Les ustensiles de Péssa’h

Pendant Péssa’h, on ne doit pas utiliser les ustensiles que l’on a utilisé durant toute l’année, car ces ustensiles dans lesquels on a cuisiné toute l’année ont contenus des aliments chauds, et les parois de ces sutensiles ont « absorbé » le goût de ces aliments. C’est pourquoi, comme nous séparons la vaisselle de viande et celle de lait durant toute l’année, ainsi nous devons séparer la vaisselle de toute l’année et celle de Péssa’h.

Les lois de la Cachérisation des ustensiles pour Pessah’ sont complexes aussi bien du point de vue Halah’ique, que du point de vue technique.
Notre grand maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l nous a clarifié – à travers ses cours et ses nombreux ouvrages – les lois relatives à la Cachérisation des ustensiles pour Pessah’.

De notre époque, où l’on vit dabs des générations pleines de l’abondance Divine, la plupart des gens possèdent des ustensiles spécifiques à Péssa’h.
Par conséquent, la plupart des gens n’ont absolument pas d’utilité à « Cachériser » des ustensiles spécifiques pour la fête de Péssa’h, excepté les plans de travail de la cuisine, la gazinière ou autre, qu’il est nécessaire de Cachériser.
Nous allons d’abord expliquer brièvement la définition de la Cachérisation, et ensuite nous expliquerons quelques règles les plus fréquentes et les plus nécessaires.

« Kébol’o, Kah’ Polto »
Le procédé de Cachérisation de tout ustensile fait de métal ou de plastique dépend de son mode d’utilisation, car nous avons un grand principe selon lequel : un ustensile « rejette comme il absorbe » (Kébol’o, Kah’ Polto).
Par conséquent, un ustensile dans lequel on a fait cuire du H’amets au moyen d’un liquide – comme une marmite ou une casserole sur le feu – doit être cachérisé par Hag’ala, c’est-à-dire, être immergé à l’intérieur d’un ustensile qui se trouve sur le feu, et qui est remplie d’eau bouillante. Il faut impérativement que l’eau bouillante dans laquelle on va immerger l’ustensile à cachériser soit celle qui se trouve à l’intérieur du Kéli Richonn (dans une marmite qui se trouve sur le feu).
(C’est-à-dire, il faut immerger l’ustensile à Cachériser, exclusivement dans un ustensile contenant de l’eau bouillante et qui se trouve encore sur le feu, et non dans de l’eau qui a bouilli sur le feu et qui a été ensuite transvidée dans un autre ustensile, car ce nouvel ustensile s’appelle « Kéli Chéni ». Or, l’eau bouillante qui se trouve dans un Kéli Chéni, n’a pas la capacité suffisante pour causer le rejet de ce qui est absorbé dans les parois de l’ustensile à Cachériser.)

Cachérisation de couverts
C’est pourquoi, les couteaux, cuillères et autres couverts peuvent être Cachérisé en les immergeant dans l’eau bouillante de la bouilloire électrique (Koumkoum), en trempant d’abord un côté du couteau, et ensuite l’autre côté. (Si les manches des couteaux sont faits de bois, il est impossible de les Cachériser par Hag’ala).

Bien entendu, avant la Hag’ala, il faut veiller à nettoyer correctement l’ustensile de toute trace de saleté ou de rouille. Il faut s’efforcer de ne pas utiliser un ustensile qui a servi avec du ‘Hamets (ou avec de la viande ou avec du lait durant toute l’année) durant 24h avant de le Cachériser par Ha’gala.

Les ustensiles en bois
Les ustensiles en bois ont le même statut que les ustensiles en métal, et leur mode de Cachérisation est le même que celui des ustensiles en métal.
De ce fait, si l’ustensile en bois a été introduit dans une marmite chaude contenant un plat ‘Hamets sur le feu, cette ustensile devra être Cachérisé par Ha’gala dans une marmite d’eau bouillante sur le feu comme nous l’avons expliqué.
Et ainsi de suite.
La règle est la même au sujet des ustensiles faits en os.
De notre époque, ce type d’ustensiles n’est pas très courant.

Les ustensiles qui nécessitent un passage à la flamme (« Liboun »)
Les broches et les grilles que l’on utilise directement avec le feu, sans la présence du moindre liquide, nécessitent une Cachérisation par Libounn, c’est-à-dire, un passage à la flamme jusqu’à produire des étincelles, ce qui correspond au stade où le métal devient rouge.
Il en est de même pour un ustensile dans lequel on fait cuire un gâteau sur les feux de la gazinière, durant toute l’année. La Cachérisation de cet ustensile ne peut se faire que par Libounn total, c’est-à-dire, jusqu’à produire des étincelles.
Mais généralement, ces ustensiles ne sont pas assez résistants pour supporter ce genre de traitement, et c’est pourquoi il faut acheter des ustensiles à gâteaux spécialement pour Pessah’.
Mais par contre, une marmite dans laquelle on a cuit du H’amets avec un liquide, cette marmite est tout à fait cachérisable par immersion dans de l’eau bouillante (Hag’ala).

Dans la prochaine Halacha, nous expliquerons – B’’H – encore d’autres détails sur ce sujet.

Cachérisation des ustensiles pour Péssa’h – Nettoyage du réfrigérateur

Nous avons expliqué qu’il faut utiliser pendant Péssa’h des ustensiles dans lesquels aucune substance de ‘Hamets n’a été absorbée. C’est-à-dire, des ustensiles neufs (ou que l’on utilise exclusivement à Péssa’h), ou bien des ustensiles qui ont été Cachérisés pour Péssa’h. En principe, le procédé de Cachérisation d’un ustensile respecte son mode d’utilisation.

Cachérisation d’assiettes
Des assiettes et des plats dans lesquels on déverse les aliments chauds de la marmite ou de la casserole ayant cuit (« Kéli Richon »), mais qui ne sont jamais eux même « Kéli Richon » (ils ne sont jamais sur le feu), leur procédé de Cachérisation correspond à leur mode d’absorption, il faudra donc verser sur toutes les surfaces de ces ustensiles de l’eau bouillante au moyen d’une bouilloire électrique, et ainsi il sera permis de s’en servir pendant Péssa’h.

Des ustensiles en porcelaine
Cependant, tout ceci est valable exclusivement pour les assiettes en plastique ou en métal. Mais pour des assiettes en terre, il n’y a aucun moyen de les Cachériser pour Péssa’h, car la sainte Torah atteste au sujet des ustensiles en terre qu’ils ne rejettent jamais ce qu’ils ont absorbé, comme il est dit : « Si elle (l’offrande de ‘Hattatt) a été cuite dans un ustensile en argile, celui-ci devra être brisé ».
La règle est la même au sujet d’ustensiles en porcelaine, il n’y a donc pas de possibilité de les Cachériser pour Péssa’h.
En l’année 5730 (1970), à l’époque où notre maitre le Rav z.ts.l occupait les fonctions de Grand Rabbin de Tel Aviv-Yafo, des propriétaires de salles de réceptions et des restaurateurs envisagèrent de Cachériser des ustensiles en porcelaine pour Péssa’h. Notre maitre le Rav z.ts.l leur envoya un message dans lequel il les informa que selon la Halacha il n’y a pas de possibilité de Cachériser de tels ustensiles pour Péssa’h. Il leur ordonna d’acheter des ustensiles neufs et spécifiques pour Péssa’h, et ce n’est que sous cette condition qu’il leur accorda l’autorisation d’ouvrir les salles et les restaurants pour Péssa’h. (Yalkout Yossef vol.3 page 399).

Le RADBAZ écrit (vol.3 chap.401) que les ustensiles en porcelaine ont véritablement le même statut que les ustensiles en argile, pour lesquels il n’y a pas de moyen de Cachérisation. Les grands décisionnaires approuvent son opinion sur ce point, et parmi eux, le Péri ‘Hadach, le Gaon Rabbi Eliyahou ISRAËL dans son livre Chéné Eliyahou, ainsi que le Gaon Rabbi ‘Haïm FALLAG’I dans son livre Mo’ed Lé-‘Hol ‘Haï, et d’autres …

Une poêle à frire
Une poêle dans laquelle on frit durant l’année des aliments ‘Hamets avec de l’huile, les décisionnaires débattent au sujet de sont statut : A-t-elle le statut d’une marmite dans laquelle on cuisine des plats ‘Hamets et pour laquelle la « Hag’ala » (l’immersion dans l’eau bouillante) suffit, ou bien a-t-elle le statut de grilles qui nécessitent pour leur Cachérisation le « Liboun » (passage au feu jusqu’à étincelles) étant donné que peu de liquide est utilisé?
Selon l’usage des Séfaradim, il est suffisant de Cachériser une poêle à frire pour Péssa’h par la Hag’ala (mais durant toute l’année, si la poêle à absorbé un goût alimentaire interdit, il faudra la Cachériser par Liboun total).
Mais selon l’usage des Achkénazim, il faudra – même pour Péssa’h – Cachériser une poêle à frire par le Liboun.

Notre grand maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit que même selon l’usage des Achkénazim, il n’est pas nécessaire que la poêle rougisse au feu, il est suffisant de pratiquer un « Liboun léger », de sorte que la poêle devienne chaude au point où un brin de paille brûlerait s’il était déposé sur sa surface.

Le réfrigérateur
Il faut nettoyer très minutieusement le réfrigérateur, de sorte qu’il ne reste pas la moindre trace de ‘Hamets, et ensuite on pourra s’en servir pour Péssa’h sans la moindre crainte, car il n’a absolument pas absorbé d’interdit, puisqu’on s’en sert exclusivement avec des aliments froids.

 

Laisser un commentaire