JDate à la rencontre des touristes français en IsraëlArticle Précédent
IMAVE et la FIF : Formation et Ressources pour la Vie Associative à Ashdod !Article Suivant

La Cité biblique de Shilo: Tou Béav, la fête de l’Amour

Article   0 Commentaire
Espacement de ligne+- ATaille du texte+- Imprimer cet article
La Cité biblique de Shilo: Tou Béav, la fête de l’Amour

Tu-Be-Av-200x295Israël fête aujourd’hui (22 juillet 2013) au jour de Tou Béav (le quinzième jour du cinquième mois, Av), la fête de l’Amour. Le Sage d’Israël Raban Shimon ben Gamliel enseigne  «qu’il n’y a pas eu de plus beaux jours pour Israël que ceux de Tou Béav et de Yom Kippour» (Le Jour du Grand Pardon) (Talmud de Babylone: Taanit 30, b). Ces deux jours, en effet, marquent un temps de réconciliation entre Dieu et les hommes. Au jour de Yom Kippour, Dieu pardonne la faute du veau d’or aux enfants d’Israël et, comme témoignage de Son Amour, leur fait don des secondes Tables de l’Alliance. Quant au jour de TouBéav, il exprime la réconciliation sociale entre les tribus d’Israël et celle de Benjamin. A la suite du crime de viol collectif commis sur la concubine liée à l’un des fils de la tribu de Lévi par des hommes de la tribu de Benjamin refusant de livrer les coupables, éclate une guerre civile sans pitié où succombent plusieurs milliers d’hommes et de femmes de part et d’autre (Juges 20, 11). Les tribus emportent la victoire  militaire sur celle de Benjamin, victoire à l’issue de laquelle elles prêtent serment selon lequel aucune de leurs filles ne sera plus jamais offerte en mariage aux fils de la tribu de Benjamin:

«וְאִישׁ יִשְׂרָאֵל נִשְׁבַּע בַּמִּצְפָּה לֵאמֹר: אִישׁ מִמֶּנּו לֹא יִתֵּן בִּתּוֹ לְבִנְיָמִן לְאִשָּׁה»

«Or, les Israélites avaient juré, à Miçpa, que nul d’entre eux ne donnerait sa fille pour épouse à un Benjaminite» (Juges 21, 1)

 Mais épris d’un profond remords, les tribus saisissent que ce serment signifie la mort et la disparition totale d’une tribu en Israël et la fin de l’unité à laquelle aspirait le Patriarche Jacob:

» וַיֹּאמְרוּ יְרֻשַּׁת פְּלֵיטָה לְבִנְיָמִן וְלֹא יִמָּחֶה שֵׁבֶט מִיִּשְׂרָאֵל. וַאֲנַחְנוּ לֹא נוּכַל לָתֶת לָהֶם נָשִׁים מִבְּנוֹתֵינוּ כִּי נִשְׁבְּעוּ בְנֵי יִשְׂרָאֵל לֵאמֹר אָרוּר נֹתֵן אִשָּׁה לְבִנְיָמִן »

«Ils [les Anciens] ajoutaient: “Ceux qui ont échappé auront l’héritage de Benjamin; il ne faut pas qu’une tribu disparaisse en Israël! Pour nous, nous ne pouvons leur donner nos filles pour femmes, puisque les enfants d’Israël ont prononcé ce serment: “Maudit qui donnerait une femme à Benjamin!» (Juges 21, 17-18).

Comment, alors, sans renier et briser le serment, réconcilier les tribus et unir les  derniers fils survivants de Benjamin aux filles d’Israël ?

«וַיֹּאמְרוּ הִנֵּה חַג ה’ בְּשִׁלוֹ מִיָּמִים יָמִימָה אֲשֶׁר מִצְּפוֹנָה לְבֵית אֵל מִזְרְחָה הַשֶּׁמֶשׁ לִמְסִלָּה הָעֹלָה מִבֵּית אֵל שְׁכֶמָה וּמִנֶּגֶב לִלְבוֹנָה. וַיְצַוֻּ אֶת בְּנֵי בִנְיָמִן לֵאמֹר לְכוּ וַאֲרַבְתֶּם בַּכְּרָמִים. וּרְאִיתֶם וְהִנֵּה אִם יֵצְאוּ בְנוֹת שִׁילוֹ לָחוּל בַּמְּחֹלוֹת וִיצָאתֶם מִן הַכְּרָמִים וַחֲטַפְתֶּם לָכֶם אִישׁ אִשְׁתּוֹ מִבְּנוֹת שִׁילוֹ וַהֲלַכְתֶּם אֶרֶץ בִּנְיָמִן»

«Mais il y a, dirent-ils, une fête religieuse célébrée chaque année à Shilo, sur la place qui est au nord de Béthel, à l’orient de la route qui monte de Béthel à Sichem, et au midi de Lebona.” Ils donnèrent donc ce conseil aux Benjaminites: Allez vous embusquer dans les vignes; et lorsque vous verrez les filles de Shilo sortir pour danser en chœur, vous sortirez vous-mêmes des vignes, vous enlèverez chacun une femme parmi les filles de Shilo, et vous vous en irez au pays de Benjamin» (Juges 21, 19-21)

Les Anciens des tribus se souviennent d’une vieille tradition d’après laquelle les femmes montent à Shilo, la cité où se dresse le Tabernacle, pour y prier comme Hanna, la future mère de Samuel (I Sam.1, 3; 1,7) et y danser dans les champs de vigne.

Que symbolise cette période de TouBéav?

A  l’époque du Second Temple, débute à partir de ce jour le temps des vendanges. Les Sages du Talmud de Jérusalem témoignent que les vendangeuses, alors de «jeunes femmes célibataires [sous-entendu: vierges], parées de robes blanches [couleur de pureté, de grâce et de pardon] empruntées à d’autres femmes, se rendaient dans les vignobles et y dansaient; elles disaient: «jeune homme, lève ton regard et choisis l’élue de ton cœur. Ne dirige pas tes yeux vers la beauté physique mais plutôt sur la famille car: ”Mensonge que la grâce! Vanité que la beauté! La femme qui craint l’Eternel est seule digne de louanges” (Prov. 31, 30).

«שֶׁקֶר הַחֵן  וְהֶבֶל הַיֹּפִי: אִשָּׁה יִרְאַת-יְהוָה הִיא תִתְהַלָּל» (משלי לא, ל)

…et  chaque célibataire se rendait dans les vignes pour y  trouver sa conjointe» (Talmud Jérusalem: Traité Taanit 4, 8).

Tou Béav exprime à la fois le début du renouveau de la nature, la vitalité, la fécondité et le terme de la rivalité entre frères d’une même famille. Le lien marital entre membres de tribus rivales constitue le plus beau témoignage de cette renaissance d’Israël fondée sur la  réconciliation et l’Amour gratuit.

Danse  à Tou BéAv  (Shilo)

Haïm Ouizemann
Haimo@eteachergroup.com

http://blog-fr.eteacherbiblical.com

Article   0 Commentaire

S'inscrire à la newsletter AshdodCafé.com

S'inscrire
Mairie Ashdod
Joseph Sitruk Avocat
Bella Ligna
Mairie Ashdod Culture
Cal Auto
Immobilier Low Cost

Fil d’info 24h/24h en direct d’Israël