À Tel-Aviv, à San Francisco, à Washington DC et dans de nombreuses autres villes du monde, les trottinettes électroniques renforcent notre mobilité quotidienne. Pourtant, ce nouveau mode de transport comporte des inconvénients périlleux. Selon une étude récente plus de 1 500 personnes ont été blessées dans des accidents liés aux trottinettes  électriques aux États-Unis en 2018. Rien qu’en Israël, le nombre de décès liés à des véhicules électriques personnels est de 19 personnes, pour la plupart des adolescents, tués dans des accidents liés au vélo électrique en 2018, au moment même où les trottinettes  électroniques ont été les pionnieres du marché local.

Malgré les risques encourus, une assurance adéquate pour trottinettes et vélos électriques n’existe pas. Voom, une plate-forme d’assurance israélienne pour véhicules à mobilité électrique, développe une solution à la demande basée sur la télématique pour «tout ce que vous pouvez monter, conduire, naviguer».

La société vise à couvrir la responsabilité civile, les accidents corporels et personnels, incluant les drones, les petits avions privés, les petits bateaux, les motos ou les scooters électriques, sur une base individuelle. 

«Sur tous ces marchés considérés comme une » niche « , bien que leurs primes représentent des milliards de dollars, l’assurance est vraiment à la traîne », a déclaré le PDG Tomer Kashi. À l’heure actuelle, les compagnies d’assurance ne font pas la distinction entre les profils de risque individuels des clients. «C’est comme aller au supermarché et tout le monde paie la même chose pour son panier, peu importe ce qu’il achète – ce n’est pas une bonne idée», souligne Kashi.

Pour résoudre ce problème, la solution de Voom reposera sur deux piliers : une offre à la demande et une offre à la demande combinée à une analyse individuelle des risques liés à l’assurance individuelle. 

«Pour de nombreuses choses le produit d’assurance existe déjà. Cependant, l’ensemble du profil de souscription et de risque est très primaire », explique Kashi. «Disons que j’ai un jetski. Une personne l’utilise presque tous les jours et une autre deux fois par an. Il n’y a aucune raison qu’ils paient le même prix.  » 

Avec Voom, chaque paiement est lié non seulement à l’utilisation réelle, mais également au risque personnel. « Cela signifie qu’un utilisateur plus prudent paiera beaucoup moins pour le service », a déclaré le PDG. 

Une telle évaluation des risques individuels est particulièrement cruciale pour les nouveaux modes de mobilité tels que les trottinettes électriques. En acceptant les termes et conditions d’une compagnie de location, les utilisateurs ne sont pas couverts en cas d’accident. Ici, Voom a mis au jour une lacune sur le marché. 

«Comme il s’agit d’un risque nouveau, aucune compagnie d’assurance ne sait encore comment assurer le bien et en calculer efficacement la prime. Il n’existe donc aucune solution d’assurance. C’est à nouveau là où nous entrons en jeu », déclare le PDG. «Nous offrons exactement la bonne assurance, précise en fonction du risque réel du trajet, sur la base des données de télémétrie du e-scooter et de données externes telles que les conditions météorologiques ou les types de routes. » 

Entreprise de technologie et courtier d’assurance agréé

Omer Kasi.  Photo d'Orr Zahavi
Tomer Kashi de Voom. Photo d’Orr Zahavi

Grâce à la plate-forme globale de Voom, l’entreprise est en mesure de calculer un score de risques pour chaque utilisation d’un appareil. Pour cela, il utilise des données de télémétrie pertinentes de divers points de localisation, de l’accélération et même du comportement de conduite ou des « quasi-accidents » du véhicule lui-même ou du téléphone de l’utilisateur.

Mais l’entreprise ne s’arrête pas là. «De plus, nous avons créé notre propre système informatique d’assurance basé sur le cloud. Ainsi, toute la gestion des politiques est construite par nous-mêmes », souligne Kashi.  Contrairement à l’infrastructure informatique existante sur laquelle de nombreux assureurs continuent de s’appuyer aujourd’hui, une plate-forme logicielle basée sur le cloud permet à Voom de fonctionner efficacement à un coût minimal. Enfin, la société distribue également ses produits directement aux clients, en utilisant une application mobile comme interface utilisateur. En plus d’être une start-up technologique, Voom est déjà un courtier en assurances agréé dans les 50 États américains.

Selon Kashi, Voom « pourrait également à l’avenir s’associer à des plateformes de covoiturage en tant que distributeurs d’assurance à leurs utilisateurs ». Comme le produit est toujours en cours d’élaboration, aucun calcul de prix n’est officiel à ce jour. Mais en supposant que le coût moyen d’une balade en e-scooter se situe entre 3 et 4 USD, l’assurance par utilisation « doit être bien inférieure à un dollar ».

L’investisseur Lior Simon, vice-président et responsable chez Arbor Ventures en Israël, estime que la solution de Voom va combler un vide important. «L’assurance est une donnée de toutes les catégories de mobilité traditionnelles. Cependant, les offres de couverture n’ont clairement pas suivi l’évolution des comportements des consommateurs et des risques émergents, tels que ceux liés à l’utilisation de la micro-mobilité », a-t-il déclaré dans un communiqué publié par Voom.

«Nous vivons dans un monde mobile. Tout est instantané et les gens sont habitués à acheter des choses sur le pouce de manière personnalisée. Vous n’aimez pas beaucoup les chaînes de télévision, vous avez Netflix à la place et vous choisissez exactement ce que vous voulez voir. La même chose s’applique ici. Tout le monde ne doit pas nécessairement avoir la même assurance », explique le PDG Kashi. 

Le changement de comportement des consommateurs, qui a eu pour effet de modifier les règles de nombreuses industries majeures, est entrain de bouger également le secteur notoirement lent de l’assurance. «De nombreuses sociétés d’assurance sur le marché copient actuellement le modèle à la demande. C’est vraiment un élan de l’industrie – l’innovation en matière d’assurance en général et l’assurance à la demande en particulier. »

Des drones à la mobilité spécialisée

Kashi et son associé, Ori Blumenthal, se sont rencontrés pour la première fois à Talpiot, un programme de formation d’élite des Forces de défense israéliennes (IDF) destiné aux recrues dotées de capacités académiques exceptionnelles en sciences et en leadership. Tous deux ont une formation en physique et en informatique. «Nous ne sommes pas issus du monde de l’assurance, mais nous tenions à résoudre un problème complexe», se souvient Kashi. « C’est comme ça que nous sommes tombés amoureux de l’assurance. »

Après sa création en 2016, le premier produit de la société sur le marché était Skywatch.AI, une solution d’assurance à la demande pour les drones. Constatant une présence dans ce secteur, les partenaires ont été amenés à élargir leur service à d’autres formes de mobilité spécialisée.

La startup israélienne est maintenant basée à San Francisco et compte environ 15 employés. 

Une situation «gagnant-gagnant»

Voom espère collaborer avec les principales compagnies d’assurance afin de proposer une assurance de mobilité pour tous les types de transport. « Pour les drones, nous travaillons déjà avec Starr, la plus grande compagnie d’assurance aérienne aux États-Unis », a déclaré Kashi. « Pour tous les autres secteurs, nous discutons maintenant avec des transporteurs professionnels et nous cherchons à travailler avec les meilleurs. » 

Kashi est convaincu que de telles collaborations sont une situation «gagnant-gagnant». «Nous servons les clients et ils sont heureux, car ils obtiennent quelque chose qui n’existait pas jusqu’à aujourd’hui. Et pour les opérateurs, c’est également très bon, car nous leur apportons de nouvelles sources de revenus basées sur des données qu’ils ne pouvaient pas acquérir par eux-mêmes »

Les nouveaux produits de Voom destinés à la mobilité spécialisée seront d’abord lancés aux États-Unis en tant que principal marché cible. En se basant sur leurs performances, l’insurtech vise à s’étendre à d’autres pays. Selon Kashi, Skywatch.AI, le premier produit de la société pour les drones « fonctionne si bien aux États-Unis que nous envisageons maintenant de l’exporter vers d’autres pays, y compris Israël ». 

Source : http://nocamels.com en anglais

Ashdodcafe.com

Laisser un commentaire