Destiné à remplacer le H225 Super Puma, le X6 ciblera en priorité les marchés du pétrole et du gaz.L’entrée en service de l’appareil d’Airbus Group devrait avoir lieu après 2020.

Après le X3 (prononcer « X cube ») – prototype mi-avion mi-hélicoptère – et le X4, devenu depuis le H160, place au X6 ! Airbus Helicopters a dévoilé ce mardi, au Salon du Bourget, son projet d’hélicoptère lourd de future génération, dont l’entrée sur le marché est envisagée au-delà de 2020. «  Nous lançons une phase de conception de deux ans », a annoncé son PDG, Guillaume Faury, lors d’une conférence de presse.

Du X6, on ne sait pas encore beaucoup de choses, puisque c’est tout l’objet de cette phase de conception d’en définir les caractéristiques précises, même si l’industriel promet qu’il volera sur de plus longues distances que le H225 qu’il est censé remplacer. Il sera également bien moins bruyant, plus spacieux (19 places) et, évidemment, il consommera moins de carburant.

Un appareil à commandes électriques

En revanche, une chose est certaine, et pas des moindres, l’appareil disposera de commandes de vol électriques : après le NH90 dans la gamme militaire, le X6 sera donc le premier hélicoptère à incorporer cette technologie dans la gamme civile d’Aibus Helicopters. «  Nous ne pouvions pas laisser toutes les options ouvertes », a expliqué son PDG, qui met en avant les avantages en termes de sécurité.

Pour ce qui est du modèle économique, là encore, l’industriel renvoie aux résultats de l’étude qui démarre. Le X6 vise en priorité le secteur pétrolier et gazier, du sauvetage, voire si ce marché décolle un jour, du transport intercités grand public. Le H225 (plus connu sous le nom de « Super Puma ») sera encore en production quand la commercialisation du futur hélicoptère démarrera. Les débouchés militaires, ce sera pour plus tard, le NH90 ayant encore une longue carrière devant lui.

Guillaume Faury a par ailleurs envoyé un message important en direction de Varsovie. Airbus avait promis de faire de la Pologne son cinquième pilier industriel européen s’il était sélectionné à l’issue de l’appel d’offres portant sur 50 hélicoptères de transport militaires. C’est le cas. Des ingénieurs locaux participeront donc à la conception du X6.

www.lesechos.fr

Laisser un commentaire