Le chef du Shass a déclaré que de nombreux « olim » russophones n’étaient pas juifs et qu’il « regrettait » de les avoir laissé entrer dans le pays, il promet de modifier la loi du retour et menace de leur faire subir des tests d’ADN.

Le ministre de l’Intérieur, Aryeh Deri, a été accusé de racisme mardi après une tirade contre des immigrés originaires de l’ancienne Union soviétique. Selon lui, beaucoup d’entre eux n’étaient pas juifs et il a regretté leur venue en Israël.

Deri, qui est à la tête du parti ultra-orthodoxe Shass, a déclaré qu’il exigerait d’être ministre de l’absorption d’immigrants au sein du prochain gouvernement, promettant de changer ce qu’il a décrit comme étant la situation actuelle dans laquelle on ne peut pas se promener à la knesset sans parler russe. »

«Aujourd’hui, vous ne pouvez pas circuler dans les couloirs du ministère de l’Immigration et de l’absorption sans entendre parler russe», a déclaré Deri. « Assez, ils devraient commencer à parler français et amharique et d’autres langues. »

Lors d’une campagne électorale à Ashdod, ce 5 mars 2019, Deri a visé le dirigeant du parti Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, un immigré de l’ex-Union soviétique, dont la faction contrôle le ministère de l’Immigration /Absorption depuis des années.

« Le ministère n’existera plus pour servir les immigrants de l’Union soviétique », a déclaré Deri. « Ce sera pour ceux qui s’occupent de l’alya de France et il sera un foyer pour les Juifs d’Ethiopie. »

Deri a promis de modifier la loi sur le retour, qui stipule que toute personne ayant au moins un grand-parent juif ou converti devant un tribunal reconnu en dehors de l’État d’Israël peut demander la citoyenneté.

« Malheureusement, des centaines de milliers d’Israéliens qui ont émigré de l’ex-Union soviétique conformément à la loi sur le retour ne sont pas juifs selon la loi sur la halacha [loi religieuse juive] et ils sont ici, à mon grand regret », a-t-il déclaré.

Le grand rabbinat ne reconnaît les immigrants en tant que Juifs que s’ils ont une mère juive ou ont été convertis au judaïsme sous l’autorité  orthodoxe approuvé par le grand rabbinat.

«Ils sont troublés par le fait que le ministère de l’Intérieur effectue des tests d’ADN sur des immigrants de l’ancienne Union soviétique et leur rend la tâche difficile en ce qui concerne leur aliya. Je plaide coupable, a déclaré Deri, se référant à une accusation déposée plus tôt mardi par Liberman selon laquelle son ministère conduirait de tels tests. Cependant, Deri a plus tard précisé qu’aucun test ADN de ce type n’était en fait effectué.

Quelque 400 000 personnes, originaires pour la plupart de l’ancienne Union soviétique et vivant en Israël, ne sont pas considérées comme juives par le grand rabbinat. Ces immigrés et leurs enfants se retrouvent souvent dans un vide bureaucratique, dans l’impossibilité de se marier, et de ce fait sanctionnés par l’État ou ne pouvant jouir d’autres droits fondamentaux.

Selon les sondages, Liberman – dont le parti, comme Deri, aurait du mal à entrer à la prochaine Knesset – a répondu qu’il deviendrait ministre de l’Intérieur et qu’il «mettrait un terme au racisme et à la discrimination poussés par l’establishment ultra-orthodoxe à l’encontre des immigrants de l’ancienne Union soviétique. ”

Le membre du parti de Liberman, le député Oded Forer, a eu une réaction plus ferme, affirmant qu’il était « gêné d’entendre le racisme venimeux [de Deri] contre les personnes qui ont réalisé la vision sioniste et ont participé à la création de l’Etat d’Israël ».

Forer a appelé Deri à « s’excuser auprès des millions de citoyens israéliens qui ont formé l’Alya de l’ancienne Union soviétique, ceux qui ont rejoint l’armée et sont morts en service, les médecins et les infirmières qui sauvent des vies tous les jours dans des hôpitaux ».

Le député Yoel Razvozov du parti bleu -blanc faisait également partie des personnalités publiques qui ont critiqué Deri et l’ont qualifié de raciste.

source : /www.timesofisrael.com/
©ashdodcafe.com

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.