On estime à 200 000 le nombre de personnes âgées ayant survécu à l’Holocauste en Israël, dont un quart vivent dans la pauvreté. 

Quelque 50 000 survivants en Israël ont une qualité de vie médiocre, selon Aviv for Holocaust Survivors, une organisation qui s’emploie à informer les victimes de leurs droits et à les aider à naviguer, sans frais, dans le processus bureaucratique.

Fondée il y a 12 ans par l’avocate Aviva Silberman, l’organisation a aidé les survivants de l’Holocauste à recevoir un total de 400 millions de NIS. Elle a déclaré avoir fondé Aviv parce qu’elle voyait combien de survivantes de l’Holocauste luttaient contre des problèmes financiers et elle considérait cela « comme une chance de les aider ». 

« Des milliers d’entre eux ne profitent pas de tous leurs droits, qu’ils soient reconnus par la loi ou par le biais de divers programmes », a-t-elle expliqué. « Ils ne sont pas au courant des avantages qui leur sont dus du ministère des Finances israélien, de l’Allemagne, de la Conférence sur les revendications matérielles juives contre l’Allemagne (Claims conférence) , de la Fondation pour le bénéfice des victimes de l’Holocauste en Israël et [d’autres] agences. » 

Elle a dit que plus de 50% de ceux qui sont venus à Aviv reçoivent une sorte de compensation.

Interrogée sur les raisons pour lesquelles ces survivants sont passés à l’écart, elle a répondu que plusieurs facteurs contribuaient à leur situation – notamment le fait que les survivants ne connaissaient tout simplement pas leurs avantages et ce à quoi ils avaient droit, quels formulaires remplir,  comment les remplir ou où les remettre. Elle a également souligné que « les formulaires destinés aux Allemands doivent être en allemand ou en anglais ». 

De plus, bien que l’Allemagne paye sa contribution aux survivants, ceux qui ont émigré en Israël après 1953 ne bénéficient pas de ces avantages, car l’accord signé entre Israël et l’Allemagne remonte à 1952 et le gouvernement israélien a décidé de ne dédommager que ceux qui ont émigré en Israël auparavant.

« Il y a eu des situations dans lesquelles des frères et des sœurs ont déménagé en Israël, mais l’un est venu avant 1953 et l’autre après 1953, et ils se trouvaient au même endroit, dans le même camp ou dans le même ghetto – mais ils ne peuvent [tous] recevoir l’allocation mensuelle car ils sont montés en Israël à différents moments. » 

Ces survivants ne reçoivent qu’une allocation annuelle de 4 000 NIS du gouvernement, ce que Silberman et Aviv, pour les survivants de l’Holocauste, appellent le gouvernement à rectifier. 

Silberman a également déclaré que la pauvreté était exacerbée par le fait que certains survivants étaient incapables d’avoir une activité professionnelle par le fait que certains souffraient de problèmes psychologiques, ce qui entravait leur capacité à travailler. 
Et elle a ajouté que cette tendance s’était également étendue aux enfants des survivants de l’Holocauste.

Silberman a cependant déclaré qu’il y avait une lumière au bout du tunnel. « Je suis avocate depuis 20 ans et au cours des cinq dernières années, j’ai pu constater à quel point la situation des survivants de l’Holocauste est en train de changer. »

Elle a expliqué que le ministère des Finances avait commencé à transformer ses lois et ses politiques concernant les survivants de l’Holocauste sous l’ancien ministre des Finances, Yair Lapid, puis sous l’actuel ministre des Finances, Moshe Kahlon. « Ils ont changé les lois et continuent à augmenter le montant que les survivants de l’Holocauste reçoivent. » 

« Nous encourageons les survivants de l’Holocauste à se renseigner et à demander quelles sont leurs prestations. Parce que dans de nombreux cas, on leur a dit qu’ils n’y avaient pas droit il y a plusieurs années, mais ils peuvent y avoir droit aujourd’hui », a-t-elle expliqué, ajoutant que de nouveaux ghettos et camps ont été ajoutés à la liste de ceux dont les survivants ont droit à une indemnisation.

Silberman a également précisé que le gouvernement avait beaucoup fait pour les survivants de l’Holocauste. « Il y a quatre ans, une loi a été adoptée pour que les survivants de l’Holocauste bénéficient gratuitement de soins de santé et de médicaments. » 

Aviv for Holocaust Survivors s’attache également à améliorer leur qualité de vie. C’est en grande partie la raison pour laquelle il est si difficile de s’assurer qu’ils reçoivent l’argent qui leur est dû, que ce soit du gouvernement allemand ou du gouvernement israélien. 

« Les survivants de l’Holocauste devraient vivre avec suffisamment de revenus pour vivre béneficier d’un bon niveau de vie »,expliquant qu’il y avait eu des cas où certains  survivants n’avaient pas pu se permettre le minimum vital.

« L’un des cas était un homme qui allait au shouk [marché en plein air] et ne pourrait se permettre d’acheter que des aliments et des fruits de qualité inférieure. Il rêvait de pouvoir acheter des fruits exotiques et des aliments de meilleure qualité », a rappelé Silberman. « Nous l’avons aidé et il a reçu une somme d’argent … il était tellement content de pouvoir se permettre d’acheter de tels aliments. » 

Elle a cité un autre cas de femme dont le frère vivait en Amérique et qui ne pouvait pas se permettre de lui rendre visite. « La femme n’avait pas vu son frère depuis de très nombreuses années. Nous l’avons aidée et elle a reçu 70 000 NIS en compensation – et elle a finalement pu lui rendre visite. » 

De nombreux survivants de l’Holocauste sont également des grands-parents « et les grands-parents veulent gâter leurs petits-enfants, mais en raison de leur situation financière, ils n’ont pas été en mesure de le faire – avec notre aide, la situation a maintenant changé.

Interrogée sur les améliorations à apporter, elle a appelé le gouvernement allemand à modifier ses lois. « Le gouvernement israélien a modifié ses lois et s’est amélioré, mais pas les Allemands. » 

« Il y a encore beaucoup de survivants de l’Holocauste qui vivent dans la pauvreté et le gouvernement allemand doit payer davantage au gouvernement israélien. Le gouvernement israélien continue d’augmenter les montants, mais encore une fois, les Allemands ne l’ont pas fait – et ils devraient, car à la fin du jour, ils sont responsables de l’Holocauste, pas des Israéliens « , a conclu Silberman. 

Aviv pour les survivants de l’Holocauste a organisé un rassemblement appelé « Marche des vivants », en soutien de tous les survivants de l’Holocauste, sur la place Rabin de Tel Aviv le mercredi 1er mai à 17 heures, veille du jour du souvenir de l’Holocauste.

Source : Jpost.com en anglais
Ashdodcafe.com

Laisser un commentaire