Venez vous joindre à nous pour la 2ème édition du Article Précédent
Gad Elbaz, la Guest Star de l'association CCF770 d'Ashdod ce 4 janvier 2014 à 20 hArticle Suivant

L’Université Technologique Shamoon: présentation de M. Simon Skira délégué pour les pays francophones

Espacement de ligne+- ATaille du texte+- Imprimer cet article
L’Université Technologique Shamoon: présentation de M. Simon Skira délégué pour les pays francophones

simon skiraM. Skira, vous êtes le délégué pour les pays francophones de L’Université Technologique Shamoon, qui a été créée en 1995.

Question – Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
Simon SKIRA – Arrivé en Israël en 1967, depuis mon Alyah, je me suis construit une ‘’route’’ israélienne, afin de donner le plus possible à mon pays, mais aussi œuvrer pour favoriser de bonnes relations franco-israélienne. J’ai travaillé à l’éducation nationale israélienne dans le sud du pays ainsi que dans le tourisme entre les deux pays pendant une trentaine d’années avec des arrêts pour des missions de direction à l’agence juive en France ainsi que dans d’autres pays.
Depuis deux ans suite à la décision du Professeur Haddad, Président de l’école d’ingénieurs Shamoon, de développer les relations académiques avec les pays francophones européens et le Canada, je suis en charge du développement de ces relations, pour différents projets que je présenterai pendant cet entretien.

Q. – En quelques années, l’université s’est imposée comme un moteur, un leader dans la formation des futurs ingénieurs. Quel est votre secret pour la réussite de ces jeunes élèves ?
R : La demande de la part des étudiants ainsi que la volonté du Professeur Yehouda Haddad, Président de notre école d’ingénieurs, qui veille personnellement avec son équipe sur la partie académique, favorisent l’ouverture de départements en fonction de la demande : programmes d’études, recherche et développement avec une équipe de professeurs dynamiques visant l’excellence sur six départements : Génie électrique et électronique, Génie chimique, Génie mécanique, Génie logiciel informatique, Génie en gestion industrielle, Génie du bâtiment. Notre but essentiel est tourné vers la formation d’un ‘’ ingénieur novateur’’ en approfondissant les liens avec l’industrie dans différents domaines par l’intégration de nos étudiants et de nos diplômés.

Q. – Vous êtes amené à parcourir de nombreux pays francophones en Europe et en Amérique du Nord, quel est la motivation de ces jeunes pour vous suivre dans cette formidable aventure qui fera d’eux des ingénieurs reconnus dans le monde entier ?
R. Je pense qu’il y a une prise de conscience dans les différentes communautés juives à travers le monde, que le niveau élevé des études en Israël et l’intensité du marché du High Tech israélien sur le globe font que nos écoles d’ingénieurs répondent à la demande des étudiants et cela au plus haut niveau. Nos deux campus à Beer Sheva et Ashdod diffusant des programmes d’études spéciaux adaptés aux critères du marché israélien et international font notre réussite.

Q. – L’essor de votre université contribue au développement du sud de l’état d’Israël, une région méconnue des jeunes francophones qui ont l’habitude des villes comme Jérusalem, Tel Aviv ou même Haïfa, les jeunes gens que vous formez peuvent-ils espérer créer leur futur foyer familial et professionnel dans des villes à forte capacité industrielle comme Beer Sheva ou Ashdod, Dimona ou Mitzpe Ramon ? 
R.- Oui, j’y crois très fort de part mon expérience personnelle de ces 45 dernières années dans cette région. Le Professeur Yehouda Haddad, notre Président, est persuadé que la volonté d’excellence avec des opportunités académiques peuvent se réaliser pour les jeunes de la région et ceux qui s’y joindront. Pour répondre à la demande d’ingénieurs, lauréats de notre école, dans le sud d’Israël c’est notre apport au développement du Néguev et du sud d’Israël.

Q. – Vous êtes fondamentalement favorable à l’intégration de jeunes issus des milieux religieux qui ne trouvent pas très facilement leur place dans le système universitaire en Israël. A ceci s’ajoute la question de la mixité et de la place des femmes au sein de l’université.
R. – Le projet Femmes ingénieurs de notre école encourage la population féminine à entreprendre des études d’ingénieur. Actuellement, la proportion de jeunes filles représente 27% des étudiants – un chiffre élevé par rapport à la moyenne nationale, mais très faible par rapport au pourcentage des femmes dans la population. C’est le cas dans les écoles d’ingénieurs partout dans le monde.
La plupart des étudiantes en ingénierie choisissent les départements du génie chimique ou Industriel, le pourcentage dans les autres départements atteignant à peine 10%. La SCE s’efforce de faire changer ces statistiques en offrant un programme d’implication multifacettes aux jeunes filles encore au lycée et un mentorat individuel et collectif à toutes les étapes du programme universitaire de 4 ans.

Q. – Vous-même, Monsieur Skira, vous avez tissé un formidable réseau de relations à travers les pays que vous traversez dans le cadre de votre mission. L’université Shamoon bénéficie à ce titre d’une notoriété grandissante qui ne se dément pas. Quel est votre secret pour sensibiliser les représentants des écoles juives et autres lycées et encourager les élèves à s’engager dans des programmes de formation d’ingénieur, reconnus comme équivalent à ceux du célèbre Technion ? L’enthousiasme semble être votre principale caractéristique, où trouvez-vous l’énergie pour arpenter la planète avec une telle bonne humeur et ainsi, obtenir de si beaux résultats ?
R. – La réponse est d’informer, parler, participer, être présent à toutes les manifestations liées au monde estudiantin juif de France et d’autres pays, de façon très volontaire. En parallèle et en quelques mois, nous avons publié plusieurs vidéos, plusieurs brochures de présentation et diaporama en langue française. Nous avons initié un programme spécial de bourses pour étudiants francophones en Israël ainsi que des partenariats avec des universités et institutions en Europe. Nous avons pris contact avec les services scientifiques de l’ambassade de France en Israël et nous avons eu droit à une première publication dans leur newsletter. Nous aidons à la création d’associations nationales, régionales ou locales des Amis de l’Université Technologique Shamoon dans différents pays, et à tous ceux qui le souhaitent, je les convie à nous aider dans cette noble tâche.

Nous vous souhaitons une bonne année 2014

0 Commentaire

Pas de Commentaires Cet article n'a pas encore été commenté

Désolé, soit quelqu'un a pris tous les commentaires et s'est enfuit avec, soit personne n'en a encore laissé!

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

S'inscrire à la newsletter AshdodCafé.com

S'inscrire
Mairie Ashdod
Mairie Ashdod Culture
Cal Auto
ColisExpat
Immobilier Low Cost

Fil d’info 24h/24h en direct d’Israël