unnamed (7)Un des spectacles les plus apprécié du festival par la population a été celui qu a concocte la municipalité d’Ashdod  sur le thème « les chansons sont mes amies » par Azimut, la troupe municipale, pour une soirée spéciale en hommage a Ehud Manor.

unnamed (2)

Un moment magnifique a Beit Yad Lebanim avec les 20 musiciens et chanteurs, tous sauf un (grand accordéoniste) – d’Ashdod !!! Deux écrans géants diffusaient en circuit fermé ce qui se passait sur scène, y compris les paroles des chansons apportant  un changement rafraîchissant dans les événements culturels d’Ashdod. Dans le même temps trois courts métrages ont été projetés sur la vie, le travail et les chansons d’Ehud Manor. Un événement remarquable au final dont on se souviendra pendant longtemps.

unnamed (5)

Cet événement a constitue un des moments forts du festival. Des foules de personnes ont rempli au maximum la salle de Beit Yad Lebanim et beaucoup d’autres ont été laissés hors de la salle d’audience en raison de l’excès de la demande. Joseph Attar, directeur de la troupe Azimut d’Ashdod, note que les célèbres chansons d’ Ehud Manor, comme « bonne cause », « Enfants de la Lune », « Jours Binyamina », « sinon je serais chanter », « Songs sont mes amis», «Radio», «vivant» et de nombreuses chansons encore font partie inaliénablement du riche répertoire de la culture et de la poésie Israélienne.

unnamed

Le public n’a pas cesse un instant de chanter avec eux. la soliste de la troupe Azimut a apporté une nouvelle dimension à la chanson par sa voix et son interprétation.

unnamed (6)Toutes les chansons étaient de nouvelles adaptations, sans nuire à la crédibilité et au respect de la comédie musicale originale. « Il y avait de la magie dans l’air due a la transformation de la musique qui a ravivé la fraîcheur de ces chansons exaltantes», ont déclaré  les professionnels qui ont accompagne la production. La satisfaction du public au travers des musiciens et des chanteurs  était palpable
Une autre preuve aussi de cette satisfaction a été l’audience importante sur Internet, ce soir-là et le lendemain.

Quelques commentaires :

– « …. Azimuth incroyable, chacune et chacun d’entre eux avaient une voix incroyable et unique hier soir, beaucoup de joie et d’émotion sur scène, la sélection des chansons était juste …. ».
– « Une Soirée inoubliable ! » Azimuth « a rendu un bel hommage a Ehud Manor Quelle performance Quelle harmonie dans la production de Joseph Attar,  magnifique, qui rappelle les événements des jours fériés nationaux, que l on voit normalement a la télévision, avec une foule compacte.!!!. qui n’arrêtait pas à d’applaudir et à juste titre !!  »
– « Un grand merci pour la magie de la soirée. »

Une Chose qui a fait que cette émission a ete spéciale est le fait que dix-neuf sur vingt talentueux musiciens et chanteurs sur la scène étaient de la ville d’Ashdod ! Y compris douze chanteurs de la troupe « Azimuth » et « Music Beta ». Une autre combinaison unique de fonctionnalité pourrait être observée entre les jeunes et vieux amants de la poésie hébraïque. On a pu voir dans le public Shaul Ben Simhon, vétéran d’Ashdod, avec les garçons et les filles venus chanter les chansons de Ehud Manor – La bande-son de nos vies.

La troupe Azimuth a remercie le maire Dr Yehiel Lasry, la directrice du service des événements Iris Naftali, le superviseur du soir Avi Hen, le photographe Virilio et le producteur, musicien et directeur musical  Joseph Attar. Le public a déclaré «Nous avons hâte de revoir un tel spectacle. La production a remporte un succès jusqu’ici le plus élevé dont elle peut être fière ».

Eddy Ben-Hamo
Le porte-parole de la municipalité

Ehud Manor ( Binyamina – Tel Aviv) est un parolier israélien, auteur des paroles de nombreuses chansons du répertoire de musique légère et pop israélienne,traducteur de nombreuses pièces de théâtre, de musiques, animateur à la radio et la télé, virtuose de la langue hébraïque.

Né sous le nom Ehud Weiner en 1941 dans le moshav Binyamina, il rejoint la radio nationale Kol Israël en 1962. Ehud Manor fit des études de psychologie et de langue et littérature anglaise à l’Université hébraïque de Jérusalem et ensuite le second titre en littérature anglaise à Cambridge. Pendant des cours de mass média à New York il rencontre Ofra Fuchs, chanteuse et actrice, qui l’accompagnera jusqu’à la fin de sa vie.

En 1968, durant la guerre d’usure qui oppose Israël à son voisin égyptien, il perd son jeune frère Yehouda sur le front égyptien, et tirera de cet événement l’une des plus belles chansons du répertoire.

En 1971, il traduit la comédie musicale Hair. Auteur prolifique, il écrit de nombreux textes de succès pour la grande majorité des chanteuses et chanteurs israéliens : Ilan et Ilanit, Yehudit Ravitz, Boaz Sharabi, Yardena Arazi, Ariel Zilber, Mati Kaspi, Sarit Haddad entre autres.

Une de ses chansons, Aba Ni Bi, dont la musique fut composée par Nourit Hirsch, remporte le Prix de l’Eurovision 1978 dans l’interprétation de Izhar Cohen. Parlant couramment plusieurs langues étrangères (français, anglais, yiddish), il a traduit pour le public israélien quelques-uns des chefs-d’œuvre du théâtre européen et américain (« La Mégère apprivoisée », « La Nuit des rois », « Roméo et Juliette » de Shakespeare, « L’Avare », « Le Tartuffe », L’École des femmes de Molière, « Le Gardien » de Harold Pinter

Il reçoit le Prix Israël en 1968, en tant qu’artiste national. En 2005, il est fait docteur honoris causa de l’université Bar-Ilan.

Au lendemain de son décès, nombre de ses chansons sont incorporées dans le programme de littérature israélienne dans les écoles et mises au programme du baccalauréat israélien.

Source : Wikipedia

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.