent faire plus d’un impact durable, les ressources financières peuvent être allouées, même concentrées, sur les  zones qui sont essentielles pour les citoyens et susceptibles d’améliorer leur vie quotidienne;

 C’est pourquoi les villes du monde entier doivent travailler ensemble et faire une différence, pour un développement durable et une économie plus verte: ces défis ne connaissent pas de frontières et il n’y a pas de temps à perdre.

Merci beaucoup.

 

Laisser un commentaire