Meyer Habib est depuis le 9 juin 2013 député de la huitième circonscription des Français établis hors de France.

Il est le seul député sortant des Français de l’étranger reconduit dans ses fonctions à l’issue de la XIVème législature,  contre un candidat de La République en Marche, le parti du président Macron.

En Israël, Meyer Habib obtient 88 % des voix.

Nous revenons aujourd’hui sur une étrange information que nous a récemment livrée le député.

Ashdodcafé : Est-il avéré que plus de 20.000 personnes ont été radiées de ces listes ?
Meyer Habib : Absolument. 19.958 pour être précis.

AshC : Comment en avez-vous été informé ?

MH : Chaque année je demande au Ministère des Affaires Étrangères la communication des listes électorales consulaires de ma circonscription, la huitième des Français de l’étranger.
La comparaison des tableaux 2017/2018 fait ressortir cet écart stupéfiant.
Plus d’un Français sur quatre a disparu – du jour au lendemain – des registres officiels !

AshC : Pour quel motif ?

MH : Je ne m’explique pas ce phénomène. Peut-être est-ce le cadeau de départ de l’Ambassadrice Le Gal, qui va quitter ses fonctions à l’été prochain ? En tout cas, c’est inadmissible.
On veut manifestement réduire le poids politique d’Israël dans la circonscription. Il est du reste surprenant que ce grand « nettoyage » ait eu lieu début 2018, après les élections législatives, alors que je venais d’être réélu avec près de 88% des suffrages en Israël.
Comme je l’ai écrit au Ministre des Affaires étrangères le 29 octobre dernier : les Français qui ont fait le choix légitime d’aller vivre en Israël n’ont pas vocation à devenir des compatriotes en sursis ou des citoyens de seconde zone.

AshC : Ne s’agit-il pas de personnes qui ont oublié de renouveler leur inscription tous les cinq ans, comme  indiqué sur le site dédié ?

MB : Les chiffres trop élevés ne trompent pas. J’ai étudié l’évolution des listes ailleurs dans le monde. Le cas israélien est unique.
Mais surtout, cette évolution est invraisemblable car 16.000 Français ont fait leur Alya depuis 2015. Logiquement, le nombre d’inscrits aurait dû bondir, et non chuter de 27% !
Que des Français aient quitté Israël ces dernières années, soit. Que certains soient décédés, c’est aussi, hélas, la vie. Mille, deux mille, voire trois mille au total. Mais pas 20000 ! Ceci est tout simplement invraisemblable.
Il ne fait pas de doute que les opérations d’actualisation des listes consulaires ont été entachées d’anomalies.

AshC : Quelles seraient les conséquences directes de cette désinscription sauvage ?

MH : Être radié des listes consulaires n’est pas anodin, loin de là ! Sur le plan symbolique d’abord. Cela revient à mettre toutes ces personnes au ban de la communauté nationale. En clair, le message adressé aux Français d’Israël est : l’Alya marque le prélude à une rupture avec votre patrie d’origine, la France. De même qu’Israël reste banni de l’Organisation internationale de la Francophonie, malgré ses 800.000 francophones, ces radiations massives signalent aux Franco-Israéliens qu’ils sont des ressortissants en sursis, des Français précaires.
Mais cela a aussi des conséquences pratiques, notamment en privant ces 20.000 Français d’Israël du droit de vote. Ironique, non, alors que le mouvement des « Gilets jaunes » qui secouent la France depuis le 17 novembre procède largement d’un sentiment de déficit démocratique des institutions de la République ?
Enfin, cela complique toute une série de démarches administratives essentielles,comme le renouvellement des papiers d’identité, l’accès aux bourses ou les droits à la retraite.

AshC : Avez-vous reçu une réponse définitive du Directeur de Cabinet du Ministre des Affaires étrangères à Paris ?

MH : Dès le 29 octobre, j’ai écrit au Ministre des Affaires étrangères, avec copie au Président de la République, pour l’informer du scandale et demander un rendez-vous de travail afin de trouver une réponse adéquate.
J’ai été reçu le 27 novembre par son directeur de cabinet Emmanuel Bonne, qui a partagé mon étonnement au vu de ces chiffres.
J’ai demandé la réintégration immédiate de tous les Français radiés, ce qu’il a refusépour ne pas, je cite :« désavouer les services de l’Ambassade ». Il s’est engagé cependant à procéder « à des vérifications approfondies » et à réintégrer tous ceux qui signaleraient qu’ils résident toujours en Israël.
C’est évidemment insuffisant.
Le 12 décembre 2018, lors d’une audition de la Commission des Affaires étrangères ouverte à la presse, j’ai demandé directement au Ministre Jean-Yves Le Drian la réintégration immédiate à titre conservatoire des 19.568 Français radiés des listes consulaires en 2018.
Il était au courant de l’affaire et m’a promis de revenir vers moi ultérieurement.
J’attends toujours.

AshC : Vos propos ont été démentis. Quid de cela ?

MH : Je n’ai pas du tout été convaincu par les justifications de l’Ambassade, qui s’abrite derrière des règles de procédure administrative.
Pour les services consulaires, les radiations seraient « automatiques » au bout de 5 ans. Mais alors pourquoi cette singularité israélienne ?
À en croire la Chancellerie, les Français d’Israël se seraient massivement abstenus d’entreprendre les démarches nécessaires ? Ça ne tient pas la route.

Une fois encore, les chiffres sont là et ne mentent pas !

À la lecture des tableaux, les radiations sont manifestement plus « automatiques » en Israël qu’ailleurs.Y a-t-il eu un zèle particulier ?
Si règle il y a, elle doit s’appliquer de manière égalitaire dans tous les pays où existent des communautés françaises significatives.
Cela  s’appelle le principe d’égalité, principe républicain fondamental. Or, on observe que le taux de radiation en Israël est sans commune mesure avec ce qui s’est pratiqué ailleurs, que ce soit aux Etats-Unis, en Angleterre, en Italie, Suisse ou Belgique.

AshC : Au cas où cela reste vrai, que pouvons-nous faire, nous, Français d’Israël ?

MH : Le 6 décembre j’ai adressé un message vidéo aux 20.000 radiés.
Hélas, seuls 6.000 possèdent un email, ce qui reflète les difficultés à communiquer les informations utiles à toute la communauté française établie en Israël.
J’ai reçu à ce jour des centaines de retours : des familles entières effacées du registre alors qu’elles résident toujours en Israël et ne souhaitaient pas cette radiation.
Je remercie l’équipe d’Ashdod Café de m’aider à mobiliser le public français.
Il faut en parler autour de soi car beaucoup ont été radiés sans le savoir. Que ceux qui ont un doute ou ont été radiés contre leur gré me le fassent connaître par email (meyer.habib@assemblee-nationale.fr). C’est important.

Je maintiens ma demande au Ministre des Affaires étrangères de réintégrer à titre conservatoire l’ensemble des Français radiés.
J’ai formalisé ma demande par écrit le 14 décembre.
Attendons sa réponse.
En tout état de cause, je saisirai directement le Président de la République si nécessaire. Il en va des droits des Français d’Israël, que je me suis engagé à défendre sans jamais faiblir.

Je tiendrai parole.

Propos recueillis par Yaël König
Écrivain-Journaliste
Pour Ashdodcafé.com

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire