Des manifestants bloquent des routes à Jérusalem, à Tel Aviv et ailleurs. Ils demandent à l’État de la surveillance dans  les garderies privées après la diffusion d’une vidéo sur la maltraitance d’enfants.

Des milliers de personnes ont manifesté ce dimanche devant des dizaines de sites à travers le pays appelant à plus de surveillance par l’État dans des garderies, après que des gardiennes aient maltraités des enfants et la mise en accusation d’une directrice de garderie privée. Les parents et d’autres personnes ont scandé « Le pays demande justice pour les enfants » ainsi que d’autres slogans dans environ 25 localités autour d’Israël, notamment à Jérusalem, Haïfa et Tel Aviv, où des manifestants en colère ont bloqué des routes.

A Ashdod,  les parents ne sont pas restés insensibles à l’histoire de l’enseignante de jardin d’enfants qui a fait preuve de maltraitances envers des enfants. Une centaine de personnes sont venues manifester sur la place de la municipalité. « Le temps est venu pour l’Etat d’Israël d’assumer l’entière responsabilité de l’éducation de la petite enfance », ont déclaré les organisateurs.


Parallèlement à la manifestation principale de Tel Aviv et à d’autres manifestations dans tout le pays, une manifestation a commencé devant la municipalité d’Ashdod, exigeant une révolution dans l’éducation de la petite enfance

Les actions de l’enseignante, rapportées par l’assistante qui travaillait avec elle auprès des autorités judiciaires, ont amené la police à examiner les films de caméras de sécurité dans lesquels les horreurs avaient été découvertes.

En tant que mère de quatre enfants « , a déclaré Bat Chen, l’une des responsables de la manifestation à Ashdod, » il est important pour moi de dire que ce genre de situation doit cesser. Un enseignant de Gan est une personne qui a reçu une formation de qualité sur le terrain, qui a étudié l’éducation de la petite enfance, a obtenu un baccalauréat et un certificat d’enseignement.  »

« Malheureusement, dans l’Etat d’Israël, la plupart des travailleurs qui s’occupent d’enfants  âgés de trois n’ont pas reçu de formation spécifique et la plupart d’entre eux ne sont certainement pas des enseignants de jardin d’enfants », a-t-elle ajouté.
Un contole strict est requis dans tous les jardins d’enfants, écoles maternelles, écoles primaires etc.

Les actions de l’enseignante, rapportées par l’assistante qui travaillait avec elle auprès des autorités judiciaires, ont amené la police à examiner les films de caméras de sécurité dans lesquels les horreurs avaient été découvertes.

Laisser un commentaire