credit : La croix

Aujourd’hui, la France commémore dans la douleur le 13e anniversaire de l’assassinat d’Ilan Halimi, enlevé puis sauvagement torturé pendant trois semaines avant de décéder de ses blessures le 13 février 2006.

Hier, en l’honneur de la mémoire d’Ilan, le Premier ministre Edouard Philippe, en présence des ministres Franck Riester, Marlène Schiappa et Gabriel Attal, a remis pour la première fois le Prix National Ilan Halimi à un groupe de jeunes gens de Dijon pour leur engagement contre l’antisémitisme. La mère d’Ilan, Ruth Halimi, a souhaité que le prix « redonne espoir à la France » alors que l’actualité est marquée ces derniers mois par une multiplication inquiétante des actes antisémites, qui portent atteinte aux valeurs de la République et menacent les libertés de tous les Français.

« Pour le Gouvernement, la lutte contre ce fléau [de l’antisémitisme] est un impératif moral et politique. […]C’est un combat dans le temps, c’est un combat d’endurance, […]que nous allons gagner. » a déclaré le premier ministre Edouard Philippe lors de la remise du prix. Il y a quelques jours, suite à la choquante profanation des arbres plantés en souvenir d’Ilan, Laurent Nunez, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’intérieur, a marqué son indignation, affirmant que « face aux vents mauvais de l’antisémitisme, la République fera bloc. C’est son honneur, c’est son devoir. [La] détermination [du gouvernement] est totale. »

Après deux années consécutives de baisse en 2016 et 2017, le nombre de faits à caractère antisémite a fortement augmenté en 2018. 541 faits ont été constatés l’an dernier, soit une augmentation de 74%. Face à ce phénomène extrêmement préoccupant, le Gouvernement français agit avec résolution, dans le cadre du plan national de lutte contre le racisme et l’antisémitisme mis en place depuis mars 2018, qui met l’accent sur l’éducation (soutien aux enseignants, lutte contre les préjugés antisémites, sensibilisation des acteurs du monde sportif) ; le renforcement de la détection et de la poursuite des actes de haine (réseau d’enquêteurs spécialisés, formation des forces de l’ordre et des magistrats) ; la lutte contre la haine sur Internet et les réseaux sociaux (plateforme de signalement PHAROS, nouveau cadre législatif permettant le retrait rapide des contenus haineux en ligne) ; la sécurisation des sites liés à la communauté juive (824 sites sécurisés).

Service de Presse
Ambassade de France en Israël

1 COMMENTAIRE

  1. l antisemitisme est une souffrance depuis mon enfance elle m a fait comprendre que ce l homme peut faire sans limite, sans raison, si l état reste faible nous sommes tous en dangers: avec les juifs toutes les minorités sont en péril. !nous le savons ….pourtant quelle tolérance face à ces montres!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.